Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog d'info des salariés de HOP!
  • : Blog d'information libre de toutes consignes politiques et syndicales, des salariés de HOP! La rédaction est assurée par un collectif composé en grande partie de militants de la CGT, certes, mais totalement libres de leurs propos et de leurs positions.
  • Contact

Recherche

6 septembre 2013 5 06 /09 /septembre /2013 11:39

Tous n'est pas rose pour la compagnie Low-cost Irlandaise.

Après les nombreux articles dans la presse la vision "O/Learyesque" de sécurité des vols de cette compagnie à bas coûts, voiçi maintenant une mauvaise nouvelle boursière ... et une petite vidéo...

Low profile L'alarme sonnée par Ryanair sur le secteur aérien a surpris les investisseurs.

Il n'y a pas que dans les cieux que les trous d'air ne préviennent pas. Habituellement transportés avec bien plus de confort que ses passagers, les actionnaires de Ryanair n'ont pas vu venir celui qui a fait plonger hier leur titre de 11 % d'un coup. Un peu plus de 1 milliard d'euros largué des soutes de la capitalisation boursière leur conserve, certes, une avance de 27,5 % en Bourse depuis le 1 er janvier, presque moitié mieux que les valeurs européennes de l'aérien (+ 18,7 %). Il laisse aussi de l'espace chez l'irlandais pour y caser l'équivalent, en valeur boursière, de cinq Air France-KLM pourtant cinq fois plus gros que lui en chiffre d'affaires. Mais chez la compagnie qui rêve de faire payer les toilettes à bord, l'événement est suffisamment rare pour être traumatisant. Son patron, Michael O'Leary, qui raillait les « High Ordinary Prices » de HOP, la filiale low cost de la compagnie tricolore, fait maintenant « low profile » en avouant que ses prix ne sont plus aussi compétitifs qu'avant. La guerre des tarifs qu'il a décidé de livrer contre easyJet, Norwegian Air ou Vueling et la dépréciation de la livre plaqueront son bénéfice annuel dans le bas des objectifs (de 570 à 600 millions d'euros), soit 11 % de moins qu'affiché sur le billet pris par les investisseurs. Le pilote a même dû prévenir que si ce « Blitz » se poursuivait, cet atterrissage-là risquait aussi d'être manqué. A voir le recul limité du titre d'easyJet (-- 5,1 %), cette bataille d'Angleterre ne doit pas être livrée par tout le monde...

Partager cet article

Repost 0

commentaires