Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog d'info des salariés de HOP!
  • : Blog d'information libre de toutes consignes politiques et syndicales, des salariés de HOP! La rédaction est assurée par un collectif composé en grande partie de militants de la CGT, certes, mais totalement libres de leurs propos et de leurs positions.
  • Contact

Recherche

27 mai 2016 5 27 /05 /mai /2016 21:36

Laisser moi vous faire participer à quelques constatations et aux réflexions qu'elles me causent.

Il y a peu, j'avais une discussion forte intéressante bien que très peu décontractée avec l'une de mes Camarades. Nous parlions de la situation sociale en France et de notre préavis de grève.

En effet, et certains d'entre vous ne le savent peut'être pas, mais la CGT HOP! a déposé un préavis de grève illimitée contre la loi travail. Je n'aime pas dire "loi El Khomri", car je pense que cette dame n'est certainement pas la rédactrice du projet surtout quand on sait l'expérience qu'elle a sur le sujet « travail », puisqu'elle n'a pratiquement jamais travaillé dans le privé. Elle avait pû, d'ailleurs, montrer tout l'étalage de ses connaissances sur le CDD dans une émission télévisée.

Cette discussion tournait autour de "l'image" de l'organisation syndicale à laquelle j'ai l'honneur d'appartenir, et je dis ça sans rire, mais je dirai sûrement plus loin pourquoi. Et puis si j'oublie, vous vous contenterez de ça.

En gros, je répète sans caricaturer ce qui m'a été dit, la CGT est un syndicat "sol", entièrement gouverné par les représentants syndicaux "sol" et entièrement soumis, donc, aux décisions syndicales du "sol".Un syndicat d'extrémiste, de brûleurs de palettes qui ne signe jamais rien.

Commençons par ça. Si être extrémiste consiste à réagir pour éviter de se faire tondre et d’essayer de préserver, un peu, l'avenir des générations suivantes, celles de nos enfants, je revendique cet extrémisme. Si les salariés font le choix de se laisser traîner dans la boue pendant que certains des plus grands dirigeants d'entreprise gagne en une journée ce que eux mettront une vie à gagner, peu importe, à chacun son niveau de fierté.

Et enfin, la CGT est le deuxième syndicat en France à signer des accords collectifs.

Voilà.


A la suite de cette discussion fort animée, ma Camarade a donc publié un article sur son blog « les ailes des PNC » et c'est en le lisant, en ressassant ses remarques, et en discutant avec des amis ce matin devant le tribunal de Bobigny en soutien à nos Camarades d'Air France inculpés dans « l'affaire de la chemise », que je me suis décidé à faire autres choses sur ce blog, que de recopier et transférer ce que l'on lit ici et là sur l'actualité sociale de notre pays.

Donc, pauvres navigant(e)s commerciaux, (PNC pour le reste du texte), vous voilà donc "soumis au SOL". La première réaction qui me viens serait de dire "oui, et alors". En effet, n'ayant pas adhéré à la CGT par le simple fait du hasard, parce que j'aimais bien les couleurs du logo, ou parce que mon Grand-père, ouvrier aux chantiers de l'Atlantique de Saint Nazaire y était lui même adhérent (alors que mon père avait horreur des syndicats...Ah tiens tiens, un début de piste... Freudienne en plus...), j'ai toujours du mal à comprendre cette triste division que les salariés établissent, entre eux, sans l'aide de personne. Un syndicat c'est fait pour unir, non?

Voiçi donc, et ne croyez pas que cela soit typique aux seuls salariés des compagnies aériennes c'est partout la même.

Un salarié dans une usine de production de cocotte minute ( les puristes ne m'en voudront pas de simplifier, le processus de fabrication de ce magnifique moyen de cuisson), affecté au polissage des cuves en aluminium. Peu qualifié, ce travail est salissant et pas très agréable.

Deux postes plus loin, l'opérateur sur une machine numérique, propre sur lui, le regarde avec condescendance. "Normal voyons". Voilà, à deux postes de différences, la ségrégation s'installe. Je ne parle pas, des "administratifs-qui-circulent-sur-la-passerelle" avec les chefs et pour qui, même le programmeur, très beau, très propre, n'est et ne restera qu'un "manard" dans la fosse (ah oui, vous avez remarqué comment sont souvent construits les sites de production? Les bureaux en haut et fenêtres, ou passerelle pour surplomber la fosse...).

A la SNCF les conducteurs de train. Même métier consistant à conduire une masse de ferraille entre deux rails du même métal et bien, même ségrégation, même différence de discours entre les salariés. Ceux qui conduisent les trains régionaux ne sont pas considérés du tout comme les conducteurs de TGV, ceux qui font les manœuvres entre dépôts, souvent dans des conditions nettement plus pénibles en plus, non plus. A tel point, que c'est maintenant un autre syndicat, créé pour l'occasion qui défend les chauffeurs de luxe par rapport "à la masse".

Le plus étonnant c'est que le quidam moyen trouve celà tout à fait normal: “ben, le conducteur de TGV, c’est normal qu’il soit mieux considéré” Ah bon, pourquoi? Parce que le train va plus vite? À cause de la formation plus difficile? Plus longue? Demandant un autre niveau d'étude? Nous rentrons là dans des détails pas même évoqués ou analysés par les “gens”, non, c’est comme ça, il faut une hiérarchie et la différence entre salariés est normal. Cela rassure de se savoir « mieux » que l’autre, ou moins bien, d’ailleurs, et de procéder à une auto flagellation culturellement défendu par certains.

Et puis “c’est comme ça”.

Revenons au sujet qui m’occupe.

Les représentants syndicaux du sol ne pourrait pas comprendre les “navigants” et donc ne pourrait pas les défendre.

Bien, pensez vous, par hasard, qu'il s'agisse d'une question de capacité intellectuelle? Non je l'espère, car je vous assure pour participer régulièrement à de nombreuses réunions “sociales” ou toutes les catégories de personnels et donc, tous les métiers sont représentés, voilà un critère, une qualité dont la répartition n'est effectivement pas très uniforme, mais je vous assure que cette répartition n'a rien à voir avec le métier de l'élu. Je vous assure également, que la proximité des oiseaux, du bleu azur ou des étoiles selon l’interprétation onirique du métier, n'amène ni à une amélioration de l'agilité intellectuelle, ni à l'attribution de quelques points en plus de QI. Pour certains dont je vois les visages en écrivant ces quelques mots, la tendance serait même plutôt inverse...

Donc, écartons les capacités intellectuelles défaillantes en fonction que l'on soit navigant ou pas.

Le boulot est différent.

Ah, ça oui, le boulot est différent.

Mais dites moi, les PNC sont bien gérées par un accord collectif?

Qu'est ce qui rendrait cet Accord Collectif du Personnel Navigant non-compréhensible au commun des mortels?

Il est écrit en Araméen?

Je sais, les abréviations ! Savez vous que sur un Maintenance Manuel d’Ejet la section concernant les acronymes contient une dizaine de pages...10 pages d'abréviations et leur signification ! Des “p’tits joueurs” vous êtes. Je vous le dis car moi, je l’ai lu l’ACPN complet, avec les annexes.

Mais de toutes façons, que je sache, il n'est pas demandé aux représentants syndicaux ”navigants” de connaître le bouquin par cœur, pas d'interrogation écrite ( et tant mieux, car je vous jure que l’on rigolerai 5 mn, c'est une chose de critiquer l'action de ses adversaires sur Facebook ou dans certaines publications, c’est autres choses, VRAIMENT autres choses, de savoir négocier et défendre les salariés. En fait, c’est en gros la différence entre une peste et une Délégue(e) Syndical(e)).

Donc je ne comprends toujours pas, pourquoi nous ne pourrions être polyvalent et se défendre tous et toutes. Je ne parle pas des syndicats de chauffeurs d'avion, qui, par construction, à l'exception d’une petite dizaine de vrais bons gars, sont génétiquement programmés pour ne défendre que leurs intérêts, il s’agit, d'après la faculté, d’un blocage comportemental appelé syndrome « d’il-n’y-a-que-moi” aggravé parfois par “les-autres-ne-servent-à-rien”. Ce n’est pas très grave et pas contagieux. Ils triplent d'ailleurs parfois ces deux syndromes avec un autre plus commun dans certaines sociétés, le « Je-ne-peux-manger-que-si-on-me-sert » mais c'est plus rare....

Tout ça pour dire que dans le cas qui nous occupe, bien égoïstement, ce n'est tout simplement pas le sujet !

Pourquoi ? Et bien parce que à la CGT HOP ! Les Camarades PNC se débrouillent, tout seul. Ils nous tiennent au courant de leurs discussions, des dossiers personnels, de ce qui se passe en CHSCT, nous adressent leurs Compte Rendu DP, mais personne, PERSONNE , n'interviens dans leurs affaires.

Une preuve ? PNC,adhérents, avez vous été appelées à la gréve par la CGT HOP !?

Vos responsables sont contre, je ne suis pas d'accord avec elles, d’où la discussion dont nous parlions plus haut, mais elles, ils, connaissent les salariés qu'ils, qu'elles défendent, jugent le moment peu propice à la mobilisation, elles, ils, décident.

Je ne suis pas d'accord sur le fond car nous seront toutes et tous touchés par cette loi si un jour elle s'applique !

Sol et navigants : le paiement des heures supplémentaires, le temps de travail, les temps de repos, il n'y aura aucun distingo entre salariés du sol et des étoiles ! Pour les dirigeants, tout cela c'est de l'argent, de la productivité, alors en avant !!!

Je vous joins une analyse des responsables de la CGT concernant ces conséquences, vous comprendrez....

Et puis, il faut arrêter avec ces histoires de syndicats sol/PNC.

Quizz : qui sont aujourd'hui les syndicats seulement PNC ?

Réponse : aucun ! La CGT, c'est la CGT. Le SNPNC est affilié à FO (qui est également contre la loi travail, d'ailleurs), l'UNAC c'est la CFE-CGC, syndicat de cadres dont le responsable chez Air France a salué le départ de De Juniac comme « celui d'un grand patron ». L'UNSA qui soutient également la loi travail est un syndicat Sol, la CFDT se cache maintenant derrière la création de l'Union Nationale PNC, SUD, c'est SUD.

Voilà la réalité.

Que les pilotes (certains) fassent « campagne » contre la CGT, cela se comprend, s'explique et s'analyse en faisant appel aux qualités précédemment citées. Je vous laisse quelques jours.

Pour terminer, ils sont vraiment biens vos syndicats « navigants » !

Ils ont laisser faire et pour certains milités, réclamés, la séparation des droits du travail. Il fallait sortir les navigants de la gestion par le Code du Travail. « Pensez donc, comment est-ce possible ! Nous n'allons pas continuer à être gérés comme les « rampants », beurk... » Et les patrons, « vous avez raison, et puisque vous le demandez... »

Bilan :

  • Durées maximum de temps de travail plus importantes pour les navigants, amplitude aussi.

  • Introduction de la notion de temps de service en vol à la place de la définition du code du travail : « temps pendant lequel le salarié est soumis à son employeur et ne peut librement vaquer à ses occupations »

  • Temps forfaitaire à la place du temps réel de travail

  • Temps de repos réduits (c'est bien les nuits courtes, hein!)

  • Publication, modification des plannings plus « souple »

  • Protection médicale sans cesse réduite

    Etc...etc...

« Merci nos syndicats. Heureusement que vous êtes là ! »

De l'avis même de certains responsables de l'Aviation Civile, la carrière d'un PNC doit être courte. Ces salariés doivent être jeunes et disponibles. « Ce n'est pas un métier, c'est un job » déclarent certains.

Et vous savez quoi, et bien il y a plein de gens qui trouvent ça normal et évident.

Comme pour les chauffeurs de trains.

Repost 0
11 mai 2016 3 11 /05 /mai /2016 14:57

Voilà ce que pourrait écrire le gouvernement aux directions des différentes confédérations syndicales:

"Nous tenons à remercier chaudement les directions Confédérales et Fédérales de la CGT (et autres) pour leurs appels successifs à la grève depuis ces dernières semaines.

Ils ont pour effet de décourager ceux de leurs adhérents les plus impliqués pour qui les pertes de salaires commencent à lourdement peser sur leurs engagements.

Merci de ne pas appeler à la grève générale, mais d'user les salariés avec ces mouvements à répétition"

Cordialement

F. Hollande, E. Valls, E. Macron, M. El Khomri, L. Berger

Repost 0
29 février 2016 1 29 /02 /février /2016 22:38

Regardez donc celà..

En plus, pour une fois, ce ne sont pas de vieux syndicalistes grincheux qui interviennent...

Repost 0
12 novembre 2015 4 12 /11 /novembre /2015 02:56

Voilà! C'est un pilote qui parle. Certes, en matière de positionnement politique, Alter n'est pas le SNPL, mais dans le Syndicalisme comme ailleurs, se sont souvent les Hommes qui comptent avant le logo.

Ecoutez! Ecoutez attentivement, François résume en une intervention ce qu'est le problème non seulement d'Air France, mais celui d'un système économique et sociale.

De quoi nous réconcilier avec les pilotes...

Repost 0
6 novembre 2015 5 06 /11 /novembre /2015 22:37

Vous trouverez ci-dessous, le préavis de grève et le tract qui l'accompagne, concernant l'action de la CGT sur le site de HOP!Régional à Clermont-ferrand.

Philippe Martinez, Secrétaire Générale de la CGT, sera présent sur place et rencontrera salariés et syndiqués.

Seront également présents, en plus de délégations Auvergnates de militants, nos Camarades de la CGT d'Air France.

Merci de diffuser largement cette information autour de vous!

Repost 0
10 juillet 2015 5 10 /07 /juillet /2015 17:34
Grève chez Britair
Il me semble que ce sujet nécessite un peu plus que le seul commentaire laissé sur l'article précédent.
D'autant qu'il a été rédigé plus en réaction à la question du suivi d'une "grève de la CFDT" (sic!) ce qui n'est pas la réalité que réellement sur le fond du "problème".
Avant toutes choses, il ne me viendrai pas à l'idée de contester cette grève ou de la critiquer (au sens que l'on donne généralement à ce mot, alors que...), j'apporte içi mes propres analyses et interrogations et tente de répondre aux questions (nombreuses) qui nous ont été posées sur ce sujet.
Je reprendrai quand même l'argument principal de ma réponse: "une grève, ça sert à quoi?". Cette question n'est pas une question dogmatique ou idéologique, ni même (encore que, dans certains cas), philosophique, elle pose seulement une question pratique, essentielle car elle détermine la raison du conflit, j'espère que nous serons tous d'accord sur ce sujet.
En l’occurrence, "nous voulons obtenir de la direction de HOP! qu'elle ne ferme pas le site de la compagnie Britair à Morlaix". Bien. C'est une excellente raison, mobilisatrice qui plus est, de rentrer dans un conflit. Mais, et je vais utiliser là un synonyme, un conflit c'est un désaccord. Il y a t'il désaccord dans la situation qui nous occupe? Difficile à dire, car le plan de restructuration sera présenté jeudi 16 juillet et à moins d'être doué de dons de divination, personne ne sais ce qu'il y a dedans. Ce que je sais seulement, pour avoir assister à plusieurs réunions sur le sujet de l'unification du secteur Maintenance de HOP!, et ce avec les représentants des syndicats de Britair, d'Airlinair et de Régional, c'est que jamais, n'a été évoqué ni la fermeture de Morlaix, ni celle de Lille, de Clermont ou de Lyon. Jamais!!
Pourquoi cette réaction alors?
Vous connaissez mon "amour" immodéré pour les cadres, et ce, quels qu'ils soient et de quelques appartenances que ce soient, vraisemblablement causé par mes expériences passées et présentes, mais je vais quand même essayé de trouver des circonstances atténuantes à leur comportement habituel. Voilà une catégorie particulière de salariés, parfois représentés par un syndicat, dont le rôle principal est de faire passer les différentes pilules que représentent les conséquences des plans de restructuration, réorganisations, fusions à leurs "équipes" et qui, dans 80% des cas, sont les premiers concernés par les conséquences de ces mesures. L'exercice n'est pas simple. Les voici en réunion, on leur projette un bel organigramme et ils réalisent, alors, que, "tiens", "je ne retrouve plus ma case". "Retourne au boulot mon petit et fait passer le message que ce projet d'entreprise est le meilleur du monde". "vous êtes gentil mon bon chef, mais je ne suis pas dedans...", "Certes, mais fais ton boulot, tu es cadre". Bon petit soldat! Remarquez, il y en a qui aime ça.
Pas facile, Is'n it....
Je pense, pour y avoir été confronté, que l’ancienneté de Britair et son histoire font que la plupart de son l'encadrement a, au lancement du PRF-HOP!, pensé, que la gouvernance générale de la future organisation lui revenait "de droit". Je ne vous rappelle pas les différentes et successives déclarations de chefs de services de la compagnie Bretonne "On va les bouffer", "Régional, on les aura.." j'en passe et des pas meilleures.
Je pense vraiment, pour aussi l'avoir vécu, que c'est de l'encadrement que viennent les rumeurs. Contrairement à ce que l'on pourrait croire, les syndicalistes sont peu écoutés, dans les premières phases des projets (quand arrivent les difficultés, c'est autres choses). Je crois donc, que l'une des grandes causes de la "panique" des salariés de Britair vient de son encadrement et de la frustration de tel ou tel risquant de ne pas trouver sa place au sein de la nouvelle organisation. Celà peu se comprendre. On comprend moins la même réaction quand il s'agit de personnes ayant visées promotion et "gloires" personnelles. Le pouvoir rend fou, je vous l'ai dit et répété...
De là à penser qu'il y a au minimum une influence "néfaste", au pire, manipulation de l'ensemble des salariés du siège de Morlaix, il y a un pas, que les informations en ma possession ne me feront pas franchir, mais quand même.
Le danger de cette situation, c'est que les salariés s'en aperçoivent et que le soufflet retombe au moment ou, justement, une mobilisation unitaire sera rendu nécessaire par l'actualité.
Passons aux syndicalistes. Qu'est ce qui fait que ce mouvement est déclenché seulement chez Britair (je ne parle pas d'Airlinair sciemment)? Je ne parle que de la CGT HOP!Régional, mais depuis le déclenchement de "l'aventure" PRF-HOP, ils ont été les premiers à dire que l'union ferait la force et que nous devions "faire ensemble". Que dire? Nous n'avons pas été entendu? C'est au minimum une évidence.
Ils n'ont pas confiance, c'est une triste réalité, et malgré nos prises de positions en Comité d'Entreprise sur la défense des TOUS les salariés, ceux de Régional, c'est évident, mais aussi ceux de Britair et d'Airlinair, malgré nos différentes rencontres avec les mêmes déclarations, la CGT de Britair continue à croire que nous ne ferrons rien pour eux et que nous les trahirons. Ils se trompent, et risquent bien par leur comportement (la CGT de Régional n'a pas été informée, au moins par "politesse" du préavis de grève) de décourager les plus "unionistes" de nos Camarades et de, surtout, décourager les salariés de Régional qui auraient pu, par solidarité, suivre un mouvement, car nous l'avions annoncé depuis le départ "si un seul site, quelqu'il soit est fermé, vous nous aurez en travers de votre chemin".
C'est triste et contre-productif, mais c'est la vie. Je ne pensais pas cela possible à la CGT, aux vues des valeurs qui ont fondé ce syndicat, mais bon, on en a tellement vu ces derniers temps...
Pour finir, il ne faut pas oublier, aussi, les échéances électorales chez Britair en mars prochain. J'aime beaucoup moins ce "scénario" mais sais que certains en sont largement capables. Imaginez un peu que certains instigateurs de la grève, qui eux ont participé aux réunions avec la direction contrairement aux salariés, imaginez, disais-je, qu'ils sachent que rien ne fermera. Il est alors facile d'appeler à la grève AVANT l'annonce (connue) et de se présenter le jour de la dite annonce, comme LES sauveurs du site de la compagnie et d'en tirer tous avantages. "Vous voyez, c'est grâce à nous qu'il n'ont pas fermé Morlaix"...
Voilà, un peu plus développées, les raisons qui me font penser, que nous n'avions aucune raison, chez Régional, de suivre cette grève. C'est, je le répète une analyse personnelle qui ne remet pas en cause leur mouvement, car après tout, je travaille chez Régio et ne suis pas dans leur tête, mais je continue à penser que c'est du gaspillage, au minimum, d'énergie. Et puis, quand on me demande, je réponds.
Nous verrons la suite....

Repost 0
17 juin 2015 3 17 /06 /juin /2015 00:18
​​Avec un peu de retard, vous trouverez ci-dessous, le communiqué de la CGT envoyé à la presse au sujet de la situation chez HOP!Regional.

Pour info, en plein PDV, les salariés de Britair, mobilisés également à cette occasion, ont suivi massivement le mot d'ordre syndical d'appel à mobilisation.

Chez Régional, un grand merçi aux organisations "syndicales" ayant appelé à ne pas suivre le mouvement, plus occupées à "descendre" la CGT plutôt qu'a défendre les intérêts des salariés.

Communiqué de presse

3 heures de débrayage pour sauver 27 postes chez Hop ! Régional.

La CGT HOP ! Régional appelle l’ensemble du personnel à un débrayage ce lundi 15 juin de 11 h à 14h. Le personnel proteste contre le plan de départ volontaire envisagé par la direction. PDV qui devrait conduire à la suppression de 27 postes sur les sites de maintenance de Clermont-Ferrand et Lille.

Un plan uniquement mis en place pour satisfaire Air France, actionnaire principal de HOP ! Régional, et qui ne se justifie pas d’un point de vue économique. En effet, la maintenance, ciblée par le PDV, est aujourd’hui le seul secteur bénéficiaire de la compagnie.

La CGT rappelle également que la direction de HOP ! Régional n’a pas tenu ses promesses en termes d’embauches. Direction qui, en échange de 3 millions d’euros versés par la Région Auvergne, avait garantit le recrutement de 40 personnes en 2012.

La crainte du personnel et du syndicat est aujourd’hui que ce plan de départs volontaires soit la première étape de la restructuration du court et moyen courrier d’Air France. Programme de casse sociale dont les salariés de la filiale HOP seront les principales victimes.

La CGT demande donc aux présidents de Région et de département ainsi qu’au maire de Clermont-Ferrand et à l’ensemble des représentants politiques auvergnats de s’engager aux côtés des salariés. Ils permettront ainsi la sauvegarde d’un outil industriel remarquable, pilier de l’aéronautique régional.

Nous invitons donc tous les journalistes de la région à couvrir l’événement lundi matin à 11h devant les locaux de Hop ! Régional, 149 avenue du Brézet à Clermont-Ferrand.

Repost 0
10 mai 2015 7 10 /05 /mai /2015 19:23
Une information de nos Camarades de l'Union Locale CGT de Roissy-CDG.
Il est à regretter que les CRS qui s'étaient fait portés malades lors de la visite de Francois Hollande à Brest, n'étaient pas ceux présents pour s'opposer aux grévistes de Keolis et qui ont mis en oeuvre des méthodes qui n'ont rien à voir avec le maintien de l'ordre mais plus avec le simple plaisir de tabasser, plaisir doublé par l'immunité que donne l'uniforme...

Brutalités policières contre les salariés et les élus en gréve CIF KEOLIS

Infos sur la grève et l’action de ce jour de la CGT et des salariés en grève CIF-KEOLIS

Malgré une mobilisation qui ne faiblit pas, et une détermination absolue, la direction de la société de transport de voyageurs CIF-KEOLIS, reste sourde aux attentes et aux revendications légitimes des salariés en grève.

Devant un tel mépris, les salariés en grève et leurs élus CGT, ont décidé d’agir et de frapper fort !

Ils se sont rendus aujourd’hui, au siège social de la SNCF, dont la CIF-KEOLIS est une filiale.

Plus de 60 grévistes, sont entrés pacifiquement dans les locaux du siège de la SNCF, afin d’exposer leur situation, de faire entendre leurs revendications et pour dénoncer le système de management répressif de leur Direction.

Au lieu de trouver une direction SNCF ouverte au dialogue, (d’autant qu’il est question d’une filiale qu’elle détient majoritairement) se sont les CRS qui sont intervenus violemment contre les grévistes et leurs élus de la CGT.

Plusieurs grévistes ont été fortement brutalisés par des CRS qui n’avaient aucune retenue.

Nous condamnons avec force la brutalité de cette intervention policière que rien ne peut justifier dans le cadre d’un conflit social.

Nous ne pouvons accepter que des salariés en grève et leurs élus soient traités comme des malfrats et sans le moindre ménagement par les forces de "l’ordre", alors même qu’ils manifestaient pacifiquement la volonté de voir la SNCF (qui est leur maison-mère) prendre en considération leur situation et leurs revendications !

Quoi qu’il en soit nous saluons le courage et l’engagement sans faille des salariés et des élus en grève.

Les salariés en grève et leurs élus CGT ne sont pas des voyous mais des hommes et des femmes respectables qui résistent et qui défendent leurs droits et leur dignité contre l’arbitraire et la violence patronale qu’ils subissent au quotidien et depuis trop longtemps !

Les salariés CIF-KEOLIS en grève ont besoin de notre soutien et de notre solidarité merci de diffuser l’information auprès de nos camarades CGT.

Repost 0
3 mai 2014 6 03 /05 /mai /2014 19:06

Voici, un article qui va conclure l'épisode de ma fonction de relais bénévole du SNPL ALPA, mais je n'ai pas pu résister à l'envie de vous faire partager la réponse de son Président (si si, la majuscule est méritée) à celui d'Air France qui avait tenté, fort maladroitement d'ailleurs, de discréditer la grève prévue pour ce joli mois de mai en publiant une lettre ouverte diffusée sur les réseaux d'information de l'entreprise.

Si je me suis vraiment régalé à lire cet "argumentaire", c'est qu'il est, outre le ton, extrêmement instructif. Prenez donc un peu de temps.

Et puis, un petit mot pour un collègue qui me disait encore aujourd'hui tout le bien qu'il pense des pilotes d'avion. Que je me souvienne ses termes, "...espèces d'enfoirés nantis à qui on cède quand ils menacent seulement de faire grève..." .

Je crois que l'enfoiré n'est pas celui qu'on pense. Au lieu de dire "ça c'est des histoires de syndicats, moi je m'en tape" ou alors "de toutes façons cette grève ne me concerne pas.." et de regarder dans l'assiette de l'autre ce qu'il trouve anormal d'y voir, au lieu d'essayer d'être aussi bien servi, le salarié se prive de toutes possibilités d'améliorer sa vie dans l'entreprise, mais aussi au sein de la société.

Penses-tu, mon interlocuteur aigri et haineux, que la catégorie professionnelle dont tu as fait ton "adversaire", soit aujourd'hui aussi bien traitée parce qu'elle passe son temps dans le ciel et que cela fait rêver les enfants? Les patrons sont rarement romantiques, c'est un constat. Les cadeaux ne sont pas plus leur genre, donc si les salaires sont aussi élevés, c'est que tout simplement, il faut un pilote dans l'avion, et que la solidarité, certes corporatiste, qu'ils affichent leurs permet de maintenir une pression constante sur les dirigeants des compagnies. Cela s'appelle "le rapport de force".

Je pense en définitive, que toi et tes collègues, pleurez seulement sur ce que vous ne croyez  pas possible: être aussi solidaires et aussi efficaces.

Plus facile de critiquer que d'essayer de construire.

Repost 0
Published by Ernesto - dans air france SNPL grève
commenter cet article
6 septembre 2013 5 06 /09 /septembre /2013 19:32

.... des patrons.

Et non, ce n'est pas une nouvelle affaire touchant la ,police de cette belle ville, bien qu'à mon avis, ça devrait le devenir, au moins concernant les donneurs d'ordre de ce qui c'est passé dans le tract de la CGT Air France de Marseille que je vous fait partager.

Je reprends après:

Ainsi, comme nous le constatons trop souvent, les "forces de l'ordre" viennent servir de bras armé à nos patrons. La loi Diard ne leur suffisaient pas, il faut avoir recours à la police.

Nous l'avions déjà vu à plusieurs reprises en particulier sur les aéroports parisiens, ou ces derniers n'hésitent jamais à pratiquer confiscations de badges, manœuvres d'intimidation, j'en passe et des meilleures. Nous pensions bien naïvement qu'il s'agissait de comportements normaux sous un régime de droite et espérions beaucoup suite au changement à la tête de l'état.

Force est de constater, et c'est ce que je pense personnellement depuis bien longtemps,que le pouvoir est au service du capital, un point c'est tout. Socialistes, UMP ou autres, le résultat est le même: d'un côté les salariés, de l'autre l'état et ses forces de répression.

Repost 0