Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog d'info des salariés de HOP!
  • : Blog d'information libre de toutes consignes politiques et syndicales, des salariés de HOP! La rédaction est assurée par un collectif composé en grande partie de militants de la CGT, certes, mais totalement libres de leurs propos et de leurs positions.
  • Contact

Recherche

1 juillet 2016 5 01 /07 /juillet /2016 10:03
Vers quoi "vole" HOP!

Il en est de l'art de la communication comme de beaucoup de choses : le message que l'on cherche à faire passer n'est pas forcément celui qui est recu par les personnes à qui on le destine.

Ainsi les dernières publications de la direction de HOP !, notre direction, en ont fâché plus d'un(e).

C'est souvent le cas quand on diffuse à l'ensemble des salariés une communication qui, même à mots cachés, à l'aide d'expressions bien propres, vient passer un savon à tout le monde sans distinction, sous-entendant que les salariés « traînent des pieds ».

Quand on parle à tout le monde, la première des conséquences, est la suivante :

Ceux qui "traînent réellement des pieds", qui « n'en jouent pas », se tapent de tous les reproches, avertissements, mises en garde, menaces et autres. Ils sont dans la position du bégonia que l'on arrose et qui pousse, peu importe que l'on manie l'arrosoir avec plaisir ou en faisant la gueule, ils poussent. En gros, ils se tapent comme de leur premier rempotage, pour rester dans les allégories florales, de tout ce que l'on peut dire ou écrire de leur comportement.

La deuxième est nettement plus gênante, car elle vient toucher ceux qui, au quotidien, jours après jours, heures après heures, tentent de continuer à faire leur travail avec engagement et professionnalisme et ce malgré les difficultés souvent d'ailleurs, très largement minimisées par les publications patronales. Ce que nos direction appelle « la conscience professionnelle ». Personnellement, je la nomme autrement, mais ce n'est pas le sujet.

Nous arrivons donc au paradoxe connu en la matière : la communication sensée remettre les pendules à l'heure et remotiver les troupes a l'effet totalement inverse, elle conforte les inutiles et coupe les pattes au plus motivés...

Désastreux !

Nous étions, hier, au siège de l'ancienne compagnie Régional pour entendre les témoignages des salariés de la production PN.

Je dois dire que rarement il m'avait été donné d'assister à un tel déballage de problèmes d'organisation, de personnels, de méthodes de travail et surtout, SURTOUT, à de telles détresses.

PAS UN JOUR sans que quelqu'un ne craque.

Qui aujourd'hui peut ignorer cela ? QUI?!!!!

Comment avons nous pû en arriver là ?

Alors que la fusion n'était pas même évoquée et que nous sortions à peine de la présentation du Pôle Régional Français, nous avions rencontré la direction de HOP !, et en particulier Philippe Micouleau. Je ne me rappelle plus de la date exacte, mais je me souviens très bien de ce que je lui avais dit, nous parlions Maintenance, mais le propos pouvait être étendu à tous les secteurs de l'entreprise. « Dans la tête des salariés, c'est fait. Un jour ou l'autre nous serons amenés à tous travailler ensemble, c'est une évidence. Sur certaines escales techniques, les gars se donnent déjà des coups de main, se prêtent les outillages etc... Rédigez des procédures communes, formez les salariés, faites les travailler ensemble, de la même façon, négocions des accords collectifs communs, le reste coulera de source ».

Dire que nous n'avons pas été entendus est un doux euphémisme...

Quelles sont aujourd'hui les causes des difficultés qui se font jours dans tous les secteurs de l'entreprises ?

- Des procédures différentes qui doivent être appliquées par des gens qui ne les connaissent pas ou mal.

- Des formations inexistantes ou données « sur le vif » alors que la charge de travail ne le permet pas.

- Des accords collectifs et des règles d'emploi totalement différentes qui aboutissent à des erreurs graves sur l'activité du Personnel Navigant.

A cela s'ajoute les « mobilités volontaires » qui ne sont, en fait, dans 90% des cas que des mobilités forcées, ce qui n'arrange certainement pas les dispositions psychologiques des salariés.

Et comme si le tableau n'était pas assez noir, des, comment dire (poliment, c'est là la difficulté), des aberrations managériales qui font que l'on ne place pas la bonne personne au bon endroit pour des raisons... des raisons...je ne sais pas quoi dire, alors je me tais, que l'on ne forme pas une salarié ou qu'on la forme et qu'elle décide de quitter le service, ou qu'on la forme pour qu'ensuite elle se rende compte que le poste ne lui convient pas (la formatrice aurait sûrement pu être plus utile ailleurs si l'étude des candidatures avait été plus attentive).

Que l'on change une salarié de poste sous prétexte d'un refus de mobilité, pour qu'elle s'apercoive, en fait, que de mobilité il n'y a pas, chacun reste à sa place et que c'est d'autres qui tiennent son ex-poste. A t'elle seulement été écartée?

Le traitement des "ressources humaines" est aussi assez... déroutant (je sais, il y a plein de point de suspension, mais parfois les mots me manquent, ou alors ceux qui me viennent ne sont pas forcément publiables).

Elle est partie, donc je peux maintenant vous narrer une belle histoire. Un salariée, compétente sur plusieurs postes, en CDD depuis 7 ans (si, si vous avez bien lu, 7 ans, pas 7 mois ou 7 jours, 7 ans!!!), s'est vue annoncée que l'on mettait fin à son CDD, non pas pour le transformer en CDI, s'eut été parfait, non, que lundi prochain elle commençait dans une société d'intérim !

Son CDD prenait fin aujourd'hui. Elle est partie et ne reviendra pas lundi. Ni dans une société d'intérim, ni autrement d'ailleurs, alors que nous pouvions exiger de la direction une embauche en CDI. « NON » a-t-elle dit. Et on la comprend !

Voilà les « mesures » prises par HOP !

Pour réduire les coûts, sûrement.

Tous les secteurs de l'entreprise sont touchés : Informatique, Maintenance, support, production, PN : pas un endroit où les salariés ne soient totalement démoralisés, certains doutant maintenant sérieusement de la viabilité de HOP !

La « dernière » de la direction vient nous mettre le coup de grâce !

Dans une adresse aux salariés, cette après-midi, la direction générale annonce les premières mesures de « redressement de l'exploitation ».

Allègement du programme : notre activité en régression, encore.

  • Suspension des vols charter : une source complémentaire d'activité et donc de revenu qui disparaît sur une des périodes les plus demandées.

  • Renforcement de l'activité externe : que l'on paye. En plus, bien sûr, de nos avions qui feront du « béton » pendant que les autres voleront.

  • Renforcement des escales de Lyon et de Toulouse : et Orly ! Quelqu'un a pensé aux conditions de travail lamentables de nos Camarades d'Orly ?!!

  • 8 PNC recrutés : ah zut, dire que l'on nous répète depuis au moins deux ans que nous sommes en sureffectif, au point, d'ailleurs d'ouvrir au PDV des postes de PNC. Ah oui, pardon, ce sont des Chefs de Cabine. Remarquez, avec le nombre d'hôtesses et de stewards qui volent en « faisant fonction Chef de Cabine », vous faites d'une pierre deux coup. Ils assureront les deux fonctions.

  • Renfort de la présence de l'encadrement sur les bases : voilà une p... de bonne décision !

J'avais effectivement remarqué que les chignons tombaient un peu, et que le rouge à lèvre « bavait » au bout de 3 étapes et une nuit courte. « L'encadrement »

redressera la situation. Ce n'est pas ça ? Pourquoi, elles font autres choses ?

Et nous gardons le meilleur pour la fin : étude sur la reprise temporaire de l'activité de CDG par Air France.

Quel splendide message d'encouragement ! Quelle belle mesure ! Elle nous donne une confiance dans l'avenir ! C'est merveilleux !

Alors que les pilotes d'Air France viennent de voir leurs revendications satisfaites, nous « étudions » le transfert d'activité vers Air france. Auriez-vous oublié, Mesdames et Messieurs que l'une des revendications des PNT de la maison mère était « la reprise au sein d'Air France de l'activité » ?

Quel est donc ce signale étrange que vous envoyez aux salariés ?

« L'endroit du réseau qui ne verra jamais son activité diminuer ». Vous vous souvenez de vos propos j'espère ?

Voilà, il y aurait tellement à dire !

La production à Clermont-Ferrand.

La maintenance à Lille, où maintenant, les techniciens (le technicien, pardon), part en dépannage en Allemagne en voiture. Il paraît que ça compte comme séjour touristique.

Les problèmes du MCC, de la formation et des procédures d'utilisation du logiciel Amos, où, là aussi, on demande à un Chef d'équipe d'assurer la formation alors qu'il est en fonction (et qu'il a largement autres choses à faire, lui et les techniciens qu'il est censé former). Pour l'anecdote, il n'a pas été formé non plus d'ailleurs, enfin, certainement pas comme il aurait fallu le faire.

Et tellement encore....et encore....et encore.

Mais tout va bien.

Des chefs ont été nommés.

Des groupes de travail avaient travaillé et préparé la fusion.

Eh ben ! Qu'est-ce que ça aurait été si ça n'avait pas été organisé !

Repost 0
6 octobre 2015 2 06 /10 /octobre /2015 22:42
"Quand on veut tuer son chien...."

Pas beaucoup de choses à raconter en ce moment... La raison en est assez simple, depuis le Comité d'Entreprise du 16 juillet où fut annoncé la fusion-intégration de HOP!Airlinair, HOP!Britair et HOP!Régional au sein de la holding HOP!, plus aucune autre nouvelle n'est venue troubler un peu plus l'été social des trois compagnies.

Ce plan suffisamment vague pour inquiéter tout le monde sera examiné le 15 et 16 octobre prochain. Peut'être en apprendrons-nous davantage...

Heureusement! La direction se charge toujours, même quand il n'y aurait rien à dire, de venir arroser une inspiration momentanément asséchée.

Comme vous le savez, une des seules choses "précise" dans les documents remis par la direction concerne l'avenir des salariés du secteur Maintenance des compagnies. Il s'agit de la redistribution des activités maintenance "lourde" et "légère". A lille, la maintenance "mineure" des avions, à Clermont-ferrand, la "lourde". Finit le mixage des activités entre les deux sites.

Maintenant, essayez d'être attentifs:

"Mais que vont devenir les techniciens affectés à la Maintenance mineure du site de Clermont-Ferrand? Ils sont mutés?"

"Non, le reprise de ce secteur d'activité par Lille se fait à bilan humain nul. Les salariés Auvergnats seront intégrés dans les équipes de maintenance lourde du site de Clermont."

"Mais vous nous avez affirmé, il y a peu, que cette activité occuperait à peine les techniciens des équipes actuelles durant l'année 2016, même en récupérant l'activité "lourde" de Lille. Il aura donc du sur-effectif? Comment sera t'il traité?"

"......"

"Quoi?"

"......."

"Bon. Et l'activité client alors?"

"...."

Ces quatre petits points de suspension, résumaient la réponse de la direction avant une réunion qu'eurent les Organisations Syndicales avec le directeur de la Maintenance de HOP!Régional en juillet dernier. C'est à cette occasion que ces marques de ponctuations furent remplacées par une présentation passionnée de notre directeur. Il faut lui reconnaître des qualités à cet homme, quand il croit à quelque chose, ça se voit, s'entend, se comprend.

"Nous sommes trop chers. Il faut absolument diminuer notre coût d'heure de maintenance. Si vous en êtes d'accord, nous pouvons y arriver en renégociant nos accords spécifiques. Il faudra également travailler 39 heures payées 39, avoir plus de flexibilité. Nous devons également sous-traiter les ARCA (entretien des cabines des avions), et la chaudronnerie. Je suis prêt à défendre ce plan auprès de la direction générale".

Vous pensez bien que cette annonce "client, le retour" nous a, dans un premier temps remplit d'espoir, car comme vous le savez, nous nous battons depuis notre première rencontre avec Ph. Wallet, chef du projet maintenance HOP! pour faire reconnaître et pérenniser cette activité chez HOP!Régional. Dans un premier temps... Dans un deuxième, la réflexion, à chaud, des contreparties demandées aux salariés nous incita à une attitude nettement plus prudente. Ne pouvant décider sans l'accord formel des premiers intéressés, la position prise fut donc de demander à la direction la possibilité de rencontrer les salariés et de présenter les projets de la direction et leurs éventuelles conséquences. Cette présentation passant par des heures d'information syndicale communes (aux syndicats).

Nous nous quittâmes sur cette réunion en "off", notre directeur nous rappelant "qu'il s'agissait d'un projet" et qu'il n'était "même pas certain que la direction générale donnerait son accord à sa poursuite". Nous devions nous revoir pour connaitre l'avancement des travaux.

Voilà. Juillet. Août. Septembre, un avion rentre en grande visite à Clermont-ferrand. Les techniciens prenant leur service s’aperçoivent qu'une partie de l'ouverture des accès (trappes, portes de visite) est effectué par des salariés d'une entreprise de sous-traitance. Colère! légitime, quand ils apprennent que cette activité est justifiée, maladroitement, "par le manque de personnel en ce moment". Juste pour mémoire, je vous rappelle que nous sommes en période de plan de départ volontaire au sein de la maintenance. En fait, il s'agissait d'un "test" de faisabilité de ces opérations par la sous-traitance", d'après un autre "information" de la direction. Un débrayage est alors initié et notre directeur tente, avec peu de succès, de convaincre les salariés présents du bien fondé de ses actions répétant ce qui avait été dit aux Syndicats durant la réunion en "off" (qui de fait, devenait "on").

Si l'on doit reconnaître les qualités de gestionnaire de no't bon chef, il faut bien admettre qu'en matière de, comment dire, tact? communication? ce n'est pas trop ça. Découvrir un beau matin, dans la période que l'on connait, que son travail est fait par un autre, il y a de quoi se poser des questions, non?

Comité d'Entreprise du 24 septembre. Les élus votent une motion concernant leur volonté d'en savoir un peu plus sur les contrats des sociétés de sous-traitance des sociétés employées sur le site de Clermont-Ferrand. Un peu plus pour pouvoir comparer les coûts respectifs du travail effectué par les salariés de Régional et ceux de l'extérieur.

Réaction ulcérée du directeur Maintenance qui voit dans ce vote "une atteinte à son honneur, des suspicions quand à son honnêteté". "Puisque mon plan ne recueille ni l'aval des salariés, ni celui des syndicats, je laisse tomber!". Mais Monsieur, pour avoir notre aval, il aurait peut'être fallu que nous allions un peu plus loin qu'une discussion en "off", un peu plus loin qu'un "plan que je n'ai pas encore présenté à la direction générale". Peut'être aurait'il aussi été nécessaire de voir TOUS les salariés concernés par une éventuelle réorganisation et pas seulement ceux d'une équipe en leur garantissant, qui plus est, que leur rémunération ne serait pas touchée, alors qu'au 1er avril 2016 tous les accords d'entreprise seront dénoncés et que personne ne connait aujourd'hui les conséquences financières, pour ne rester que sur ce sujet, des prochains textes. Il semble que vous avez également omis de parler des conditions de travail, des modifications de planning, du travail de week-end, de la flexibilité etc...etc...

La communication du jour de la direction se résume donc en une phrase "les syndicats ne veulent pas de clients". C'est non seulement mensonger, mais dangereux. Les salariés connaissent nos positions sur le sujet, les PV de Comité d'Entreprise, ceux des réunions des Délégués du Personnel en attestent. Nous ne prendrons donc même pas la peine de contrer votre propagande. Pourquoi n'avez vous pas organisé les réunions avec les salariés que nous vous réclamions si vous souhaitiez tant recueillir l'assentiment de tous? Vous pensez avoir fait le maximum pour convaincre? Ce n'est pas en accusant les autres que vous, et vos équipes, aiderez l'entreprise à sortir des difficultés qu'elle connait. Quand je pense de quelle manière nous avons, devant la direction de HOP!, défendu la politique client que vous aviez développée vous entendre dire aujourd'hui que c'est nous qui n'en voulons pas! Franchement!

Vous nous accusez d'être rétrogrades. "Le monde change". Oui monsieur, le monde change et ce n'est parce qu'il change que nous allons vous accompagner forcément dans un changement qui verrait les conditions de travail, la vie des salariés, se dégrader encore et encore. Car, nous ne nous faisons aucune illusion, cette course à la diminution des coûts ne s'arrêtera certainement pas là, trop chers aujourd'hui, trop chers demain même à 39:00, même en 7/7 etc.. etc...

Oui la société évolue, et nous souhaitons son évolution. Notre désaccord porte seulement sur le sens de cette évolution.

Seulement...

Repost 0
17 mai 2013 5 17 /05 /mai /2013 08:28

Air France: la sous-traitance d'avion en accusation

Repost 0
10 mai 2013 5 10 /05 /mai /2013 07:07

Je vais vous dire: franchement, il n'y a pas besoin d'aller en Chine pour voir des avions dans des états...douteux, états essentiellement dûs à la "maintenance".

Les problèmes de maintenance en Chine ou au Maroc, on en parle. Ce qui me surprends toujours c'est le silence qui règne sur ce sujet

Air France : "des incidents graves" dans la maintenance des avions en Chine, selon un syndicat de la compagnie

Un syndicat de pilotes d'Air France se dit inquiet sur l'entretien d'avions en Chine, pointant plusieurs "incidents graves" survenus après que des appareils sont passés par la société de maintenance Taeco.

Sur le même sujet

Un syndicat de pilotes d'Air France a fait part jeudi d'inquiétudes liées à l'entretien d'avions en Chine, pointant plusieurs "incidents graves" survenus après que des appareils sont passés par la société de maintenance Taeco. Dans un communiqué, le syndicat Alter rapporte que le 7 avril dernier, un A340 d'Air France qui devait effectuer une liaison Paris-Caracas, a dû être dérouté vers les Açores "pour raisons techniques", après divers incidents allant du débordement des toilettes à la perte de réception des deux radios haute fréquence. Selon Alter, l'avion effectuait son premier vol commercial après une "Grande visite" (contrôle approfondi) réalisée dans les ateliers d'entretien de l'entreprise chinoise Taeco à Xiamen dans le sud-est du pays.

Une longue série d'incidents

D'après le syndicat de pilotes minoritaire chez Air France, "ce nouvel incident n'est que le dernier en date d'une trop longue série". Il a rappelé trois autres incidents. Deux portaient deux sur des B747. Il s'agissait selon Alter d'un "montage défectueux de la cinématique de becs" et d'une "peinture ne respectant pas les critères de certification à la chaleur". Un autre incident concernait un A340 en novembre 2011 et portait sur l'"absence d'une trentaine de vis sur un panneau de carénage" d'une aile. A la suite de ce dernier incident, Air France avait suspendu les "Grandes visites" chez Taeco, un des leaders dans l'entretien des gros porteurs mais, indique Alter, l'entreprise est revenue "quelque temps après sur cette sage résolution de manière unilatérale et ce, pour des raisons purement financières".

"Devant l'accumulation inconséquente pour la sécurité des vols d'Air France d'incidents graves mettant en cause l'entretien effectué dans les ateliers de l'entreprise Taeco, Alter demande que la direction mette un terme définitif à cette externalisation de l'entretien de nos avions long courriers... avant que ne survienne l'incident de trop". Sollicitée par l'AFP, Air France n'était pas en mesure de commenter ces informations dans l'immédiat.

Repost 0