Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog d'info des salariés de HOP!
  • : Blog d'information libre de toutes consignes politiques et syndicales, des salariés de HOP! La rédaction est assurée par un collectif composé en grande partie de militants de la CGT, certes, mais totalement libres de leurs propos et de leurs positions.
  • Contact

Recherche

29 juin 2017 4 29 /06 /juin /2017 22:08
Ils sont impayables!

Je vais vous raconter ma journée.

Aujourd'hui se tenait à Rungis, avenue de Villeneuve au siège de Hop! une cession ordinaire du Comité d'Entreprise. Si cette cession était, ordinaire, le reste de la journée le fut moins.

Ce matin, alors que je tentais après une nuit assez courte d'ingurgiter, sans en mettre partout, une corne de croissant dégoulinante de chocolat, mon attention se vit perturber par l'arrivée d'un collègue Délégué Syndical de l'UNSA, que j'aime bien, en fait. M'étonnant (mollement, mais cette mollesse serait un peu longue à expliquer car lié à un échange assez "intense" de mails la veille au soir avec l'UNSA, la CFDT et la direction), m'étonnant disais-je de cette présence alors qu'aucune réunion syndicale n'était programmée ce jour, je m'entendis alors répondre "je viens signer les accords". Ma chance (et la sienne) a été que le croissant sus-nommé avait déjà été avalé et donc dépassé l'entrée du tuyau conduisant à l'estomac, sinon, je pense que mon pauvre collègue aurait sûrement vu sa magnifique liquette-repassée-pour-la signature, assez généreusement constellée d'auréoles Van Houten.

"Mais, mon bon Didier", lui dis-je, "pourquoi cet empressement?" "Ben c'est aujourd'hui que la direction veut qu'on signe". C'est dans ces moments là que l'on est assez content d'avoir disposé son séant sur une chaise plutôt que sur un tabouret. En effet (moi ça me fait ça, vous je ne sais pas), la réception de propos inattendus a pour conséquence immédiate un mouvement d'inclinaison/effondrement du torse et c'est là que le dossier du mobilier entre de manière salvatrice en action. Ainsi donc, "c'est aujourd'hui que la direction VOULAIT que l'on signe".

Je rêve, j'hallucine, pincez moi, mordez moi, répétez lentement en articulant doucement! Vite, réflexe de multiples stages de managment "faire répéter son interlocuteur afin de s'assurer de la compréhension mutuelle de la phrase" Vous me dites, mon bon, qu'après près de 8 mois de négociations, disposant d'un texte que vous même estimez "à relire avant signature", c'est la direction qui donne le jour et l'heure à laquelle devront être paraphés les documents? C'est çà? J'ai bien entendu? Il y avait de la drogue dans le Cacao?

Didier, tu es en train de me dire, qu'après que la CFDT et l'UNSA aient envoyé un mail à la direction estimant qu'une journée de relecture n'avait pas été suffisante pour relever l'ensemble des points nécessitant corrections, éclaircissements et autres sur LE SEUL accord ADOTT, et que l'accord ASR (rémunérations) n'avait même pas été relu, tu viens, malgré tout, apporter la signature de l'UNSA aux accords? Je pensais, bien innocemment, que l'épisode de la signature de l'accord "réduction des coûts" chez Ex Régional vous avait pourtant servi de leçon! Vous aviez bien paraphé un accord avec la "promesse directoriale" de l'ouverture de négociations sur le CET? Ces négos ont elles un jour été ouvertes? Hein? Qu'est ce que tu dis? Non? ah bon.

Nous avions (oui, "avions") donné notre accord de principe sur la globalité des textes, car, nous les trouvions dans leur globalité, satisfaisants. Hors, "le diable se cache dans les détails", et c'est pour cette raison que nous souhaitions obtenir certaines précisions ECRITES, pas orales, une confiance prudente gouvernant nos relations avec notre direction. Il faut quand même se rappeler que nous "fréquentons" Mr le DRH "Sol" depuis bien longtemps, et que force est de constater que nos fonctions, nos histoires, font, qu'étrangement, souvent, nos interprétations de textes, d'accords sont pratiquement totalement opposées, c'est étonnant non? Il ne s'agit en aucun cas de malhonnêtetés mutuelles, non, certainement pas, nos intérêts sont justes différents.

Quelle mouche (qui a d'ailleurs la vie dure, car ce n'est pas la première fois) a t'elle piquée les représentants de la CFDT et de l'UNSA (les cadres de la CFE CGC ayant d'autres intérêts) pour se trouver "obligés" d'obéir aux injonctions directoriales et de "courir" aller signer les deux accords?? Pour mémoire, et cela n'arrange rien , je vous rappelle qu'à l'ordre du jour du Comité d'Entreprise figuraient: la présentation des comptes de l'entreprise (une paille!), l'intégration de Lyon Maintenance (re-paille), le sort de l'atelier roue de Lyon et divers broutilles ne méritant sûrement, d'après eux, qu'une oreille et une attention limitée, toute force devant être mobilisée vers le fait que "la direction veut qu'on signe"....

Donc, le CE a été interrompu pour la "cérémonie", les Kikis allant même jusqu'à se faire photographier pour immortaliser l’événement. La direction ne revenant pas, la séance du Comité a été levée.

"Mais si, nous pourrons toujours modifier les textes"

On m'a souvent qualifié de naïf-crédule. Mais alors, là ! Croire que la direction modifiera les textes, de la façon que nous souhaitons, alors qu'ils sont applicables car paraphés, je suis largement, très largement battu!!!

"Le texte ne sera pas applicable, nous irons en justice, si jamais les modifs ne sont pas prises en compte"

T'as raison, Toto! Tu me trouveras un juge qui te donneras raison alors que ta signature figure au bas du texte, signature donnant accord sur ce qui est écrit au-dessus...Je l'entends déjà « ben les gars, il ne fallait pas signer »

Aujourd'hui, 29 juin 2017, la CFDT, l'UNSA et la CFE/CGC ont signé les accords ADOTT et ASR.

J'espère de tout cœur que les salariés ne le regretteront pas....

C'était une bien "belle" journée.

Au fait, la butée était fixée au 4 juillet, si mes souvenirs sont bons.

 

Repost 0
1 juillet 2015 3 01 /07 /juillet /2015 21:56

J'avais décidé il y a quelques temps, de ne plus répondre, de ne plus commenter les comportements des "responsables" des autres syndicats, plus précisément du SMNSAC et de la CFDT. Je pensais, et pense, quand même, toujours que c'est une perte de temps et d'énergie.

"Il y a des limites à tout". Enfin, c'est ce que je croyais. Or, force est de constater qu'il y a au moins deux domaines où cet adage ne s'applique pas: la connerie, j'aurai dû y penser, et la malhonnêteté, j'y ai pensé, mais là, on atteint des sommets.

Rappelez-vous. Il y a maintenant quelques années, a été négocié un accord dit "accord Check "C"". Pour les étrangers à la maintenance des avions, la Check "C" correspond à l'entretien lourd des appareils, en complément des Check "A" qui elles, comprennent les visites plus légères. En pratique, si les secondes immobilisent l'aéronef durant une vacation de travail (fractionnées parfois sur plusieurs nuits), les premières sont de l'entretien bloqué sur plusieurs jours.

Les négociations avaient été ouvertes par la direction. Cet accord "largement écrit par la CGT Régional (pas HOP! à l'époque)" dixit les représentants de la direction (si, si..), avait été signé par le SMNSAC et la CFDT, entre autres, pas par le CGT.

"Ah" me direz-vous "comme d'habitude!" Vous vous fourrez le doigt dans l'oeil, mes bons, victimes conscientes ou inconscientes de la propagande des précédemment cités. A ce niveau là, ce n'est pas le doigt, mais le bras qui vient remplacer votre globe oculaire!

En effet, les temps étaient autres, la pression sociale presque inexistante, et donc, nous avions fort logiquement conclu que cet accord n'allait pas assez loin dans l'intérêt des salariés et que, donc, il n'y avait, bien que ce texte était, je re-cite les mêmes sources "le bébé de Joël" (et je rajouterai de Jean-marc), aucune raison d'y apposer cette signature. Constants dans les positions: c'est une avancé significative, on signe, ca ne l'est pas, on ne signe pas.

Les "autres" se sont bien foutus de nous. Donc "ils" signent. Sans vraiment tout comprendre car certains de ces "responsables" viendront même demander à nos Camarades des explications sur la construction du forfait faisant partie du document.

Jusque là, tout va bien. Rien qui ne constitue des summums de malhonnêteté. Je suis d'accord.

2013, création de HOP! Ça se tend...

2015, audit du cabinet BCG (tu parles d'un vaccin!!). Là, ça ne se tend plus, ça se crispe..

Revient, sur le tapis, la re-négociation de l'accord ce dont duquel je cause (si c'est français, je le tiens de San Antonio, plus précisement de son adjoint).

Les élections sont passées par là, la précision est utile. Le SAC et la CFDT font "alliance pour réussir". La réussite est totale: la CFDT n'est plus représentative.

La CGT signe l'accord check "C". Arrêtez de vous marrez! Oui, ils signent.

Pourquoi? 2013, 2015, une situation sociale, économique, totalement différente. Moins d'avions, réductions des coûts, augmentation de la productivité réclamée par le cabinet "vaccin Bilé de Camette & Guérin" (je vous jure que c'est le nom du BCG), l'intérêt des salariés ne se situe plus au même niveau. Il est essentiel de préserver l'existant, afin que la direction ne dénonce pas l'accord de façon unilatérale et n'applique "le minima". Danger, pourquoi? Parce que:

- Les horaires de travail sont imposés par l'employeur (influences sur la rémunération)

- les plannings sont imposés par l'employeur, après avis (consultatifs, je le rappelle) du CHSCT.

- Les temps de pause, les temps de déshabillage etc... peuvent être ramenés au strict conventionnel. Lisez donc ceçi (c'est un lien, je ne sais pas si ça se voit..)

Voilà juste pour l'essentiel.

Le risque était donc, de voir les salariés affectés à cette activité, perdre, perdre beaucoup! Donc, la CGT HOP!Regional a signé cet accord dans l'intérêt des salariés, fidèle à ses principes.

Et ce n'est pas un passage sur le "respect des horaires de travail et de pause" qui l'aurait fait changer d'avis, puisque ces "respects" font partie du contrat de travail de tous salariés et n'ont pas besoins de figurer dans un accord pour être applicables.

Voilà un bref résumé des faits.

Passons à la malhonnêteté, ça sera court mais intense.

Figurez-vous qu'un "responsable" d'un syndicat non-représentatif, qui donc, ne négocie plus et qui n'a que le droit et le pouvoir de signer des autographes auprès de ses admirateurs, déclare à qui veut l'entendre "Comment avez vous pu signer cette merde".

Si, si, les mêmes qui ont participé et signé l'accord d'origine, brocardant à l'époque les positions de la CGT, le qualifie aujourd'hui "d'accord de merde".

Il s'agit peut'être d'une crise d'amnésie.

Vous voyez, je lui trouve encore des excuses...

Check C
Repost 0
5 avril 2015 7 05 /04 /avril /2015 11:48

« Et, ben, on se fait rare !»

Ben oui, c'est le moins que l'on puisse dire....

Que de bonnes raisons, que de mauvaises excuses, la première étant sûrement que le collectif qui composait les rédacteurs de ce blog a fondu comme neige au soleil, du coup, il ne reste qu'un seul membre. De la faute à la vie, aussi, qui fait que j'ai nettement moins de temps qu'auparavant à consacrer à ce moyen de communication. Enfin, de la faute à Twitter, que je n'aime pourtant pas, car, bavard de naissance, je ne comprends pas que l'on puisse faire passer ses idées en 140 caractères… seulement. Malgré la frustration que me procure cet « outil », c'est finalement, celui qui m'a le plus éloigné de notre blog. L'impression de « faire le job », quand même, alors que finalement, il n'y a rien de profond.

Ces « excuses » étant faites, figurez-vous que j'écris presque sous la contrainte.

« C'est les élections professionnelles chez HOP ! Régional, tu pourrais quand même sortir quelques choses ! » me disent mes Camarades.

Je n'aime pas la contrainte, ah ça non ! Mais je crois que j'aime encore moins décevoir, contrarier mes Amis.

Et pourtant, pourquoi communiquer plus aujourd'hui qu'hier? Je crois profondément en l'intelligence de l'Homme (du genre humain, s'entend). Ainsi, pensais-je qu'il était totalement inutile face à la situation que connaît aujourd'hui notre entreprise, de répéter, rabâcher, encore et encore « voter pour nous ».

Je crois, que les événements des derniers mois ont, à eux seuls, prouvés que l'action de la CGT chez Régional avait été empreinte de bon sens et que les idées et les positions que nous avions défendu étaient, d'évidence, les bonnes. Refaire une « piqûre », est-ce vraiment nécessaire ?

C'est l'avis de mes Camarades, vraisemblablement moins naïfs et plus prudents que moi.

Deux ans que dure "l'affaire " PRF-HOP. Il est à remarquer, qu'au moins, nous fumes constants vis à vis des projets de la direction. « Prudence », point, et non pas, comme « on » souhaiterait le faire croire, « opposition systématique ». C'est un point essentiel à la compréhension de notre ligne de conduite. En effet, les malfaisants appuient là où la pensée unique déclame comme une évidence « la CGT, les Rouges, ils sont contre tout, ils ne signent jamais rien ». Il y a juste une petite, une infime nuance que ces handicapés de la connaissance de l'histoire et de l'actualité oublient un peu vite, contrairement à eux, nous ne signons pas n'importe quoi, sous prétextes de crises, d'efforts pour sauver l'entreprise, j'en passe et pas des meilleures. Nous ne refusons pas de signer parce que nous sommes tous d'infects suppôts du parti Communiste, lui-même aux ordres de Moscou (ne riez pas, je l'ai entendu il y a peu, et pas du tout sur le ton de l'ironie), nous analysons les choses, et quand elles ne nous les estimons contraires aux intérêts des salariés, nous le disons et prenons nos responsabilités.

Je ne reviendrais pas, ici, sur ce que je pense de la crise et de ses fondements, le sujet n'est pas là, (sachez tout de même que je me retiens).

La situation du transport aérien classique en général et de notre compagnie, en particulier est sérieuse, c'est indubitable. A qui appartient la responsabilité de cette situation, pas aux salariés, c'est pour moi une certitude ! Ce sont les dirigeants et leurs équipes qui mènent les politiques d'entreprise, certainement pas l'agent administratif, ni le technicien, ni même, n'en déplaise à certains, le pilote du fond de son cockpit (et des événements récents nous font dire que tant-mieux).

Nous payons aujourd'hui très clairement, le manque de réactivité du « mammouth » Air France et les mêmes qui nous demandent efforts et sacrifices sont ceux qui nous ont mis dans cette situation. LES MÊMES !! Et ils demandent, sans aucun scrupule ni remord, à la direction de Régional (qui ne dirige pas grand-chose, d’ailleurs) de supprimer des postes, de réorganiser, d'augmenter la productivité, la mobilité etc... etc...

Vous étiez nombreux, salariés du siège de Nantes, à être prêts à nous jeter des tomates, lorsque la création du PRF fût annoncée par Lionel Guérin. « On va redevenir indépendant. On va revendre des billets, faire NOS vols.... ». Nombreux à ne pas comprendre la position des élus au Comité d'Entreprise. Vous avez vu partir des collègues, des services entiers ont été réorganisés, dans la douleur, souvent. La charge de travail a augmenté pour tous. Beaucoup d'entre vous ont compris ce qu'était souffrir au travail et ce que signifiait l'acronyme RPS.

Voilà pourquoi nous avions pris ces positions à l'époque, positions qui n'ont pas varié commandées par un seul leitmotiv : la défense de vos intérêts. De VOS intérêts.

Nous avons juré que cette campagne électorale serait « propre » et que nous ne dénigrerions personne. C'est le cas jusqu'à présent, et hormis le comportement d'un ou deux individus d'une organisation dont je ne me rappelle plus du nom, mais qui a fait alliance avec la CFDT ainsi qu'avec un syndicat de Pilotes (Organisation qui, d'ailleurs, passe toute son énergie à dénigrer nos actions au lieu de défendre les salariés), tout le monde semble avoir tenu une ligne de conduite qui préserve l'avenir et le travail en commun que justifie la situation.

Néanmoins, il faut quand même rappeler ce qui a été fait jusqu'à présent, mais aussi et c’est là que je vais être moins gentil, la « réflexion » qui a conduit à la signature de 'accord sur la réduction des coûts.

Dites-moi, et je vous assure que je l'entendrai avec un véritable plaisir, quelles ont été les contreparties positives à la signature de l’accord « réduction des coûts » ? Positives, pour les salariés, s'entend bien sûr.

D'après nos « collègues » la garantie de l'emploi jusqu'à fin 2014. Le tract de l'époque largement distribué par les signataires, les présentaient comme les « sauveurs de l'emploi ».

N'y avait ‘il pas là un peu de « précipitation », un manque de sang-froid certain, handicap majeur quand on a le pouvoir de signer des textes qui engagent l'ensemble des salariés d'un pan entier de l'entreprise, ne trouvez-vous pas ?

D'autant que les quelques mois qui ont suivis ces signatures étaient tellement tendus en matière d’effectifs, que de l'aveu même de la direction, il aurait été impossible de procéder au moindre licenciement.

« On a fait une connerie », c'est par ces mots prononcés tout récemment qu’un candidat aux élections de l’un des syndicats signataires de l'accord a résumé l'histoire... Ben oui, et ce n'est pas faute d'avoir tenté par tous les moyens de convaincre ceux qui auraient pu l'être. Pour les autres, il y a bien longtemps que l'on a abandonné.

Voici donc la situation : des représentants syndicaux qui ne résistent pas aux pressions de la direction, un élu « cadre » qui vote en session de Comité d'Entreprise, sous la pression, dit ‘il, de ses collègues. Nous voilà bien.

Quand on pense également que ces « sauveurs de l’emploi » réclament sans même se cacher, un PSE à la Maintenance, ça ne donne pas envie d’être sauvé.

Tiens, il me vient une petite question, à qui profiterait ’il, d’ailleurs, ce PSE ? (J’ai une liste sur un p’tit bout de papier. Réponse dans quelques mois, je ne raterai ça pour rien au monde !).

Ce n'est pas dénigrer, c'est un constat. Triste constat.

Nous sommes à la veille d'une fusion. La direction refuse d'employer le mot, mais c'est pourtant le cas.

Nous allons négocier dans peu de temps les accords collectifs qui seront mis en place dans les trois compagnies. La CGT HOP!Régional a une demande : un contrat de travail unique pour les salariés du SOL, tous les salariés !

Alors, chers Camarades, posez-vous deux questions simples, mais d’importance : « A qui confierai-je la responsabilité de négocier ce que sera mon futur statut ? Qui est à même de mieux défendre mes intérêts ? ».

Voilà pourquoi je pensais, en toute bonne foi et sans orgueil, qu’il était inutile d’écrire.

Mais ça m’a fait plaisir, vraiment…

Philippe « Ernesto » Guégan-Benadel

Repost 0
4 juillet 2014 5 04 /07 /juillet /2014 18:03

Jeudi matin à Clermont-ferrand et à Nantes était distribué un tract de la CFDT, FO, SNMSAC, CGC, sensé répondre aux accusions de "coup de couteau" dans le dos fait à la CGT lors des dernières élections CHSCT.

Un bref rappel des faits. Il y a un peu plus de deux mois, les élections concernant le renouvellement des membres du CHSCT devant se dérouler le 19 juin, la CGT Régional, en la personne de Stéphane Chaussidon, DS, avait approché les organisations syndicales CFDT, SNMSAC, FO, UNAC, SNPL, FUC, SPAC, de l'entreprise en leur demandant leurs prétentions en nombre de postes pour ces instances.

Je réaffirme içi, SMS à l'appui, que nous avions conclu avec la CFDT un accord concernant trois postes répartis comme suit: 2 postes à la maintenance, 1 poste à l'administration-escale.

FO nous avait proposé un candidat. Je passe sur les accords avec les PN, ce n'est pas l'objet de la mise au point.

Quand au SNMSAC, l'un de ses représentants contacté par Stéphane dans le hall de l'aéroport de Clermont-Ferrand, avait simplement émis un espèce de borborygme et s'était éloigné en riant. Notre position était pourtant clair à leur égard, nous soutenions la candidature de l'élu "actuel" de ce syndicat membre depuis deux mandats au CHSCT Maintenance. Il n'avait pas souhaité se représenter (mais ça, nous l'ignorions).

Voilà les faits jusqu'au 18 juin, ou la CFDT vient nous annoncé que ce n'est plus un candidats au CHSCT Aministration escale qu'elle souhaite mettre en place mais deux et ce sans possibilité de discussions. Voilà pourquoi, dans le tract que nous avons diffusé à la suite des élections nous parlions de "chantage".

Pire, le "chargé de élections" de ce syndicat appelle, discute avec les élus du CE pour tenter de retourner leurs votes, parlant "d'hégémonie" de la CGT".

Voilà pourquoi de le tract nous parlions de "trahison".

Je ne m'étendrai pas sur leur com de ce matin où il est fait état de "représentativité" et d'autres "petits détails" qui ont plutôt tendance à déclencher l’hilarité que la colère.

Les rédacteurs parlent aussi du nombre de voix recueilli par les candidats CGT et en relativisant le nombre. Les malhonnêtes! Les vilains manipulateurs! Ce qu'oublient de vous dire ces policards à la petite semaine, c'est que les rivalités inter-syndicales causées par la signature de la modification des accords collectifs du personnel navigants ont fait que des alliances contre-nature se sont faites pour "régler ses comptes". Ainsi, les candidats SNMSAC-CFDT ont reçu des voix d'élus qui voulaient seulement se "venger de la positions" de tel ou tel syndicat. Alors quand ils parlent de billets pré-remplis comme d'une élection presque truquée, je me marre, je me tords: ils ont fait exactement pareil!! Des fourbes, des manipulateurs, je vous dis!

La thèse défendue par les rédacteurs du tract (sur lesquels je reviendrai plus tard) est la suivante: "vous avez la majorité, mais vous DEVEZ nous laisser des places". La question essentielle, fondamentale, est pourtant simple: pourquoi faire?

Qu'est ce que la démocratie? Un vote ou la majorité s'exprime et dont le résultat reflète l'opinion général. Les socialistes ont gagné les élections présidentielles. Ont'ils tenu compte du score de l'UMP dans la constitution du gouvernement? L'UMP à remporté les élections municipales. Les conseillers des autres partis siègent-ils aux conseils municipaux des mairies de droite? Je ne crois pas.

Ils parlent dans leur tract d'élus "motivés, investis" certes, il n'est pas question de mettre en doute l'envie, mais est ce vraiment la vraie raison? On peut raisonnablement se le demander quand on voit la position des élus CFDT, SNMSAC en négociations. Quelles sont donc les vraies motivations qui poussent aujourd'hui des personnes aussi proches de la direction à crier "au scandale" quand, en réaction à la traîtrise, nous constituons une liste au CHSCT maintenance et administration escale excluant leurs candidats?

Les CHSCT ont pris depuis quelques années une importance essentielle au sein des entreprises. Des pouvoirs importants leur ont été confiés. Est ce les demandes d'expertises sur les risques psycho sociaux déclenchés par les secrétaires CGT qui gênent nos détracteurs? Le DRH nous a promis "la guerre" en apprenant (par qui a votre avis?) la constitution de nos listes. Les excellents rapports entretenus par la direction et certains, je n'ose même pas dire, syndicats, serait'elle à l'origine du retournement de situation citée plus haut? Il est vrai que nous avons chez nous un préposé (enfin, au moins un) au stylo. Figurez vous qu'il se permet de signer une modification d'accord collectif du Personnel Navigant, sans avoir le moindre élu et sans avoir assisté aux réunions!

Qu'en pensez vous?

Et c'est à nous que l'on reproche d'être hégémonique! L'accord sur la réduction des coûts signé par la CFDT, le SNMSAC et FO est pourtant largement en défaveur des salariés. La preuve, réalisant peut'être une partie de leur erreur, ceux qui l'avaient signé votent CONTRE au Comité d'Entreprise! Les mêmes! Une logique à toutes épreuves, non?

Hégémonie? Mais quand le SNMSAC était omni-présent il y a de celà quelques années, leurs responsables laissaient-ils de la place aux autres? Non. Mais il est tellement plus facile de reprocher aux autres sa propre conduite...

Et puis il s'agissait d'un temps où leurs dirigeants avaient des valeurs, un comportement qui est loin, aux antipodes pourrait on dire, de celui qui est le leur aujourd'hui. Les gens de la trempe de Yves Runavo, ont disparu, et nous les regrettons encore. Car si nous ne partagions pas toujours les mêmes positions, il y avait de l’honnêteté dans le comportement, des idées, des valeurs. Aujourd'hui le but affiché des dirigeants de cette organisation syndicale est de se battre contre la CGT la direction devenant parfois un allié. Voilà à quoi nous sommes réduits aujourd'hui:

- Un syndicat qui ne souhaite qu'une chose, nous voir disparaître: le SNMSAC

- un autre où les intérêts personnels de la plupart de leurs responsables sont le moteur de leurs actions: la CFDT

Alors, que faire?

Savez vous que le tract que nous avions commencé à rédiger et qui est à l'origine de la réaction de nos "meilleurs ennemis" commençait par: "élection aux CHSCT: un échec" et ce malgré nos résultats?

Pourquoi? Parce que la désunion syndicale est ce qu'il y a de pire dans une entreprise! Malheureusement, il y a des moments où l'union est tout bonnement impossible.

Enfin, et pour être complet, je vous joins en fin d'article, le mail qu'à envoyé le responsable de FO qui a eu la surprise de voir son logo sur le tract "des aigris" et qui confirme que nous avons tenu parole.

Je vous aurai bien mis aussi la conversation qu'a eu l'élu CGC au CHCST admi-escale avec l'un d'entre nous, mais, les cadres vous savez, pour se mouiller c'est un peu difficile. C'est dommage car j'avais beaucoup d'estime pour le Monsieur, d'autant qu'il était venu nous remercier, à la fin de l'élection, d'avoir voté pour lui...

Ah! L'ingratitude..

*********************

Salut Olive

Je reviens vers toi concernant le tract de réponse au tract Chsct de la Cgt.

Comme je te l'ai dit hier de vive voix, je ne souhaite pas que le logo Fo soit associé à ce tract car j'ai eu satisfaction au niveau de mes demandes de poste au chsct administration et escales.

En effet, je serais un menteur si je disais que la Cgt ne m'a rien proposé ou qu'ell n'a pas tenu parole.

J'ai proposé Florian T...... et la Cgt a appelé à voter pour lui. Parole tenue donc.

Pour la maintenance, je n'avais pas proposé de candidat.

Aussi, je te remercie de ne pas diffuser le tract avec le logo Fo.

Amicalement

Khalid H......

Repost 0
25 juin 2014 3 25 /06 /juin /2014 21:51
Repost 1
Published by Briand Sylvia - dans Régional - HOP!
commenter cet article
18 mars 2014 2 18 /03 /mars /2014 18:06
HOP!: deux nouveautés à Lille cet été.

Voici quelques nouvelles, aujourd'hui, de l'aéroport de Lille relatées par Air Journal. Nous sommes ravis(...!) d'apprendre que " Lille représente une base significative pour le réseau de HOP! ", surtout après notre " éviction " des lignes Lille-Marseille et Lille-Nice avec la création des bases provinces d'Air France. Lourd traumatisme pour Régional et ses salariés ces bases provinces, mais comme aime le répéter nos dirigeants, " oublions le passé et regardons vers l'avenir ", ben voyons!!!

La compagnie aérienne HOP! ajoute cet été à Lille deux nouvelles liaisons vers Biarritz et Perpignan, portant le total de routes directes à 12 depuis l’aéroport du nord de la France.

Tous les samedis du 12 avril au 10 mai 2014, puis du 28 juin au 6 septembre, la filiale régionale d’Air France déploiera un Embraer ERJ145 de 50 places entre l’aéroport de Lille-Lesquin et celui de Biarritz-Anglet-Bayonne. Le départ est prévu à 11h30 pour arriver à 13h10, le vol retour quittant la côte basque à 13h40 pour atterrir à 15h15. Pas de concurrence pour HOP! sur cette route, qui est proposée hors de ces périodes avec escale à Lyon.

Le Lille – Perpignan-Rivesaltes n’est toujours pas proposé en ligne ce lundi matin, mais devrait être opéré en juillet et août le jeudi et le samedi.

HOP opère à Lesquin quatre vols quotidiens vers Lyon-St Exupéry (son principal hub avec 20 destinations françaises et 9 européennes); un vol quotidien vers Montpellier, trois quotidiens vers Strasbourg, Bordeaux, Nantes et Toulouse. Sans oublier les vols estivaux la Corse (Figari, Bastia, Calvi et Ajaccio), qui reprendront dès fin avril.

La compagnie rappelle que Lille « représente une base significative pour le réseau de HOP! », où elle a enregistré une hausse de son trafic passager de 10% pour une croissance de l’offre en sièges de 6%. Le coefficient d’occupation y atteint 66% (+2,5 points), et elle y vise une capacité de 600 000 sièges en 2014.

Repost 1
Published by Briand Sylvia. - dans Régional - HOP!
commenter cet article