Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog d'info des salariés de HOP!
  • : Blog d'information libre de toutes consignes politiques et syndicales, des salariés de HOP! La rédaction est assurée par un collectif composé en grande partie de militants de la CGT, certes, mais totalement libres de leurs propos et de leurs positions.
  • Contact

Recherche

3 avril 2017 1 03 /04 /avril /2017 22:49
Conférence de presse suite à la grève chez HOP!

Bonsoir

Suite à l'annonce de notre mouvement de grève du 7 et 8 avril prochain, une conférence de presse se tiendra demain à 13h devant le siège de la compagnie rue de Villeneuve à Rungis (à deux pas de la gare RER C de La Fraternelle), avec la participation de Mme Lebranchu.

Si vos pas vous conduisent dans le coin....

 

Repost 0
6 octobre 2015 2 06 /10 /octobre /2015 22:42
"Quand on veut tuer son chien...."

Pas beaucoup de choses à raconter en ce moment... La raison en est assez simple, depuis le Comité d'Entreprise du 16 juillet où fut annoncé la fusion-intégration de HOP!Airlinair, HOP!Britair et HOP!Régional au sein de la holding HOP!, plus aucune autre nouvelle n'est venue troubler un peu plus l'été social des trois compagnies.

Ce plan suffisamment vague pour inquiéter tout le monde sera examiné le 15 et 16 octobre prochain. Peut'être en apprendrons-nous davantage...

Heureusement! La direction se charge toujours, même quand il n'y aurait rien à dire, de venir arroser une inspiration momentanément asséchée.

Comme vous le savez, une des seules choses "précise" dans les documents remis par la direction concerne l'avenir des salariés du secteur Maintenance des compagnies. Il s'agit de la redistribution des activités maintenance "lourde" et "légère". A lille, la maintenance "mineure" des avions, à Clermont-ferrand, la "lourde". Finit le mixage des activités entre les deux sites.

Maintenant, essayez d'être attentifs:

"Mais que vont devenir les techniciens affectés à la Maintenance mineure du site de Clermont-Ferrand? Ils sont mutés?"

"Non, le reprise de ce secteur d'activité par Lille se fait à bilan humain nul. Les salariés Auvergnats seront intégrés dans les équipes de maintenance lourde du site de Clermont."

"Mais vous nous avez affirmé, il y a peu, que cette activité occuperait à peine les techniciens des équipes actuelles durant l'année 2016, même en récupérant l'activité "lourde" de Lille. Il aura donc du sur-effectif? Comment sera t'il traité?"

"......"

"Quoi?"

"......."

"Bon. Et l'activité client alors?"

"...."

Ces quatre petits points de suspension, résumaient la réponse de la direction avant une réunion qu'eurent les Organisations Syndicales avec le directeur de la Maintenance de HOP!Régional en juillet dernier. C'est à cette occasion que ces marques de ponctuations furent remplacées par une présentation passionnée de notre directeur. Il faut lui reconnaître des qualités à cet homme, quand il croit à quelque chose, ça se voit, s'entend, se comprend.

"Nous sommes trop chers. Il faut absolument diminuer notre coût d'heure de maintenance. Si vous en êtes d'accord, nous pouvons y arriver en renégociant nos accords spécifiques. Il faudra également travailler 39 heures payées 39, avoir plus de flexibilité. Nous devons également sous-traiter les ARCA (entretien des cabines des avions), et la chaudronnerie. Je suis prêt à défendre ce plan auprès de la direction générale".

Vous pensez bien que cette annonce "client, le retour" nous a, dans un premier temps remplit d'espoir, car comme vous le savez, nous nous battons depuis notre première rencontre avec Ph. Wallet, chef du projet maintenance HOP! pour faire reconnaître et pérenniser cette activité chez HOP!Régional. Dans un premier temps... Dans un deuxième, la réflexion, à chaud, des contreparties demandées aux salariés nous incita à une attitude nettement plus prudente. Ne pouvant décider sans l'accord formel des premiers intéressés, la position prise fut donc de demander à la direction la possibilité de rencontrer les salariés et de présenter les projets de la direction et leurs éventuelles conséquences. Cette présentation passant par des heures d'information syndicale communes (aux syndicats).

Nous nous quittâmes sur cette réunion en "off", notre directeur nous rappelant "qu'il s'agissait d'un projet" et qu'il n'était "même pas certain que la direction générale donnerait son accord à sa poursuite". Nous devions nous revoir pour connaitre l'avancement des travaux.

Voilà. Juillet. Août. Septembre, un avion rentre en grande visite à Clermont-ferrand. Les techniciens prenant leur service s’aperçoivent qu'une partie de l'ouverture des accès (trappes, portes de visite) est effectué par des salariés d'une entreprise de sous-traitance. Colère! légitime, quand ils apprennent que cette activité est justifiée, maladroitement, "par le manque de personnel en ce moment". Juste pour mémoire, je vous rappelle que nous sommes en période de plan de départ volontaire au sein de la maintenance. En fait, il s'agissait d'un "test" de faisabilité de ces opérations par la sous-traitance", d'après un autre "information" de la direction. Un débrayage est alors initié et notre directeur tente, avec peu de succès, de convaincre les salariés présents du bien fondé de ses actions répétant ce qui avait été dit aux Syndicats durant la réunion en "off" (qui de fait, devenait "on").

Si l'on doit reconnaître les qualités de gestionnaire de no't bon chef, il faut bien admettre qu'en matière de, comment dire, tact? communication? ce n'est pas trop ça. Découvrir un beau matin, dans la période que l'on connait, que son travail est fait par un autre, il y a de quoi se poser des questions, non?

Comité d'Entreprise du 24 septembre. Les élus votent une motion concernant leur volonté d'en savoir un peu plus sur les contrats des sociétés de sous-traitance des sociétés employées sur le site de Clermont-Ferrand. Un peu plus pour pouvoir comparer les coûts respectifs du travail effectué par les salariés de Régional et ceux de l'extérieur.

Réaction ulcérée du directeur Maintenance qui voit dans ce vote "une atteinte à son honneur, des suspicions quand à son honnêteté". "Puisque mon plan ne recueille ni l'aval des salariés, ni celui des syndicats, je laisse tomber!". Mais Monsieur, pour avoir notre aval, il aurait peut'être fallu que nous allions un peu plus loin qu'une discussion en "off", un peu plus loin qu'un "plan que je n'ai pas encore présenté à la direction générale". Peut'être aurait'il aussi été nécessaire de voir TOUS les salariés concernés par une éventuelle réorganisation et pas seulement ceux d'une équipe en leur garantissant, qui plus est, que leur rémunération ne serait pas touchée, alors qu'au 1er avril 2016 tous les accords d'entreprise seront dénoncés et que personne ne connait aujourd'hui les conséquences financières, pour ne rester que sur ce sujet, des prochains textes. Il semble que vous avez également omis de parler des conditions de travail, des modifications de planning, du travail de week-end, de la flexibilité etc...etc...

La communication du jour de la direction se résume donc en une phrase "les syndicats ne veulent pas de clients". C'est non seulement mensonger, mais dangereux. Les salariés connaissent nos positions sur le sujet, les PV de Comité d'Entreprise, ceux des réunions des Délégués du Personnel en attestent. Nous ne prendrons donc même pas la peine de contrer votre propagande. Pourquoi n'avez vous pas organisé les réunions avec les salariés que nous vous réclamions si vous souhaitiez tant recueillir l'assentiment de tous? Vous pensez avoir fait le maximum pour convaincre? Ce n'est pas en accusant les autres que vous, et vos équipes, aiderez l'entreprise à sortir des difficultés qu'elle connait. Quand je pense de quelle manière nous avons, devant la direction de HOP!, défendu la politique client que vous aviez développée vous entendre dire aujourd'hui que c'est nous qui n'en voulons pas! Franchement!

Vous nous accusez d'être rétrogrades. "Le monde change". Oui monsieur, le monde change et ce n'est parce qu'il change que nous allons vous accompagner forcément dans un changement qui verrait les conditions de travail, la vie des salariés, se dégrader encore et encore. Car, nous ne nous faisons aucune illusion, cette course à la diminution des coûts ne s'arrêtera certainement pas là, trop chers aujourd'hui, trop chers demain même à 39:00, même en 7/7 etc.. etc...

Oui la société évolue, et nous souhaitons son évolution. Notre désaccord porte seulement sur le sens de cette évolution.

Seulement...

Repost 0
11 juillet 2014 5 11 /07 /juillet /2014 11:16

Un mouvement de grève chez Air France? "Encore", me direz vous.

Certes, mais celui-çi est important et marque un vrai tournant dans le contenu des revendications. La sous-traitance est un cancer qui ronge l'ensemble des sociétés travaillant pour les grands donneurs d'ordre. Pour ne parler que de Roissy-CDG: 750 entreprises qui travaillent toutes, en cascade, pour Air France ou ADP.

Ainsi, la mise en oeuvre de Transform 2015 par la direction d'AF a entrainé une dégringolade générale des conditions de travail pour les salariés des sociétés en contrat avec la compagnie.

C'est pour cette raison que l'Union Locale CGT de Roissy-CDG s'associe au mouvement de la CGT Air France et appelle à la grève tous les salariés de la plateforme ce samedi 2 août.

Air France : appel à la grève de la CGT le 2 août

Le syndicat CGT-UGICT Air France appelle de nouveau à une grève de l’ensemble des salariés le samedi 2 août 2014, au nom de la protection de l’emploi local au sein de la compagnie aérienne nationale.

Après huit mouvements de grève menés depuis novembre 2013, le syndicat du personnel au sol appelle de nouveau à des arrêts de travail de 1h00 à 24h00 pendant le premier weekend d’août, dans les aéroports d’Ajaccio, Bastia, Bordeaux, Lyon, Marseille (maintenance), Montpellier, Mulhouse, Nantes, Nice, Paris-CDG et Orly, Strasbourg et Toulouse, ainsi que dans le fret. Une manifestation est prévue à Roissy le même jour.

Parmi les nombreuses revendications de la CGT-UGICT figurent le sous-effectif et la dégradation croissante des conditions de travail (grilles horaires, vacations longues et courtes, hausse des AT et des incidents passagers, etc.), le maintien des emplois Air France au sein du hub de Roissy, l’arrêt de la suppression de 700 emplois dans ce même hub, que tous les vols du groupe AF soient traités par du personnel de la compagnie, l’arrêt de la sous-traitance (et le rapatriement au sein d’Air France des activités sous-traitées ou externalisées), la « récupération de nos acquis (avancements, promotions, ancienneté, taux de sujétion et autres mesures supprimées par le plan Transform 2015) », l’ouverture de « véritables et loyales négociations salariales », la mise en place d’une « véritable Qualité de Service pour nos Passagers » – et bien sûr l’abrogation de la loi Diard.

La CGT fait partie des syndicats de personnel au sol n’ayant pas signé le plan de départ volontaires portant sur 1826 employés en 2014, dans le cadre de la deuxième phase du plan de restructuration Transform 2015. La compagnie de l’alliance SkyTeam avait annoncé mardi dernier que ce plan avait quasiment atteint son objectif, avec 1772 dossiers validés correspondant à 1 660 équivalents temps plein. Un autre plan, visant 700 équivalents temps plein chez les hôtesses de l’air et stewards, vient juste de démarrer.

Repost 0
17 mai 2013 5 17 /05 /mai /2013 08:28

Air France: la sous-traitance d'avion en accusation

Repost 0
12 mai 2013 7 12 /05 /mai /2013 17:08

Quels que soient notre entreprise, notre secteur d’activité sur l’aéroport, nous sommes tous frappés par l’austérité. Partout, le patronat dénonce nos accords d’entreprise et nos acquis. Il bloque les salaires, augmente les charges de travail et supprime des emplois. Tout y passe, même les temps de pause ou les cartes de parking ! Il y a certes des différences selon les entreprises, nous ne partons pas du même niveau d’acquis et de salaire, mais nous sommes tous en train de chuter ! Et face à la crise économique, le patronat entend poursuivre cette régression sociale générale. L’appel à la grève le 28 mai que lance la CGT à Roissy a pour objectif d’unir les salariés des 750 entreprises de la plateforme derrière le mot d’ordre : « NON A L’AUSTERITE ! ».

LE 28 MAI POUR COORDONNER NOS LUTTES

Ces derniers mois, des salariés sont passés à l’action pour riposter aux attaques. Sur les pistes de Roissy, chez SWISSPORT et AEROPISTE, la CGT fait barrage à la casse des acquis que le patronat tente d’imposer à la faveur de ces maudites « passations de marchés » qui permettent aux donneurs d’ordre de livrer les salariés au patron qui saura nous exploiter le plus. Nous gagnons du temps, mais nous savons que le problème se reposera tôt ou tard.

Chez SODEXI, en zone cargo, les salariés ont obtenu des augmentations de leur salaire lors des dernières négociations, grâce à un débrayage de 2 jours. Mais ce n’est pas encore assez pour faire face à l’augmentation du coût de la vie. Toujours dans le cargo, les salariés d’Air France ont tenu un piquet de grèves pendant plusieurs semaines cet hiver pour tenter de s’opposer à la mise en œuvre des nouveaux accords d’entreprise sur le temps de travail, issus du plan d’austérité « TRANSFORM 2015 ». Mais ces luttes partielles, limitées à chaque périmètre d’une entreprise ne créent pas un rapport de force suffisant pour imposer l’arrêt de l’austérité. Unissons-nous dans le combat commun et frappons tous ensemble à partir du 28 mai !

LE 28 MAI OUVRONS DES NÉGOCIATIONS PAR SECTEUR !

Il y a un an, les agents de sûreté ont mené une grande lutte en s’unissant, au-delà de leur entreprise. Il faut suivre cet exemple en ouvrant des négociations non pas entreprise par entreprise, mais par secteur d’activité. L’Union locale CGT de Roissy organise des collectifs professionnels pour préparer cette lutte commune, par exemple pour unir les salariés du nettoyage, de la sûreté, des métiers de la piste, mais aussi pour unir les salariés de la sous-traitance avec ceux des donneurs d’ordre, par exemple pour la maintenance des avions d’Air France. Des plateformes revendicatives communes sont en train d’être élaborées par ces collectifs. Le 28 mai, nous exigerons l’ouverture de négociation par secteur en présentant des grilles de salaire communes, des mesures spécifiques à ces secteurs pour améliorer les conditions de travail, nous exigerons l’embauche des intérimaires et des CDD, etc. Nous ferons connaître nos propositions de revendications d’urgence sociale par secteur dans les prochaines semaines.

NOUS SOMMES TOUS DES SALARIES DE L’AÉRIEN !

A Roissy, nous sommes une force immense de 90 000 salariés. Mais le patronat nous a divisés en plus de 700 entreprises. Pourtant, nous n’avons qu’une seule activité : le transport aérien ! Cette organisation du travail n’a pour seul objectif que de nous affaiblir. Les salariés de la sous-traitance sont mis en concurrence les uns contre les autres pour remporter les « marchés ». Les salariés des donneurs d’ordre sont de moins en moins nombreux et donc de plus en plus vulnérables. Le projet du patronat est d’ailleurs d’en faire de nouveaux salariés de la sous-traitance !

Cette organisation du travail ne répond à aucune nécessité économique. L’aéroport devrait être organisé de façon rationnelle où chaque compagnie aérienne qui y a une base devrait avoir son propre personnel pour prendre en charge son activité. Le gestionnaire d’aéroport (ADP) devrait avoir un personnel capable de prendre en charge les avions en escale des compagnies qui n’ont pas de base d’attache à Roissy. ADP devrait aussi être l’employeur des salariés du nettoyage et les agents de sûreté devraient être intégrés dans un corps de fonctionnaires. Ce serait tellement plus simple à gérer ! C’était d’ailleurs comme cela que l’aéroport fonctionnait à ses débuts. Au lieu de cela, ils ont opté pour des centaines d’instances représentatives du personnel, de services de ressources humaines, de NAO, un système complexe de passations de marché, etc.

Pourquoi avoir organisé un tel chaos économique en dépit du bon sens ? Uniquement pour tenter d’empêcher les salariés de s’unir pour défendre leurs intérêts. Nous dénonçons cette organisation du travail et exigeons l’arrêt des mises en sous-traitance des activités et le retour des activités sous-traitées sous statut des sociétés donneuses d’ordre Air France et ADP. Nous demandons l’intégration des agents de sûreté dans un corps de fonctionnaires. Les salariés ont tout à perdre avec les externalisations : leurs acquis et leurs capacités de résistance.

A partir du 28 mai, faisons tomber les murs qui nous séparent entre entreprises et frappons tous ensemble le patronat de l’aérien pour nous opposer à ses projets.

GRÈVE GÉNÉRALE LE 28 MAI A ROISSY FRONT COMMUN CONTRE L’AUSTERITE !
Grève générale à Roissy-CDG le 28 mai
Repost 0