Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog d'info des salariés de HOP!
  • : Blog d'information libre de toutes consignes politiques et syndicales, des salariés de HOP! La rédaction est assurée par un collectif composé en grande partie de militants de la CGT, certes, mais totalement libres de leurs propos et de leurs positions.
  • Contact

Recherche

5 janvier 2013 6 05 /01 /janvier /2013 12:13

Chère communauté d’Avaaz,

Elle n’était qu’une simple étudiante de 23 ans qui voulait prendre le bus le mois dernier, à Delhi, quand six hommes ont verrouillé les portes et l’ont violée sauvagement pendant plusieurs heures avec une barre de fer avant de la jeter, nue, dans la rue. Après s’être battue courageusement pour rester en vie, elle est morte samedi dernier.

Dans toute l’Inde, des citoyens organisent d’importants mouvements de protestation pour que ces agressions cessent. En Inde, une femme est violée toutes les 22 minutes, et seule une infime fraction d’entre elles voient ce crime condamné par des juges. Dans le monde, on estime que 7 femmes sur 10 seront agressées physiquement ou sexuellement au cours de leur vie. L’horreur du drame de Delhi est la goutte d’eau qui fait déborder le vase: aujourd’hui, en 2013, il est temps de déclarer la guerre aux agressions physiques envers les femmes. Nous pouvons gagner notre première bataille en Inde.

Le gouvernement, qui a convoqué une commission extraordinaire, est encore à l'écoute des propositions citoyennes pendant 24 heures. Il faut instaurer de toute urgence un meilleur suivi judiciaire et un programme de sensibilisation pour changer les comportements masculins qui engendrent des violences envers les femmes. Avec un million de signatures, nous pourrons faire en sorte que les tortures subies par cette jeune étudiante restent à l’avenir un cas isolé.

http://www.avaaz.org/fr/inde_la_fin_des_violences_aux_femmes/?tta

Le meneur de la bande d’hommes accusés du viol a déclaré que l’étudiante avait mérité son sort car elle avait osé lui tenir tête. La culpabilisation de la victime et ces comportements indignes sont courants dans la société indienne, y compris dans la police, qui néglige régulièrement les affaires de viol. Dans le monde entier, ces attitudes participent à la répression des femmes et encouragent certains hommes dans leurs violences. Par le passé, des campagnes d’éducation citoyennes dûment financées par les pouvoirs publics ont prouvé leur impact sur certains problèmes de société comme le tabac ou l’alcool au volant. Elles peuvent changer la situation des femmes. Nous devons nous attaquer aux causes de cette véritable épidémie de viols en Inde, renforcer les lois et accélérer les procédures légales.

En Inde, l’espace publicitaire est relativement bon marché. En rassemblant des fonds suffisants, nous pourrons envahir les ondes et toucher différents segments de population. Les publicités devront s’adresser aux spectateurs les plus misogynes en jetant l’opprobre sur leur comportement. Nous voulons faire porter notre message par des personnalités, comme des stars du sport qui bénéficient d’une certaine autorité morale.

Nous n’avons qu’une journée pour convaincre la commission d’enquête sur les violences sexuelles. Les progrès réalisés en Inde pourront à leur tour inspirer d’autres pays. L’argent dépensé dans cette campagne sera largement remboursé par la réduction de la pauvreté et par le développement économique, car nous savons aujourd’hui que l’autonomie des femmes est l’un des plus grands moteurs du progrès social et économique. Cliquez ici pour envoyer directement un message au gouvernement indien:

http://www.avaaz.org/fr/inde_la_fin_des_violences_aux_femmes/?tta

Les membres d’Avaaz sont depuis longtemps en première ligne dans la guerre contre les violences faites aux femmes: après s’être opposés à la lapidation en Iran, après avoir soutenu le droit des femmes à disposer de leur corps au Maroc, en Ouzbékistan et au Honduras, après avoir appelé à la lutte contre le trafic des femmes, les membres d’Avaaz entament la nouvelle année avec détermination pour apporter un nouvel espoir aux femmes indiennes.

Avec espoir et détermination

Emma, Ricken, Luis, Meredith, Iain, Ian, Marie, Michelle, Alaphia, Allison et toute l’équipe d’Avaaz

POUR EN SAVOIR PLUS:

Inde: la police inculpe les agresseurs présumés de l’étudiante violée (Le Monde)
http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2013/01/03/inde-les-agresseurs-presumes-de-l-etudiante-violee-devant-la-justice_1812357_3216.html

Inde: la situation va-t-elle changer dans « le pire pays pour les femmes »? (Sud-Ouest) http://www.sudouest.fr/2013/01/03/viol-en-inde-la-situation-va-t-elle-changer-dans-le-pire-pays-pour-les-femmes-924426-4803.php

L’Inde s’effare des viols: 1 policier mort, 1 pays traumatisé (Rue 89)
http://www.rue89.com/2012/12/24/linde-seffare-des-viols-meme-la-peine-de-mort-serait-trop-douce-238089

70 % des femmes subiront des violences physiques ou sexuelles au cours de leur vie (rapport de l’ONU)
http://www.un.org/en/women/endviolence/pdf/apromiseisapromise.pdf

Viols, meurtres, avortement des foetus féminins... La femme, ce sous sous-continent indien (Slate)
http://www.slate.fr/story/66515/viol-inde

Repost 0
Published by Ernesto - dans Actualité
commenter cet article
3 janvier 2013 4 03 /01 /janvier /2013 07:44

 

Les bases de Nice, Marseille et Toulouse représenteraient un échec commercial selon Le Figaro. Une information immédiatement démentie par la compagnie.

 

Mercredi matin, Air France s'est empressé d'assurer que ses bases de province, installées à Marseille, Nice et Toulouse, connaissaient un "succès opérationnel" en ligne avec les objectifs. La compagnie réagit à une information dévoilée dans Le Figaro de ce mercredi 2 janvier 2013. Le quotidien annonce dans ses pages saumon que ces bases de province constituent un échec commercial. "Le succès de ces bases est avant tout opérationnel" selon un porte-parole d'Air France interrogé par le journal basé boulevard Haussmann à Paris.

 

Un projet "peu lisible" selon un responsable

"Ce n'est clairement pas une réussite économique", indique un cadre anonyme du groupe, cité par le quotidien. "Le projet était trop axé sur la réduction des coûts mais peu lisible d'un point de vue marketing. Les clients n'ont pas vraiment compris leur intérêt", ajoute ce responsable. Air France avait inauguré en octobre 2011 sa première base de province, à Marseille, puis au printemps suivant à Nice et Toulouse. Leur arrêt pourrait être annoncé en septembre, croit savoir Le Figaro. Ce dispositif permet à la compagnie de poster à demeure avions et équipage dans ces villes, sans avoir à les faire revenir chaque soir à Paris, avec l'objectif d'augmenter leur productivité et réduire leurs coûts de 15%. Air France ambitionnait d'accroître le trafic de 30% grâce à ces nouvelles bases.

Retrouvez cet article sur La Tribune.fr

 

 

Air France dément la fermeture de ses bases en province

Ouvertes en octobre 2011, les bases d’Air France en province ne sont pas encore rentables. Mais la

compagnie ne compte pas les fermer pour autant.

Diane Lacaze | AFP
Le 02/01/2013 à 19:37
La fermeture n’est pas à l’ordre du jour". Air France a fermement défendu, ce mercredi 2 janvier, ses bases de province.

La compagnie reconnait n'avoir pas encore atteint la rentabilité prévue, mais la compagnie aérienne assure ne pas renoncer à cette innovation et au contraire réajuste constamment son modèle.

Elle dément donc les informations du Figaro de ce mercredi qui rapportaient les propos d'un cadre non identifié de la compagnie. Selon cette source, Air France préparerait "dans la plus grande discrétion" leur disparition. Une annonce pourrait intervenir en septembre, ajoute-t-elle.

 

Un succès opérationnel

En difficulté face à la concurrence des compagnies low-cost, Air France a inauguré à l'automne 2011 à Marseille sa première "base de province". Le concept: baser sur place avions et personnels jusque-là concentrés à Paris pour desservir d'autres villes de province, l'étranger proche et aussi les liaisons sur Roissy-Charles-de-Gaulle.

Très vite, le nouveau PDG de la compagnie, Alexandre de Juniac, se félicite de "l'esprit de PME" qui s'est développé à Marseille, à l'opposé du fonctionnement plus lourd et un peu déshumanisé des aéroports de Paris. Comme prévu, les avions effectuent des rotations plus rapides, les équipes travaillent plus longtemps, les coûts baissent.

 

Deux nouvelles bases, Toulouse et Nice, ont été ouvertes au printemps 2012, ce qui a permis à la compagnie de transporter sur l'ensemble de l'année un million de passagers supplémentaires par rapport à 2011 sur ses trois bases.

Ce travail s'est révélé "être un succès opérationnel, dont les clients témoignent une véritable satisfaction", a assuré un porte-parole d'Air France.

Mais "sur le plan purement économique, les recettes des premiers mois ont été en retard par rapport aux objectifs", a-t-il reconnu. Air France avait prévu de générer un chiffre d'affaires de 950 millions d'euros à la fin 2012, le but n'a pas été atteint.

 

Moins de passagers que prévu

Pour Christian Magne, qui représente les actionnaires salariés au conseil d'administration, parler de fermeture est "absolument excessif" à ce stade de la réflexion "même si on peut imaginer quand le point sera fait qu'il puisse conduire à la fermeture d'une base, de deux ou de trois. Mais à ce stade ce n'est absolument pas une décision dont on pourrait dire qu'elle est dans le tuyau", insiste-t-il.

Selon l'administrateur, les nouvelles lignes créées au départ des bases de province ont attiré moins de passagers que ce qui avait été estimé. "La recette moyenne par passager (...) est un peu inférieure à ce qui était estimé", dit-il. D'où les réajustements, notamment des fermetures de lignes, des modifications de fréquences, et des modifications de tarifs. "On a appris à découvrir ces lignes nouvelles", poursuit Christian Magne.

Air France a dû aussi réagir à la contre-offensive des compagnies low-cost implantées en province - Easyjet, Ryanair, Vueling - et réajuster ses lignes et ses fréquences.

"Nous pilotons l'activité du projet Bases en fonction du résultat", dit-elle.

Repost 0
Published by Ernesto - dans Actualité
commenter cet article
3 janvier 2013 4 03 /01 /janvier /2013 07:37

Sans beaucoup chercher, nous aurions peut être trouvé le nom de la future compagnie "value cost" d'Air France...

Adieu Pôle Régional Français"!

Bonjour Hop!

HOP! c'est mignon.

Pourvu que ça ne devienne pas HOPE!

C'est vrai que, depuis quelques années, les espoirs sont souvent déçus...

 

 http://www.hop.fr/

 

Repost 0
Published by Ernesto - dans Actualité
commenter cet article
31 décembre 2012 1 31 /12 /décembre /2012 22:44

Allez!

Sacrifions à la coutume.

Comme le dit not'bon président, l'année ne va pas être facile, ni pour les travailleurs en général, ni pour ceux de Régional en particulier.

Mais comme disait je ne sais pas qui: "les batailles perdues d'avance sont celles que l'on ne livre pas".

Donc, oui celà va être dur, mais rien, rien n'est perdu bien au contraire, que ce soit au niveau national, international ou bien modestement au niveau de notre entreprise.

 

Enfin, avant de vous adressez les voeux du collectif "Ernesto", je ne résiste pas à l'envie de vous faire partager la lecture d'un article de "Libé" du jour.

Il fait référence au couple présidentiel Uruguayien "Pepe et Lucia"

Président d'un pays considéré surement par les "experts" comme une contrée sous-développée, il est intéressant de voir le comportement et l'éthique de José "pepe" Mujica et de son épouse Lucia Topolansky.

 

Bonne année!

Battez vous!

Juste pour dire: "moi, je n'ai pas laisser faire"

 

Bonne lecture....

 

"José "pepe" Mujica, né à Montevideo en 1935, et Lucia Topolansky, né au même endroit en 1944, forme le Power Couple le plus hallucinant de la planète. Non parce que le président de l'Uruguay et sa femme, sénatrice, ont lancé un débat national pour faire avancer la légalisation de la culture du cannabis à usage personnel, mais parce que l'ancien Tupamaros, élu en 2009 pour cinq ans, incarne un président incroyablement normal.

Lors d'une sommet d'Amérique du sud au Brésil, il se fait remarquer par ses vieilles chaussures. Il convient que ce ne sont pas les plus belles, mais qu'il se sent à l'aise dedans. Il vit toujours dans une maison plus que modeste - un adversaire politique parlera de "taudis" -, à l'écart de la capitale de ce pays de 3 millions d'habitants. Végétarien, il ne possède comme voiture qu'une antique Coccinelle et reverse l'essentiel de son indemnité à des associations caritatives, conservant seulement l'équivalent du salaire moyen Urugayen (900 euros/mois). Il a aussi revendu une résidence présidentielle à Punta Del Este pour construire des logements sociaux et proposé d'héberger des SDF dans l'équivalent du palais de l'Elysée"

 

Voilà un vrai Président normal, pas un qui "joue" à l'être.

Voilà ce que devrait être LE modèle de président, élu démocratiquement par son peuple pour le représenter.

Pourtant citoyens d'un pays dit "civilisé", rangé dans les "grandes puissances", à la place de ce "modèle" nous devons nous contenter de serviteurs du monde de l'argent et des profits.


Entre Flanby et un être de petite taille totalement hystérique, il n'y a pas de choix possible: on prend celui qui s'agite le moins, ça repose.

 

L'appartenance auxTupamaros, on a beau dire, c'est autre chose que l'Ecole Nationale d'Administration....


 

Repost 0
Published by Ernesto - dans Actualité
commenter cet article
29 décembre 2012 6 29 /12 /décembre /2012 21:39

Nous vous avons fait part à plusieurs reprises du comportement de certains cadres de Régional.


Singeant l'actualité, c'est par un appel style "appel des pigeons" (les chefs d'entreprise qui sont intervenus auprès de Bercy pour empêcher une mesure gouvernementale sur l'imposition lors de la cession d'entreprise), que ceux çi font encore une fois, bien tristement, parlés d'eux.


Comme il y a quelques semaines ou les mêmes avaient fait distribuer des lettres anonymes sur le site de Nantes et de Clermont-ferrand encourageant les salariés à demander l'application du Plan de Départs Volontaires, les voilà qui reviennent à l'attaque s'adressant directement aux élus "cadres" du Comité d'Entreprise.

Hors, cette fois, l'attaque est nettement plus sournoise. En effet, pour être considéré comme "valablement consulté" la direction n'a besoin de l'avis que d'un seul élu.

Ainsi, sur les 14 siégeant aujourd'hui, les cadres représentés par une seule personne, demandent solennellement que celui-çi rende un avis provoquant de fait la mise en route du plan dit PRF.

 

Ils nous qualifient de "frileux" mais qu'ont'ils à risquer, eux, pour la plupart?

Une petite cinquantaine de personnes vont provoquer l'avis du CE sans que nous ne puissions forcer notre direction à appliquer un Plan de Sauvegarde de l'Emploi, et par la même, les mesures d'accompagnement pour les salariés touchés par les suppression de postes.

 

Faut'il que nos "dirigeants" soient acculés pour qu'ils n'aient pas d'autres solutions que de pratiquer ce genre de manoeuvre particulièrement malhonnête.

Et dire que nous étions qualifiés par ces derniers de "faux culs"!

Vraiment c'est un compliment venus de véritables experts en la matière.

 

Alors comme ça nous sommes frileux!

Frileux ce n'est pas le mot. Non, tout simplement inquiets.

Pas inquiets du projet en lui-même, non, simplement angoissés d'avoir à partir dans cette restructuration avec des "cadres" comme vous!

Conglomérat de chefaillons faisant, pour certaine, régner la terreur dans son service, pour d'autres plus préoccupés de leurs "carrières" dans la future compagnie, pour la plupart tout simplement soumis, à la botte, et c'est encore plus triste.

 

Nous n'avons qu'un objectif!

Nous n'avons qu'un intérêt:

Défendre les intérêts de tous les salariés de la compagnie, et ne pas accepter "pour faire plaisir" un plan sur lequel, je le rappelle, la direction ne nous a pas communiqué l'ensemble des éléments.

Car, contrairement à ce qu'elle voudrait nous faire croire, la situation actuelle est de son entière responsabilité. L'avis aurait pût être rendu fin novembre si tous les documents avaient été communiqués à notre expert!

Lionel Guérin ne nous disait il pas lui même qu'il avait "... des difficultés de communication avec la direction de Régional...".

 

Le meilleur, c'est qu'il y a dans les "19" à l'origine de cette lettre, des cadres qui s'épanchaient auprès des responsables syndicaux de leurs doutes sur le plan, les encourageant vivement à "résister" à donner un avis!


"Faux culs"? Tu parle!

 

Un ramassis de manipulateurs malhonnêtes!

 

La liste des "19" sur simple demande sur notre adresse mail


 

Le texte:


 


> Objet: Lettre ouverte à nos élus du comité d'entreprise collège cadres YS
>
> Mesdames, Messieurs
>
> La décision prise par les élus lors du dernier CE, de ne pas rendre
> d'avis sur le projet PRF, contrairement aux élus de  Brit Air et de
> Airlinair, me semble desservir les intérêts de Régional mais aussi de ses
> salariés. Elle donne l'image d'une entreprise frileuse et incapable de
> s'engager dans le PRF. Pire encore elle fait courir aux salariés le risque
> de voir passer des opportunités qui ne se présenteront plus.
>
> Je regrette qu'aucun Avis n' ait été donné jusqu'à présent afin que chacun
> puisse se projeter sur son avenir. J'utilise donc mon droit d'expression en
> vous demandant, élus du collège cadres ,de rendre un avis sur le projet PRF
> lors du prochain comité d'entreprise du 07 Janvier 2013.
>
> Nom: XXX
> Date: XXX

Repost 0
Published by Ernesto - dans La Compagnie
commenter cet article
21 décembre 2012 5 21 /12 /décembre /2012 22:51

Avant de vous inviter à lire la communication des élus, je voudrais vous faire partager mon .... agacement et ma déception.

La séance du Comité d'Entreprise était à peine levée, que l'un des élus souhaite à la DRH de "passer de bonnes fêtes", sans ironie, sans sous-entendus, je vous l'assure. La réponse fut cinglante et incompréhensible: "je ne suis pas comme faux cul comme vous, je ne vous souhaiterais donc pas de bonnes fêtes".

Quelques minutes plus tard, le RH "sol", discutant avec un autre élu: "...au moins chez Britair, ils (les élus) ont des couilles!" faisant référence à l'avis donné par les élus du CE de la compagnie bretonne.

Quelle classe! 

Ainsi, pour la direction, nous sommes donc, je cite et j'amalgame "des faux culs, sans couille"!

Qu'attendre d'une direction qui considère les élus du personnel comme des faux derches émasculés?

La colère fait dire des bêtises, je suis bien placé pour le savoir, mais aux vues de la teneur des débats et des enjeux, nous aurions pu attendre une autre réaction de la part de nos interlocuteur.

Ils sont en colère car nous n'avons pas rendu d'avis, cela peut se comprendre, mais il faut justement revenir aux raisons qui motivent et justifient ce refus. le mot est d'ailleurs inapproprié car ce n'est pas un "refus" que les élus ont voté mais bien l'incapacité aux vues des éléments fournis par la direction de pouvoir rendre un avis sur un plan dont certains éléments n'ont pas été fourni, ont changé, on été modifié à plusieurs reprises, communiqués de manière imprécises et la plupart du temps tardivement etc.. La liste est longue.

 

Ainsi donc, pour le RH "Sol", avoir des couilles serait la signature d'un chèque en blanc mettant de fait en situation précaire les salariés de Régional.

Quelle drôle de définition du courage!

Vous auriez sûrement souhaitez, monsieur, que comme chez Britair, nous donnions un avis après avoir été reçu en tête à tête par Lionel Guérin et s'être fait promettre des mesures "spéciales" pour "sa" catégorie de personnel.

Pas de chance, chez Régional, les syndicats tous unis défendent l'intérêt de TOUS les salariés.

Ainsi, les promesses aux PNT, aux PNC ou au Sol ne servent à rien!

14 élus unis défendent l'intérêt de TOUS!

 

Et puis, arrêtez de nous traiter d'irresponsables!

Si vous étiez aussi sûr de vous, vous nous auriez collé au tribunal, le juge aurait alors donné tord aux inconscients, n'est ce pas?


La DRH dit avoir croisé des salariés en pleurs dans les couloir du siège de l'entreprise.


Qui met aujourd'hui les salariés dans ces états de détresse psychologique? Les Syndicats?

Qui met en oeuvre aujourd'hui le PRF? Les Syndicats?

Qui annonce, sourire aux lèvres pour certains, à ses collaborateurs "au fait, j'oubliais, ton poste est supprimé"? Les Syndicats?


Alors oui, madame, quand vous nous traitez de "faux cul", je pense que vous avez raison, car votre avis est vraiment celui d'une spécialiste en la matière!

 

Bonne lecture


 

 

Nantes, le 21 décembre 2012 

 

 

COMMUNICATION DES ÉLUS ET REPRÉSENTANTS DU COMITÉ D'ENTREPRISE 

 

Les élus du Comité d’Entreprise, réunis en session plénière ces deux derniers jours, ont refusé de rendre un avis sur le projet dit « Pôle Régional Français ».

 

 

Les raisons de ce choix, sont essentiellement dues à deux raisons : 

 

Un désaccord total sur la mise en œuvre de la partie sociale du business plan.

 

Les informations communiquées sur le business plan comportent de nombreuses erreurs, sont incomplètes et ne permettent donc pas aux élus de rendre un avis qui garantisse les intérêts des salariés de Régional.

 

 

Si l’explication du second point entrainerait une argumentation longue et fastidieuse, le premier est pour nous extrêmement clair à vous présenter.

 

è    La Direction a choisi de mettre en place un plan de départs volontaires (PDV), alors que de son propre aveu, si ce plan ne recueille pas un nombre suffisant de volontaires, des « départs contraints » pourront être effectués, ce qui veut dire licenciement sec dans le cadre d'un PSE et c'est là que le bât blesse.

 

 

Les avis de nos avocats sur ce sujet sont très clairs :

 

« Si des suppressions de postes sont envisagées,
un Plan de Sauvegarde de l’Emploi doit être mis en place ».

 


Par ailleurs le Cabinet Progexa, expert mandaté par votre Comité d’Entreprise, indique :

 

« Un plan de sauvegarde de l’emploi a pour objectif d’éviter ou de limiter les licenciements. Le PDV peut être la seule mesure du PSE quand l’employeur s’engage à ne prononcer aucun licenciement ni à aucune suppression d’emploi pour des salariés qui ne seraient pas volontaires au départ. Autrement dit, les salariés qui ne seront pas volontaires au départ et dont le poste est supprimé doivent bénéficier d’un véritable plan de reclassement interne (et à l’intérieur du Groupe Air France). Si le plan de reclassement interne n’est pas possible, le salarié doit pouvoir bénéficier d’aides pour retrouver un emploi à l’extérieur, ce qui est le second objectif du PSE.

Dés lors, nous estimons que le document soumis à l’avis du CE est à ce jour incomplet. Notons aussi que l’ensemble des mesures du PSE doit être présenté dans un même document afin de permettre aux élus d’apprécier globalement la validité du projet et aux salariés de connaître leurs droits. »

 

 

 

De plus, comme le précise un autre de nos avocats :

 

 « Il faut veiller dans la contestation du PDV, que celui-ci ne doit pas être contraint par sa structure en n'ayant le caractère volontaire que de forme. »

 

 

En clair, les pressions exercées sur les salariés dont les postes seront supprimés sont inacceptables et entachent la mise en place du Plan de Départs Volontaires de nullité.

 

 

Nous affirmons solennellement et unanimement que nous n’adoptons pas une position de « blocage dogmatique »  du projet PRF mais que notre démarche est sincère et uniquement motivée par la défense des intérêts des salariés qui nous ont élus et de notre outil de travail qu'est Regional.

 



CE N'EST PAS UNE FIN DE NON RECEVOIR,
MAIS  UNE OUVERTURE VERS LA DIRECTION ;

CE N'EST PAS UNE VOLONTÉ DE BLOCAGE,
MAIS UNE MISE EN ÉVIDENCE DES INCOHÉRENCES DU PROJET.

Repost 0
Published by Ernesto
commenter cet article
20 décembre 2012 4 20 /12 /décembre /2012 23:30

Vous trouverez ci-dessous la délibération votée par les élus du CE de Régional:

14 votants

1 abstention

13 "pour"

 

Celà devrait faire réfléchir....

 

 

Délibération

 

 

Le comité d’entreprise de la société Régional, réuni le 20 décembre 2012, avec pour ordre du jour, notamment :

 

Ø      Information consultation et avis du CE sur le projet de création de Pôle Régional Français (partie livre III) – remise du rapport PROGEXA

 

Ø      Information, consultation et avis du CE sur les projets de plan de départs volontaires (livre I)

 

Ø      Information, consultation et avis du CE sur les opérations susceptibles d’affecter l’organisation économique de l’entreprise

 

Ø      Information, consultation et avis du CE sur le projet de fusion des escales commerciales Britair et régional de Lyon

 

 

I.         Constate que :

 

 

1.      La consultation conduite depuis le mois de septembre dernier sur le projet dit « PRF », qui s’inscrit en réalité dans le plan de restructuration et de compression des effectifs « Transform 2015 », et l’ensemble de leurs modalités et conséquences, ne se développe pas loyalement et ne permet pas à la représentation du personnel de disposer :

 

-         des informations nécessaires à l’appréciation de ces plans,

 

-         dans un délai raisonnable susceptible de lui permettre d’analyser, de comprendre ce projet et d’interroger la société,

 

-         conformément aux modalités prévues par les dispositions du Code du travail, notamment l’article L. 2323-4.

 

Ainsi :

 

-         la réunion du 21 septembre 2012 n’a été précédée d’aucune information écrite relative à l’ordre du jour, alors qu’une information incomplète et pour partie illisible a été remise à l’issue de celle-ci,

 

-         la réunion des 27 et 28 septembre 2012 a été l’occasion, en séance, d’une remise de documents qui complétaient, modifiaient ou se substituaient aux informations fournies le 21 septembre,

 

-         la réunion du 12 octobre 2012 a encore été l’occasion d’une remise de documents modificatifs, pour partie en anglais, complétés par la présentation projetée d’un document intitulé « objectif – 15 % », qui a en définitive été posté aux représentants du personnel le 19 octobre 2012, accompagné de nouveaux documents, dont un intitulé « information et consultation du Comité d’Entreprise sur le projet de modification ou de dénonciation partielle de certains accords collectifs du personnel Sol de Regional » et un autre relatif à l’Escale de Lyon,

 

-         la réunion des 25 et 26 octobre 2012 a été conduite alors que certains représentants du personnel n’ont reçu les documents d’information que le 24 octobre 2012, de sorte que l’ensemble des membres du CE n’a pu prendre sereinement, utilement et complètement connaissance de ces documents pourtant particulièrement volumineux.

 

Les élus ont rappelé, à cette occasion, la nécessité de disposer d’une information complète relative au projet.

 

-         la réunion des 28 et 29 novembre 2012 a été l’occasion, pour les représentants du personnel et leur expert, de découvrir que la holding du « PRF », contrairement à ce qui avait jusqu’alors été annoncé, serait une compagnie aérienne, doté d’un avion,

 

-         la réunion des 20 et 21 décembre 2012 est de nouveau l’occasion d’irrégularités manifestes :

 

o       plusieurs élus ont reçu, moins de trois jours avant la réunion, de nombreux et volumineux documents, dont le document de présentation global du projet demandé depuis le mois d’octobre 2012, et deux plans de départs volontaires,

 

o       l’expert est à cet égard contraint de relever, au terme de son rapport :

 

« Depuis notre dernière présentation, fin novembre, notre mission s’est de nouveau déroulée dans des délais extrêmement contraints, à partir de nouvelles données et correctifs multiples ne permettant in fine d’envisager de réunion de synthèse avec les auteurs du projet, en particulier avec Lionel GUERIN futur président du PRF »

 

« (…) nous n’avons pas obtenu le détails des lignes pour 2014 et 2015 »

 

o       alors que des questions capitales restent à ce jour sans réponse.

 

2.      Les plans de réductions des effectifs fondés sur le volontariat ont, de la même manière, été reçus tardivement et par communications parcellaires et successives.

 

S’agissant d’un plan de sauvegarde de l’emploi, l’employeur est pourtant tenu de remettre, dès la première réunion, un document précis et complet.

 

La remise incomplète et tardive de ces plans n’a ainsi permis aucune discussion sérieuse, alors que certaines de leurs dispositions apparaissent irrégulières.

 

Au surplus, les plans de départs volontaires reçus quelques jours seulement avant la réunion, et pour nombre d’élus moins de trois jours avant celle-ci, restent dépourvus de plan de reclassement interne, alors que des suppressions d’emplois par la voie de reclassement au sein du groupe ou de licenciements sont envisagés.

 

 

3.      Enfin, il est rappelé que le comité d’entreprise est informé et consulté à propos de projets qui ne doivent avoir reçu aucun commencement d’exécution.

 

Or, le plan « Transform 2015 », auquel s’intègre le « PRF », est déjà mis en œuvre par la groupe Air France, qui a par ailleurs d’ores et déjà signé un accord cadre pilote qui a des conséquences directes pour les salariés de Régional et confirme le caractère définitif du PRF, hors toute consultation des représentants du personnel de Régional.

 

 

2.      En conséquence :

 

 

Le comité d’entreprise :

 

-         considère qu’il ne peut émettre d’avis sur les points inscrits à l’ordre du jour,

 

-         rappelle que les plans « Tranform 2015 » et « PRF » et les accords conclus en application de ceux-ci au niveau du groupe Air France, qui affectent Régional, devront être suspendus sine die tant que la consultation du comité d’entreprise n’aura pas été menée à son terme.

 

-         invite la société à lui adresser par écrit l’ensemble de son projet relatif :

 

o       à la situation économique de l’entreprise et du groupe,

 

o       aux mesures de restructuration et de réduction du personnel qu’elle entend mettre en œuvre,

 

o       et aux modalités pratiques associées.

 

-         qui devra être reçu dans un délai raisonnable d’au minimum 7 jours avant les réunions qui auront pour objet la consultation relative à ces questions, compte tenu de leur importance, de leur technicité et du volume des documents d’information,

 

-         ne pourra, à défaut, examiner les questions mises à l’ordre du jour de la réunion des 20 et 21 décembre 2012, comme des réunions à venir, et ainsi exercer normalement les prérogatives qui lui sont reconnues par la loi.

 

-         décide, pour le cas où l’employeur persisterait dans son intention de mettre en œuvre son projet, en l’absence de consultation régulière du comité d’entreprise, de désigner Monsieur Joël RONDEL, secrétaire du comité d’entreprise, pour le représenter en justice, et exercer toutes les voies de recours utiles, à l’occasion de toutes actions et instances, en référé, comme au fond, en demande comme en défense, devant toutes juridictions ou autorités, civiles, pénales ou administratives.

 

Monsieur Joël RONDEL pourra, à l’occasion de ces procédures, être assisté d’un avocat rémunéré par le comité d’entreprise. Ce dernier désigne à cet effet le cabinet MIRANDE ASSOCIES, Avocat au Barreau de Paris, 25, boulevard St Germain 75019 PARIS

Repost 0
Published by Ernesto - dans La Compagnie
commenter cet article
19 décembre 2012 3 19 /12 /décembre /2012 10:04

Une fin de semaine capitale au siège de Régional à Nantes où se tiendra une cession du Comité d'Entreprise avec son invité désormais pratiquement permanent, Lionel Guérin.

 

La direction veut un avis, peu importe qu'il soit positif ou négatif, il suffit qu'un seul élu se prononce et l'affaire est dans le sac.

 

Et pourtant, comment se prononcer en toute honnêteté?


 

Depuis le début des consultations des élus du Comité d'Entreprise, les difficultés pour comprendre et analyser le projet "Pôle Régional Français" sont constantes!


En aucun cas les élus ne sont dans une position de blocage!

Dire "non" tout simplement au projet serait se plaçer dans rôle de cogestionnaire, ce que nous ne sommes pas.

Donc NON, NON et NON, les déclarations simplistes et stigmatisantes de certains cadres traitant les élus et les syndicats "d'empêcheur de tourner en rond", ne sont que mensonges.

Les élus ne bloquent pas pour le simple plaisir de bloquer, nous l'avons dit, répété, martelé:


Les éléments en notre possession aujourd'hui ne sont pas de nature à rendre un avis quelqu'il soit!

 

C'est pourtant simple!



 



Repost 0
Published by Ernesto - dans La Compagnie
commenter cet article
16 décembre 2012 7 16 /12 /décembre /2012 16:50

Avec "l'autre" les flics nous tapaient dessus.

Avec le "nouveau", on ne peut même pas manifester.

Les gouvernements passent, le résutat reste le même: faire taire la contestation, l'opposition de ceux qui souffrent, au quotidien, des plolitiques qu'ils mettent en place, eux aussi au services de leurs maîtres, les grands patrons, les banques etc...

L'état devrait être au service du citoyen, il n'est en fait qu'au service d'une minorité de nantis.

Hollande est en train de nous "vacciner" de ce que la plupart des citoyens appellent la "gauche" et qui n'est en fait qu'une espèce de sociale-démocratie-chrétienne dont la politique économique est exactement la même que celle de son prédécesseur.

 

Il y aura un "avant" et un "après" Florange.

Les Salariés de ce site d'Arcelor-Mittal parlent, en commentant le recul magistral, du premier ministre, parlent de trahison. Ça en est une, c'est indéniable.

Il serait intéressant de reprendre les promesses du "candidat" pour les comparer aux décisions du "président" et ce sur tous les sujets (vote des étrangers, logement, impôts etc...)

 

Ce n'est certainement pas une raison pour désespérer et pour cesser de revendiquer, de protester. Bien au contraire!

Il ne veut pas entendre? CRIEZ PLUS FORT!


Communiqué de l’UL CGT de Roissy après l’action militante du 5 décembre 2012

 

Que le Préfet et les forces de l’ordre cessent d’entraver l’action syndicale !


jeudi 13 décembre 2012  

Le mercredi 5 décembre 2012, plusieurs dizaines de militants CGT de Roissy ont tenté de se rendre au siège du Parti Socialiste pour interpeller la nouvelle majorité de Gauche et demander de leur part d’intervenir de façon urgente contre la précarité qui frappe les salariés de la sous-traitance, pour rétablir dans leurs droits les salariés illégalement licenciés ces derniers mois, pour mettre fin aux retraits arbitraires des badges d’accès en zone réservée de l’aéroport par le Préfet, pour réintégrer la sûreté aéroportuaire sous statut public, pour abroger la loi Diard anti grève dans l’aérien.

A l’occasion de cette mobilisation, les forces de l’ordre ont déployé des moyens tout à fait disproportionnés, allant jusqu’à organiser un « guet-apens » dans les rues du centre de Paris pour parvenir à bloquer les cars transportant nos militants. Les forces de l’ordre, déployées tout autour du convoi, ont fait preuve d’une grande agressivité et ont procédé à notre rétention de force dans les véhicules, avant de nous contraindre à rentrer à Roissy, sous escorte policière.

Dans les jours qui ont précédé cette action militante, les services de renseignements du préfet de Roissy ont harcelé les militants CGT de l’aéroport, faisant pression pour obtenir des informations sur cette action. Le jour de l’action, ces services étaient « en planque » dans le stationnement de l’UL, surveillant nos allers et venues.

Ces agissements scandaleux prouvent, une fois de plus, dans quel camp se placent le Préfet et les autorités : celui du patronat et de la défense de leurs intérêts. A Roissy, la préfecture fait usage de ses prérogatives pour participer à la répression de l’action syndicale en procédant à des retraits de badge (sans lequel il n’est pas possible de travailler en zone réservée de l’aéroport), en procédant au remplacement des grévistes (comme cela s’est produit pendant la grève des agents de sûreté il y a un an), en envoyant la troupe matraquer des salariés en grève (comme en octobre au Terminal 2).

Nous rappelons au Préfet et aux autorités que l’usage du droit de grève, du droit de manifester, d’exercer un mandat syndical, ne sont pas des délits ! Par contre, la discrimination syndicale, le remplacement des grévistes, et les innombrables infractions commises chaque jour par le patronat, le sont ! Qu’attend-il pour recourir à la même fermeté contre la délinquance patronale ?

Nous exigeons du Préfet de Roissy qu’il cesse tout harcèlement des militants, toute surveillance de nos locaux et de nos communications, et toute répression de l’action syndicale.

Nous demandons au nouveau pouvoir socialiste de prendre les mesures nécessaires en ce sens.

Roissy, le 13 décembre 2012

Repost 0
Published by Ernesto - dans Actualité
commenter cet article
2 décembre 2012 7 02 /12 /décembre /2012 22:35

 

Pour tous ceux qui pensent qu'il ne sert à rien de protester.

Qu'il est inutile de signer des pétitions

Que les manifestants perdent leur temps

Que l'individualisme rapporte plus que l'action individuelle mise au service du collectif...

 

Le monde continue à fêter la Palestine! Jetez un oeil à notre album photo Facebook plein de photos de membres d'Avaaz célébrant le nouvel Etat et envoyez ce mail à tous vos proches!

Amies et amis d’Avaaz, réjouissons-nous!

Il y a quelques jours, l’ONU a massivement voté pour reconnaître la Palestine en tant que 194è État du monde!!! C’est une énorme victoire pour le peuple palestinien, pour la paix, pour notre mouvement, et pour toutes les personnes qui font aujourd’hui la fête, dans le monde et en Palestine.

Le chemin du peuple palestinien vers la liberté sera encore long. Mais c’est une étape décisive, et notre communauté y a joué un rôle clé. Suite au vote, l’ambassadrice de la Palestine auprès de l’Union européenne a d’ailleurs déclaré:

"Avaaz et ses membres du monde entier on joué un rôle crucial en persuadant les gouvernements de soutenir la demande du peuple palestinien pour un État, pour la liberté et la paix. Ils ont été à nos côtés tout-au-long de ce processus. Leur solidarité et leur soutien resteront gravés dans la mémoire de tous les Palestiniens." - Leila Shahid, déléguée générale de l'Autorité palestinienne en Europe



Les gouvernements américain et israélien, tenus par des groupes de lobbyistes radicaux (oui, malheureusement même Obama a baissé les bras), ont fait leur maximum pour casser le vote, n’hésitant pas à menacer de couper les vivres à certains pays pauvres, et allant même jusqu’à menacer de renverser le Président palestinien s’il arrivait à ses fins. Le vote de l’Europe nous est apparu comme décisif, car sous l'intense pression des Américains, nos dirigeants étaient, il y a à peine 10 jours, enclins à ne pas soutenir un État palestinien. Connaissant ces enjeux, notre communauté s’est mobilisée avec la rapidité et la force démocratique nécessaires pour gagner:

  • Près de 1.8 million d’entre nous ont signé la pétition demandant un État.

  • Des milliers d’entre nous ont fait un don pour financer des sondages d’opinion en Europe -- montrant ainsi que pas moins de 79% des Européens soutiennent un État palestinien. Nos sondages ont été relayés dans tous les médias, et même cités par des Parlementaires au Royaume-Uni, en Espagne et France!

  • Nous avons envoyé des dizaines de milliers d’emails, de messages Facebook et de Tweets aux dirigeants européens, notamment à François Hollande en France et Didier Reynders en Belgique, et passé des milliers d’appels aux ministères des Affaires étrangères et chefs d’État.

  • Nous avons déployé un drapeau géant de 4 étages de haut en face de la Commission européenne à Bruxelles au moment où les dirigeants s’y réunissaient. Auparavant, nous avions fait naviguer une flotille de bateaux en face de l’ONU à New York appelant au vote. Nos actions ont fait les gros titres partout en Europe.

  • Dans chacun des pays-clés, les équipes d’Avaaz et les membres ont rencontré des dizaines et des dizaines de ministres, de conseillers, de journalistes influents, de parlementaires et des leaders d’opinion, en menant de front plaidoyer, pressions, questions parlementaires et déclarations publiques, grâce à la puissance de l'énorme mobilisation citoyenne sur cette cause.

  • Nous avons obtenu le soutien de personnalités comme Stéphane Hessel (94 ans, ex résistant, ex survivant de camp nazi, auteur d’"Indignez vous" vendu à 3 millions d’exemplaires) et de Ron Pundak, un Israélien qui a joué un rôle clé dans le processus de paix à Oslo -- tous deux se sont exprimés à nos côtés en faveur d’un État.

Un par un, les pays européens clés ont rompu avec les Etats-Unis pour répondre à l’appel de la justice et du peuple. Dans le vote final qui a eu lieu hier, seulement 9 pays sur 193 ont voté contre! La France, la Belgique, l’Espagne, l’Italie, la Suède et la majorité de l’Europe ont voté pour la Palestine.

Les Etats-Unis et Israël avaient d’abord prétexté qu’une reconnaissance était dangereuse pour la paix et, quand ils ont perdu, que cela n’avait pas d’importance et que le vote était juste symbolique. Mais s'il ne s'agissait que d'une résolution strictement symbolique il ne se seraient pas démenés de la sorte pour tenter de la contrer. Après des années de négociations de mauvaise foi qui ont vu Israël défendre un statu quo qui leur a permis de coloniser illégalement toujours plus ce plébiscite montre aux Etats-Unis et à Israël que malgré leur mauvaise foi, le monde est prêt à aller de l’avant, si besoin sans eux,. Ce nouveau statut constitue une base plus équitable pour des véritables discussions sur la paix. Et il s’agit de la meilleure alternative aux récentes violences du gouvernement israélien et du Hamas à Gaza.

Cela fait des décennies que le peuple palestinien souffre et suffoque sous la dictature militaire israélienne, les restrictions en matière de déplacements ou de travail, la négation continuelle de leurs droits et la menace constante de l’insécurité et de la violence. Il y a 65 ans, l’ONU a reconnu l’Etat d’Israël, afin de permettre au peuple juif de vivre en sécurité. Maintenant, les Palestiniens leur emboîtent le pas, et revendiquent un droit à la dignité devant la communauté. Et c’est à partir de cette dignité que nous pourrons construire les fondations de la paix.

Avec beaucoup d’espoir et de joie,

Ricken, Alice, Ari, Wissam, Allison, Sam, Julien, Pascal, Wen, Pedro, Saravanan, Emma, Ben, Dalia, Alexey, Paul, Marie, Aldine, Luca, Jamie, Morgan et toute l’équipe d’Avaaz.

PS: Voici quelques sources - Le Monde sur l'accession de la Palestine au statut d’État observateur non membre à l'ONU, Le Figaro qui revient sur le sondage réalisé par Avaaz et RTL qui relate notre spectaculaire action à Bruxelles devant la Commission Européenne, et dans Libération les réactions en Israël au vote de l'ONU.

Repost 0
Published by Ernesto - dans Actualité
commenter cet article