Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog d'info des salariés de HOP!
  • : Blog d'information libre de toutes consignes politiques et syndicales, des salariés de HOP! La rédaction est assurée par un collectif composé en grande partie de militants de la CGT, certes, mais totalement libres de leurs propos et de leurs positions.
  • Contact

Recherche

1 juillet 2016 5 01 /07 /juillet /2016 10:03
Vers quoi "vole" HOP!

Il en est de l'art de la communication comme de beaucoup de choses : le message que l'on cherche à faire passer n'est pas forcément celui qui est recu par les personnes à qui on le destine.

Ainsi les dernières publications de la direction de HOP !, notre direction, en ont fâché plus d'un(e).

C'est souvent le cas quand on diffuse à l'ensemble des salariés une communication qui, même à mots cachés, à l'aide d'expressions bien propres, vient passer un savon à tout le monde sans distinction, sous-entendant que les salariés « traînent des pieds ».

Quand on parle à tout le monde, la première des conséquences, est la suivante :

Ceux qui "traînent réellement des pieds", qui « n'en jouent pas », se tapent de tous les reproches, avertissements, mises en garde, menaces et autres. Ils sont dans la position du bégonia que l'on arrose et qui pousse, peu importe que l'on manie l'arrosoir avec plaisir ou en faisant la gueule, ils poussent. En gros, ils se tapent comme de leur premier rempotage, pour rester dans les allégories florales, de tout ce que l'on peut dire ou écrire de leur comportement.

La deuxième est nettement plus gênante, car elle vient toucher ceux qui, au quotidien, jours après jours, heures après heures, tentent de continuer à faire leur travail avec engagement et professionnalisme et ce malgré les difficultés souvent d'ailleurs, très largement minimisées par les publications patronales. Ce que nos direction appelle « la conscience professionnelle ». Personnellement, je la nomme autrement, mais ce n'est pas le sujet.

Nous arrivons donc au paradoxe connu en la matière : la communication sensée remettre les pendules à l'heure et remotiver les troupes a l'effet totalement inverse, elle conforte les inutiles et coupe les pattes au plus motivés...

Désastreux !

Nous étions, hier, au siège de l'ancienne compagnie Régional pour entendre les témoignages des salariés de la production PN.

Je dois dire que rarement il m'avait été donné d'assister à un tel déballage de problèmes d'organisation, de personnels, de méthodes de travail et surtout, SURTOUT, à de telles détresses.

PAS UN JOUR sans que quelqu'un ne craque.

Qui aujourd'hui peut ignorer cela ? QUI?!!!!

Comment avons nous pû en arriver là ?

Alors que la fusion n'était pas même évoquée et que nous sortions à peine de la présentation du Pôle Régional Français, nous avions rencontré la direction de HOP !, et en particulier Philippe Micouleau. Je ne me rappelle plus de la date exacte, mais je me souviens très bien de ce que je lui avais dit, nous parlions Maintenance, mais le propos pouvait être étendu à tous les secteurs de l'entreprise. « Dans la tête des salariés, c'est fait. Un jour ou l'autre nous serons amenés à tous travailler ensemble, c'est une évidence. Sur certaines escales techniques, les gars se donnent déjà des coups de main, se prêtent les outillages etc... Rédigez des procédures communes, formez les salariés, faites les travailler ensemble, de la même façon, négocions des accords collectifs communs, le reste coulera de source ».

Dire que nous n'avons pas été entendus est un doux euphémisme...

Quelles sont aujourd'hui les causes des difficultés qui se font jours dans tous les secteurs de l'entreprises ?

- Des procédures différentes qui doivent être appliquées par des gens qui ne les connaissent pas ou mal.

- Des formations inexistantes ou données « sur le vif » alors que la charge de travail ne le permet pas.

- Des accords collectifs et des règles d'emploi totalement différentes qui aboutissent à des erreurs graves sur l'activité du Personnel Navigant.

A cela s'ajoute les « mobilités volontaires » qui ne sont, en fait, dans 90% des cas que des mobilités forcées, ce qui n'arrange certainement pas les dispositions psychologiques des salariés.

Et comme si le tableau n'était pas assez noir, des, comment dire (poliment, c'est là la difficulté), des aberrations managériales qui font que l'on ne place pas la bonne personne au bon endroit pour des raisons... des raisons...je ne sais pas quoi dire, alors je me tais, que l'on ne forme pas une salarié ou qu'on la forme et qu'elle décide de quitter le service, ou qu'on la forme pour qu'ensuite elle se rende compte que le poste ne lui convient pas (la formatrice aurait sûrement pu être plus utile ailleurs si l'étude des candidatures avait été plus attentive).

Que l'on change une salarié de poste sous prétexte d'un refus de mobilité, pour qu'elle s'apercoive, en fait, que de mobilité il n'y a pas, chacun reste à sa place et que c'est d'autres qui tiennent son ex-poste. A t'elle seulement été écartée?

Le traitement des "ressources humaines" est aussi assez... déroutant (je sais, il y a plein de point de suspension, mais parfois les mots me manquent, ou alors ceux qui me viennent ne sont pas forcément publiables).

Elle est partie, donc je peux maintenant vous narrer une belle histoire. Un salariée, compétente sur plusieurs postes, en CDD depuis 7 ans (si, si vous avez bien lu, 7 ans, pas 7 mois ou 7 jours, 7 ans!!!), s'est vue annoncée que l'on mettait fin à son CDD, non pas pour le transformer en CDI, s'eut été parfait, non, que lundi prochain elle commençait dans une société d'intérim !

Son CDD prenait fin aujourd'hui. Elle est partie et ne reviendra pas lundi. Ni dans une société d'intérim, ni autrement d'ailleurs, alors que nous pouvions exiger de la direction une embauche en CDI. « NON » a-t-elle dit. Et on la comprend !

Voilà les « mesures » prises par HOP !

Pour réduire les coûts, sûrement.

Tous les secteurs de l'entreprise sont touchés : Informatique, Maintenance, support, production, PN : pas un endroit où les salariés ne soient totalement démoralisés, certains doutant maintenant sérieusement de la viabilité de HOP !

La « dernière » de la direction vient nous mettre le coup de grâce !

Dans une adresse aux salariés, cette après-midi, la direction générale annonce les premières mesures de « redressement de l'exploitation ».

Allègement du programme : notre activité en régression, encore.

  • Suspension des vols charter : une source complémentaire d'activité et donc de revenu qui disparaît sur une des périodes les plus demandées.

  • Renforcement de l'activité externe : que l'on paye. En plus, bien sûr, de nos avions qui feront du « béton » pendant que les autres voleront.

  • Renforcement des escales de Lyon et de Toulouse : et Orly ! Quelqu'un a pensé aux conditions de travail lamentables de nos Camarades d'Orly ?!!

  • 8 PNC recrutés : ah zut, dire que l'on nous répète depuis au moins deux ans que nous sommes en sureffectif, au point, d'ailleurs d'ouvrir au PDV des postes de PNC. Ah oui, pardon, ce sont des Chefs de Cabine. Remarquez, avec le nombre d'hôtesses et de stewards qui volent en « faisant fonction Chef de Cabine », vous faites d'une pierre deux coup. Ils assureront les deux fonctions.

  • Renfort de la présence de l'encadrement sur les bases : voilà une p... de bonne décision !

J'avais effectivement remarqué que les chignons tombaient un peu, et que le rouge à lèvre « bavait » au bout de 3 étapes et une nuit courte. « L'encadrement »

redressera la situation. Ce n'est pas ça ? Pourquoi, elles font autres choses ?

Et nous gardons le meilleur pour la fin : étude sur la reprise temporaire de l'activité de CDG par Air France.

Quel splendide message d'encouragement ! Quelle belle mesure ! Elle nous donne une confiance dans l'avenir ! C'est merveilleux !

Alors que les pilotes d'Air France viennent de voir leurs revendications satisfaites, nous « étudions » le transfert d'activité vers Air france. Auriez-vous oublié, Mesdames et Messieurs que l'une des revendications des PNT de la maison mère était « la reprise au sein d'Air France de l'activité » ?

Quel est donc ce signale étrange que vous envoyez aux salariés ?

« L'endroit du réseau qui ne verra jamais son activité diminuer ». Vous vous souvenez de vos propos j'espère ?

Voilà, il y aurait tellement à dire !

La production à Clermont-Ferrand.

La maintenance à Lille, où maintenant, les techniciens (le technicien, pardon), part en dépannage en Allemagne en voiture. Il paraît que ça compte comme séjour touristique.

Les problèmes du MCC, de la formation et des procédures d'utilisation du logiciel Amos, où, là aussi, on demande à un Chef d'équipe d'assurer la formation alors qu'il est en fonction (et qu'il a largement autres choses à faire, lui et les techniciens qu'il est censé former). Pour l'anecdote, il n'a pas été formé non plus d'ailleurs, enfin, certainement pas comme il aurait fallu le faire.

Et tellement encore....et encore....et encore.

Mais tout va bien.

Des chefs ont été nommés.

Des groupes de travail avaient travaillé et préparé la fusion.

Eh ben ! Qu'est-ce que ça aurait été si ça n'avait pas été organisé !

Repost 0
20 mai 2015 3 20 /05 /mai /2015 18:45

Vous trouverez ci-dessous, le courrier envoyé à l'Inspectrice du Travail en charge du suivi du centre de Maintenance de ClermontFerrand.

Il semble que la direction de HOP!Regional applique scrupuleusement les analyses de l'audit pratiqué il y a quelques semaines sur le site de Clermont-ferrand, de Morlaix, de Lille et de Lyon.

"Augmentation de la productivité" qu'ils disaient. Certes, mais en cette période d'incertitude et de doutes, nous considérons que les premières mesures auraient dû aller vers une réorganisation de certains mode de travail plutôt que vers un quasi flicage des techniciens des sites de maintenance.

Pour ne prendre qu'un exemple, l'audit montre que les techniciens attendent parfois pendant plusieurs dizaines de minutes qu'un magasinier vienne leur fournir les outillages dont ils ont besoin pour réaliser leur taches. Il faut quand même savoir, que c'est la direction qui est directement responsable de ces dysfonctionnements, puisque c'est elle qui avait "réorganisé" ce service en supprimant des postes quelle jugeait "inutiles"...

Inspection du Travail des Transports

64, av de l’Union Soviétique

63012 CLERMONT-FERRAND Cedex

A L’attention de MME Véronique CEYSSAT

A Clermont-Ferrand

Le 11 mai 2015

Madame,

L'ensemble des élus CHSCT maintenance HOP ! REGIONAL s'interrogent sur l'utilisation "détournée" d'une procédure de scannage des cartes de travail via code barre. En effet, chaque salarié doit scanner afin de pouvoir estimer au plus juste le temps effectif pour chaque action de maintenance sur les avions de la compagnie.

C'est un moyen de contrôle de la productivité.

Cependant, certains témoignages nous amènent à penser que ce système n'est pas utilisé à cette seule fin.

En effet les techniciens avions subissent régulièrement des convocations pour justifier leur temps de pause trop long ou leur manque d'heures de travail sur une vacation. La direction détournerait donc ce moyen pour l'utiliser comme un moyen de contrôle du temps de travail, et pour tout dire de "flicage". En cette période de réorganisation cela est très mal compris par les salariés.

Voilà pourquoi les élus du CHSCT maintenance HOP ! REGIONAL vous alertent aujourd'hui.

En conséquence, le CHSCT Maintenance a demandé à la direction une réunion exceptionnelle sur ce sujet le 13 mai 2015 afin de clarifier cette situation, réunion à laquelle vous avez été invitée.

L'ensemble des élus souhaitent vivement votre présence lors de cette réunion afin que vous puissiez apporter votre point de vue sur le sujet et qui de plus s'inscrit dans le cadre des RPS. Sujet sur lequel nous avons déjà eu l'occasion de débattre avec vous.

Nous vous prions d’agréer, madame, l’expression de nos salutations distinguées.

Jean-marc Tavernier, Secrétaire du CHSCT Maintenance HOP!Regional

Repost 0
Published by Ernesto - dans CHSCT hop RPS CGT
commenter cet article
24 avril 2014 4 24 /04 /avril /2014 13:57

Communiqué CHSCT Administration-Escales

Le mardi 15 avril 2014 se tenait la réunion CHSCT Administration-Escales pour la restitution du rapport du cabinet Progexa sur les Risques Psychosociaux au sein de notre entreprise.

Ce rapport a été présenté par Daphné Breton (Psychologue du travail) et Jean-Vincent Koster (Sociologue), experts du cabinet Progexa, aux membres du comité (Laurent Cretagne-Secrétaire, élu CGT, Isabelle Feldmann, élue CGT, Isabelle Martin, élue CGT, Florian Thebaud, élu FO, Khalid Houmani, élu FO, Stéphane Chaussidon, Représentant Syndical CGT, Mickaël Guyon, Représentant Syndical CFDT, Docteur Boyer, médecin du travail de la SSTRN, Madame Le Corre, infirmière du travail de la SSTRN, Madame Boudigou, Inspectrice du travail et Serge Cros, Responsable CCO et Président du CHSCT, représentant la Direction de Regional).

Suite à cette présentation, les débats autour des axes de travail proposés par le cabinet Progexa pour permettre au CHSCT de construire des préconisations ont unanimement été orientés vers l’indignation et la stupéfaction de constater qu’une nouvelle fois la Direction de Regional entendait les différentes alertes sur la gravité d’état de santé psychique des salariés mais ne proposait aucune mesure forte pour y remédier.

Lors de ces débats, plusieurs propositions ont été faites au Président pour faire face à cette situation d’urgence, plusieurs alertes ont été renouvelées par le médecin du travail, l’infirmière et l’inspectrice du travail, qui a informé le Président que si cela était nécessaire, elle userait de ses pouvoirs (mise en demeure) pour faire appliquer dans l’urgence les préconisations proposées par le CHSCT.

En effet, lors de son intervention, le secrétaire du CHSCT demandait au Président que soit stoppée immédiatement toute forme, tout projet de réorganisation dans quelque service que ce soit pour permettre de retrouver une certaine stabilité dans le travail et d’apaiser le climat de désorganisation provoqué par la restructuration et, notamment le PDV

Concernant les principaux axes de travail proposés par le cabinet Progexa, aucun commentaire n’a été fait par le Président, à part de nous annoncer le remplacement de Mr Portmann et la mise en place d’une écoute psychologique pour les salariés, qui est certes nécessaire mais pas suffisantes.

Rappel des principaux axes de travail :

  • Améliorer le dialogue social en restaurant un climat de confiance.

  • Inscrire le CHSCT dans les futurs processus de changement.

  • Actualiser le Document Unique pour améliorer la reconnaissance et la prévention de la pénibilité et des RPS et TMS.

  • Stabiliser l’organisation du travail et donner des repères aux salariés.

  • Améliorer la communication en interne et sur les chiffres de l’avenir de l’entreprise.

  • Favoriser et renforcer les modes de reconnaissance.

  • Ouvrir des espaces d’échanges sur l’activité de travail.

  • Clarifier les périmètres, les missions et les rôles des managers.

  • Mener des actions de prévention à différents niveaux.

Sur tous ces points, le CHSCT souhaite aller plus loin pour définir une vraie stratégie de mise en place d’un plan de prévention pour éviter toute forme de risques psychosociaux.

En préalable, le CHSCT demandait dans un délai de 24h, que des propositions soient faites par la direction pour annoncer des mesures fortes pour répondre aux attentes des salariés.

Ce préalable, n’ayant pas été respecté, le Secrétaire, en accord avec les élus, demande l’appui de l’Inspection du travail et la mise en application de mise en demeure énoncée dans le document joint.

Nous pouvons joindre également le rapport synthétisé du cabinet Progexa et ses grandes lignes. Ce rapport dans son intégralité comporte 160 pages et comme nous l'avions indiqué, la confidentialité des entretiens aura été garantie. C'est pour cette raison que nous ne pouvons diffuser la totalité de ce rapport.

A la lecture, vous comprendrez mieux les raisons du non aboutissement de la première expertise en 2012 qui avait été contestée en justice par la direction de Regional.

L'inspectrice du travail, la médecine du travail et les experts du cabinet de Progexa se sont dits attérés par la négligence de notre direction face à la santé des salariés et surtout l'absence de Mme Selezneff à cette réunion de présentation du rapport d'expertise.

Les élus CHSCT Administration-Escales restent à votre disposition pour plus de détails sur ce rapport.

Le secrétaire du CHSCT Administration-Escales

Laurent Cretagne

Communication CHSCT "administration-escale" Régional HOP!
Repost 1
Published by Ernesto - dans CHSCT RPS
commenter cet article