Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog d'info des salariés de HOP!
  • : Blog d'information libre de toutes consignes politiques et syndicales, des salariés de HOP! La rédaction est assurée par un collectif composé en grande partie de militants de la CGT, certes, mais totalement libres de leurs propos et de leurs positions.
  • Contact

Recherche

5 octobre 2014 7 05 /10 /octobre /2014 13:42

Air France-KLM : révélations sur les coups fourrés d'une grève à 300 milions d'euros

LAURENCE DEQUAY - MARIANNE

Alors que les pilotes tentent de négocier avec leur direction le paiement de leurs jours de grève, "Marianne" révèle qu’Alexandre de Juniac, leur PDG, avant le conflit et donc toute négociation avec ses navigants, a constitué une nouvelle société aérienne profilée pour accompagner le développement de ses vols low cost : Transavia Company. Et qu'une holding Transavia Europe Aviation a été discrètement préenregistrée… au Portugal.

Décidemment, Air France-KLM n’en finit plus de surprendre. Alors que la compagnie préférée des Français a réussi à rétablir, après quatorze jours de mouvement social, la totalité de ses vols, la tension remonte à Roissy. Selon les informations du Point et duFigaro, certains commandants de bord et copilotes, ergotent en effet sur le décompte de leurs jours de grève et tentent de s’en faire rembourser une partie. Des réclamations que la compagnie, s’appuyant sur une jurisprudence de la Cour de cassation, exclut de satisfaire. D’autant plus qu’elles ulcèrent les stewards, les hôtesses, les vendeurs qui ont vu leurs primes fondre de plusieurs centaines d’euros au bas de leur feuilles de paye, du fait de l’annulation des vols…

Gageons donc que dans ce climat délétère, les documents que révèlent Marianne ne vont pas apaiser les salariés, ni les syndicats de pilotes , SNPL Air France ALPA, Spaf et Alter. Les actes du greffe de Bobigny que nous nous sommes procurés, indiquent en effet qu’Alexandre de Juniac, avant même que les pilotes ne déposent leur préavis de grève le 29 août dernier, avait déjà constitué une nouvelle société aérienne, aujourd'hui dénommée Transavia Company, capable selon ses status de prendre des initiatives sur des sujets bloqués au sein de Transavia France. Et pour le faire à la barbe de ses personnels, le PDG a pris un chemin bien solitaire…

Une coquille dormante est réactivée

Tout commence à la fin juillet 2014 (voir les documents ci-dessous). Alexandre de Juniac se fait nommer à la présidence d’une coquille dormante d’Air France-KLM Finance, enregistrée depuis 2012 sous le nom de Mileshouse dont l’objet officiel est l’exploitation notamment de programmes de fidélité. Dès le 1er août, il en change l’activité. Mileshouse devient alors une société de transport aérien de personnes et de marchandises dont l’objet est autant de louer des avions, que d’en acheter ou de prendre des participations dans des compagnies tierces. Bref une toute nouvelle compagnie aérienne à laquelle il ne manque plus qu’un agrément.

Cliquez sur les documents pour les visualiser en grand

Le 10 août, dans la torpeur des vacances, nouvelle étape. Le PDG cède toujours discrètement la présidence de cette société par actions simplifiées à Abraham Graber, le président de la société hollandaise Transavia.com.

Enfin, le 19 septembre, alors que les pilotes sont déjà en grève depuis quatre jours, Mileshouse prend le nom de Transavia Company. S'agit-il pour Alexandre de Juniac, épaulé par Abraham Graber de commander discrètement les Boeing 737 dont il a besoin sans alerter ses navigants ? De signer des leasings ? De recruter sans attendre au moins 15 mois, comme l’y oblige les clauses de dénonciations de l’accord en vigueur avec les pilotes de Transavia France? Contactée par Marianne, la direction d'Air France nous a simplement communiqué cette énigmatique réponse: « Comme tout groupe, Air France-KLM dispose d'entités juridiques activables en fonction de ses besoins : partenariat, financement et développement. »

Mais ce n’est pas tout. En consultant le registre des sociétés commerciales du Portugal du 1er octobre, Marianne a également découvert qu’une étrange holding dénommée Transavia Europe Aviation y était toujours pré-enregistrée sous le numéro 513 237 810. S'agit-il de la holding que le PDG défendait avant d'affirmer renoncer officiellement à ce projet le 24 septembre, devant ses salariés, le gouvernement et le Premier ministre Manuel Valls ? Sans apporter aucune explication au pré-enregistrement d'une entité lusitanienne au nom de Transavia, éventuellement par un tiers avocat, la direction d'Air France-KLM affirme simplement que« Transavia Europe n'a jamais existé et n'existe pas. Aucune société dans la perspective du projet Transavia n'a été déposé par Air France ou Air France-KLM. »

Socialement, politiquement, ce manque de transparence est pourtant risqué. Car les personnels d’Air France-KLM, comme ceux de Transavia France, déboussolés, risquent de perdre confiance dans leur direction. Quant aux députés auxquels Alexandre de Juniac a déclaré, la main sur le cœur, fin septembre en audition, qu’il menait un dialogue social ouvert, de haute volée, ils pourraient s’estimer menés en bateau. Surtout, dans une compagnie qui, de l’aveu même de son PDG, n’a que quelques mois devant elle pour offrir aux Français des vols de loisirs qui les détournent d’Easy Jet ou de Ryan air, il devient urgent d'asseoir toutes les professions à la table des négociations. Si du moins, c'est encore possible...

Partager cet article

Repost 1

commentaires

serrurier paris 08/10/2014 21:54

Je vous encourage à écrire des articles de ce style ! Je recommande & partage !