Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog d'info des salariés de HOP!
  • : Blog d'information libre de toutes consignes politiques et syndicales, des salariés de HOP! La rédaction est assurée par un collectif composé en grande partie de militants de la CGT, certes, mais totalement libres de leurs propos et de leurs positions.
  • Contact

Recherche

22 juillet 2015 3 22 /07 /juillet /2015 21:35

Une semaine déjà, que la direction de HOP! a annoncé la fusion, au bénéfice de la Holding, des trois compagnies Airlinair, Britair et Régional.

Les annonces faites dans la presse sont assez précises mais leurs analyses soulèvent quelques commentaires, la presse Bretonne étant nettement plus précise et plus réactive que l'Auvergnate.

En effet, le Télégramme, pour ne citer que lui, parle de "réelles craintes pour l'emploi sur le site de Morlaix". C'est vrai, comme elles le sont, dans des proportions tout aussi inquiétantes sur Clermont-ferrand (Régional), ou à Paris (Airlinair).

Je ne vais pas reprendre le couplet, désormais habituel, sur la nécessité de prendre conscience de la globalité du problème, on ne peut en vouloir, devant les annonces faites par la direction, de faire du "local" dans l'urgence. C'est humain. Je pense que cette manière de raisonner ne pourra pas durer, c'est tout.

Exceptionnellement, pour ne parler que de ma compagnie, je vous propose la mise en parallèles de deux chiffres:

- 80 salariés en sureffectif sur la famille Maintenance des trois compagnies, dit le projet.

- Suppression de l'entretien "mineur" (Check A pour les initiés) à Clermont-ferrand, d'après le même plan: 50 salariés concernés.

Ces suppressions de postes s'ajoutent à celles du Plan de Départs Volontaires mis en place depuis 2 mois. Je vous propose donc un troisième chiffre: 27.

Soit pour la seule Maintenance de HOP!Régional un total de 77 salariés!

Le premier PDV n'a pas lieu d'être, c'est une évidence. Je pense qu'il y a largement matière à discuter l'importance du second, quand on sait que des opérations d'entretien sur nos avions sont actuellement sous-traitées en externe (RAS et Latécoère), car nous ne pouvons faire face à la charge. A moins que la direction n'ait choisi d'hors et déjà la sous-traitance...

Le dimensionnement du sur-effectif est lié à l'analyse de l'audit du cabinet BCG sur la Maintenance des trois compagnies. Je ne connait pas le prix de ce travail, mais je pense qu'il va coûter cher, très cher au "futur leader européen du court-courrier".

Les positions de la CGT sont donc très claires: suppression du 1er PDV Maintenance, négociations sincères au sujet du second.

Repost 0
10 juillet 2015 5 10 /07 /juillet /2015 17:34
Grève chez Britair
Il me semble que ce sujet nécessite un peu plus que le seul commentaire laissé sur l'article précédent.
D'autant qu'il a été rédigé plus en réaction à la question du suivi d'une "grève de la CFDT" (sic!) ce qui n'est pas la réalité que réellement sur le fond du "problème".
Avant toutes choses, il ne me viendrai pas à l'idée de contester cette grève ou de la critiquer (au sens que l'on donne généralement à ce mot, alors que...), j'apporte içi mes propres analyses et interrogations et tente de répondre aux questions (nombreuses) qui nous ont été posées sur ce sujet.
Je reprendrai quand même l'argument principal de ma réponse: "une grève, ça sert à quoi?". Cette question n'est pas une question dogmatique ou idéologique, ni même (encore que, dans certains cas), philosophique, elle pose seulement une question pratique, essentielle car elle détermine la raison du conflit, j'espère que nous serons tous d'accord sur ce sujet.
En l’occurrence, "nous voulons obtenir de la direction de HOP! qu'elle ne ferme pas le site de la compagnie Britair à Morlaix". Bien. C'est une excellente raison, mobilisatrice qui plus est, de rentrer dans un conflit. Mais, et je vais utiliser là un synonyme, un conflit c'est un désaccord. Il y a t'il désaccord dans la situation qui nous occupe? Difficile à dire, car le plan de restructuration sera présenté jeudi 16 juillet et à moins d'être doué de dons de divination, personne ne sais ce qu'il y a dedans. Ce que je sais seulement, pour avoir assister à plusieurs réunions sur le sujet de l'unification du secteur Maintenance de HOP!, et ce avec les représentants des syndicats de Britair, d'Airlinair et de Régional, c'est que jamais, n'a été évoqué ni la fermeture de Morlaix, ni celle de Lille, de Clermont ou de Lyon. Jamais!!
Pourquoi cette réaction alors?
Vous connaissez mon "amour" immodéré pour les cadres, et ce, quels qu'ils soient et de quelques appartenances que ce soient, vraisemblablement causé par mes expériences passées et présentes, mais je vais quand même essayé de trouver des circonstances atténuantes à leur comportement habituel. Voilà une catégorie particulière de salariés, parfois représentés par un syndicat, dont le rôle principal est de faire passer les différentes pilules que représentent les conséquences des plans de restructuration, réorganisations, fusions à leurs "équipes" et qui, dans 80% des cas, sont les premiers concernés par les conséquences de ces mesures. L'exercice n'est pas simple. Les voici en réunion, on leur projette un bel organigramme et ils réalisent, alors, que, "tiens", "je ne retrouve plus ma case". "Retourne au boulot mon petit et fait passer le message que ce projet d'entreprise est le meilleur du monde". "vous êtes gentil mon bon chef, mais je ne suis pas dedans...", "Certes, mais fais ton boulot, tu es cadre". Bon petit soldat! Remarquez, il y en a qui aime ça.
Pas facile, Is'n it....
Je pense, pour y avoir été confronté, que l’ancienneté de Britair et son histoire font que la plupart de son l'encadrement a, au lancement du PRF-HOP!, pensé, que la gouvernance générale de la future organisation lui revenait "de droit". Je ne vous rappelle pas les différentes et successives déclarations de chefs de services de la compagnie Bretonne "On va les bouffer", "Régional, on les aura.." j'en passe et des pas meilleures.
Je pense vraiment, pour aussi l'avoir vécu, que c'est de l'encadrement que viennent les rumeurs. Contrairement à ce que l'on pourrait croire, les syndicalistes sont peu écoutés, dans les premières phases des projets (quand arrivent les difficultés, c'est autres choses). Je crois donc, que l'une des grandes causes de la "panique" des salariés de Britair vient de son encadrement et de la frustration de tel ou tel risquant de ne pas trouver sa place au sein de la nouvelle organisation. Celà peu se comprendre. On comprend moins la même réaction quand il s'agit de personnes ayant visées promotion et "gloires" personnelles. Le pouvoir rend fou, je vous l'ai dit et répété...
De là à penser qu'il y a au minimum une influence "néfaste", au pire, manipulation de l'ensemble des salariés du siège de Morlaix, il y a un pas, que les informations en ma possession ne me feront pas franchir, mais quand même.
Le danger de cette situation, c'est que les salariés s'en aperçoivent et que le soufflet retombe au moment ou, justement, une mobilisation unitaire sera rendu nécessaire par l'actualité.
Passons aux syndicalistes. Qu'est ce qui fait que ce mouvement est déclenché seulement chez Britair (je ne parle pas d'Airlinair sciemment)? Je ne parle que de la CGT HOP!Régional, mais depuis le déclenchement de "l'aventure" PRF-HOP, ils ont été les premiers à dire que l'union ferait la force et que nous devions "faire ensemble". Que dire? Nous n'avons pas été entendu? C'est au minimum une évidence.
Ils n'ont pas confiance, c'est une triste réalité, et malgré nos prises de positions en Comité d'Entreprise sur la défense des TOUS les salariés, ceux de Régional, c'est évident, mais aussi ceux de Britair et d'Airlinair, malgré nos différentes rencontres avec les mêmes déclarations, la CGT de Britair continue à croire que nous ne ferrons rien pour eux et que nous les trahirons. Ils se trompent, et risquent bien par leur comportement (la CGT de Régional n'a pas été informée, au moins par "politesse" du préavis de grève) de décourager les plus "unionistes" de nos Camarades et de, surtout, décourager les salariés de Régional qui auraient pu, par solidarité, suivre un mouvement, car nous l'avions annoncé depuis le départ "si un seul site, quelqu'il soit est fermé, vous nous aurez en travers de votre chemin".
C'est triste et contre-productif, mais c'est la vie. Je ne pensais pas cela possible à la CGT, aux vues des valeurs qui ont fondé ce syndicat, mais bon, on en a tellement vu ces derniers temps...
Pour finir, il ne faut pas oublier, aussi, les échéances électorales chez Britair en mars prochain. J'aime beaucoup moins ce "scénario" mais sais que certains en sont largement capables. Imaginez un peu que certains instigateurs de la grève, qui eux ont participé aux réunions avec la direction contrairement aux salariés, imaginez, disais-je, qu'ils sachent que rien ne fermera. Il est alors facile d'appeler à la grève AVANT l'annonce (connue) et de se présenter le jour de la dite annonce, comme LES sauveurs du site de la compagnie et d'en tirer tous avantages. "Vous voyez, c'est grâce à nous qu'il n'ont pas fermé Morlaix"...
Voilà, un peu plus développées, les raisons qui me font penser, que nous n'avions aucune raison, chez Régional, de suivre cette grève. C'est, je le répète une analyse personnelle qui ne remet pas en cause leur mouvement, car après tout, je travaille chez Régio et ne suis pas dans leur tête, mais je continue à penser que c'est du gaspillage, au minimum, d'énergie. Et puis, quand on me demande, je réponds.
Nous verrons la suite....

Repost 0
1 juillet 2015 3 01 /07 /juillet /2015 21:56

J'avais décidé il y a quelques temps, de ne plus répondre, de ne plus commenter les comportements des "responsables" des autres syndicats, plus précisément du SMNSAC et de la CFDT. Je pensais, et pense, quand même, toujours que c'est une perte de temps et d'énergie.

"Il y a des limites à tout". Enfin, c'est ce que je croyais. Or, force est de constater qu'il y a au moins deux domaines où cet adage ne s'applique pas: la connerie, j'aurai dû y penser, et la malhonnêteté, j'y ai pensé, mais là, on atteint des sommets.

Rappelez-vous. Il y a maintenant quelques années, a été négocié un accord dit "accord Check "C"". Pour les étrangers à la maintenance des avions, la Check "C" correspond à l'entretien lourd des appareils, en complément des Check "A" qui elles, comprennent les visites plus légères. En pratique, si les secondes immobilisent l'aéronef durant une vacation de travail (fractionnées parfois sur plusieurs nuits), les premières sont de l'entretien bloqué sur plusieurs jours.

Les négociations avaient été ouvertes par la direction. Cet accord "largement écrit par la CGT Régional (pas HOP! à l'époque)" dixit les représentants de la direction (si, si..), avait été signé par le SMNSAC et la CFDT, entre autres, pas par le CGT.

"Ah" me direz-vous "comme d'habitude!" Vous vous fourrez le doigt dans l'oeil, mes bons, victimes conscientes ou inconscientes de la propagande des précédemment cités. A ce niveau là, ce n'est pas le doigt, mais le bras qui vient remplacer votre globe oculaire!

En effet, les temps étaient autres, la pression sociale presque inexistante, et donc, nous avions fort logiquement conclu que cet accord n'allait pas assez loin dans l'intérêt des salariés et que, donc, il n'y avait, bien que ce texte était, je re-cite les mêmes sources "le bébé de Joël" (et je rajouterai de Jean-marc), aucune raison d'y apposer cette signature. Constants dans les positions: c'est une avancé significative, on signe, ca ne l'est pas, on ne signe pas.

Les "autres" se sont bien foutus de nous. Donc "ils" signent. Sans vraiment tout comprendre car certains de ces "responsables" viendront même demander à nos Camarades des explications sur la construction du forfait faisant partie du document.

Jusque là, tout va bien. Rien qui ne constitue des summums de malhonnêteté. Je suis d'accord.

2013, création de HOP! Ça se tend...

2015, audit du cabinet BCG (tu parles d'un vaccin!!). Là, ça ne se tend plus, ça se crispe..

Revient, sur le tapis, la re-négociation de l'accord ce dont duquel je cause (si c'est français, je le tiens de San Antonio, plus précisement de son adjoint).

Les élections sont passées par là, la précision est utile. Le SAC et la CFDT font "alliance pour réussir". La réussite est totale: la CFDT n'est plus représentative.

La CGT signe l'accord check "C". Arrêtez de vous marrez! Oui, ils signent.

Pourquoi? 2013, 2015, une situation sociale, économique, totalement différente. Moins d'avions, réductions des coûts, augmentation de la productivité réclamée par le cabinet "vaccin Bilé de Camette & Guérin" (je vous jure que c'est le nom du BCG), l'intérêt des salariés ne se situe plus au même niveau. Il est essentiel de préserver l'existant, afin que la direction ne dénonce pas l'accord de façon unilatérale et n'applique "le minima". Danger, pourquoi? Parce que:

- Les horaires de travail sont imposés par l'employeur (influences sur la rémunération)

- les plannings sont imposés par l'employeur, après avis (consultatifs, je le rappelle) du CHSCT.

- Les temps de pause, les temps de déshabillage etc... peuvent être ramenés au strict conventionnel. Lisez donc ceçi (c'est un lien, je ne sais pas si ça se voit..)

Voilà juste pour l'essentiel.

Le risque était donc, de voir les salariés affectés à cette activité, perdre, perdre beaucoup! Donc, la CGT HOP!Regional a signé cet accord dans l'intérêt des salariés, fidèle à ses principes.

Et ce n'est pas un passage sur le "respect des horaires de travail et de pause" qui l'aurait fait changer d'avis, puisque ces "respects" font partie du contrat de travail de tous salariés et n'ont pas besoins de figurer dans un accord pour être applicables.

Voilà un bref résumé des faits.

Passons à la malhonnêteté, ça sera court mais intense.

Figurez-vous qu'un "responsable" d'un syndicat non-représentatif, qui donc, ne négocie plus et qui n'a que le droit et le pouvoir de signer des autographes auprès de ses admirateurs, déclare à qui veut l'entendre "Comment avez vous pu signer cette merde".

Si, si, les mêmes qui ont participé et signé l'accord d'origine, brocardant à l'époque les positions de la CGT, le qualifie aujourd'hui "d'accord de merde".

Il s'agit peut'être d'une crise d'amnésie.

Vous voyez, je lui trouve encore des excuses...

Check C
Repost 0
25 juin 2015 4 25 /06 /juin /2015 19:37
Quelques infos...

Se tenait aujourd'hui au siège de la compagnie, la réunion n°1 sur la mise en oeuvre d'un Plan de Départs Volontaires encadré par un Plan de Sauvegarde de l'Emploi sans départ contraint à la Maintenance de HOP!Régional. 27 postes sont concernés.

Cette mesure, qui s'inscrit dans la droite ligne de la politique de réduction des coûts du groupe Air France, est, d'après la direction, rendue nécessaire par l'attrition de notre flotte, moins d'avions, moins d'heures de maintenance programmée: 55 avions en 2008, 43 en 2012, 40 en 2013, 37 en exploitation à ce jour.

Ce sont les raisons invoquées par la compagnie. Néanmoins, comment comprendre cette précipitation alors que la "fusion" des Maitenance des trois compagnies (Britair, Régional, Airlinair) est annoncée pour 2016, fusion qui entraînera de fait un sureffectif qui nécessitera un ou plusieurs Plan de Départs Volontaires (au mieux)?

Notre avis est sensiblement différent... Chaque jour, les mesures drastiques misent en plaçe chez Air France font les unes de la presse nationale. Il serait mal venu que toutes les sociétés du groupe ne mettent en oeuvre, le doigt sur la couture du pantalon, ce qui est imposé aux salariés de la maison mère. Nous pensons que ce plan a, au minimum, autant d'importance vis à vis des économies qu'il entraîne que sur le simple effet "cosmétique" de l'annonce.

La suite de l'argumentation de la DM:

La politique de recherche de clients extérieurs menée depuis quelques années par notre explosif Directeur Maintenance, ne permettrait plus de compléter le plan de charge de notre hangar en raison du coût de la main d'oeuvre.

Je m'explique, ou plutôt, je retranscris içi les propos du "Chef".

Jusqu'à présent, l'activité propre sur nos appareils, permettait "grosso-merdo" d'occuper tout le monde. Les creux dans le plan de charge étaient complétés par des clients occasionnels. La réduction du nombre d'avion et ses conséquences, font que les trous sont de plus en plus importants et qu'il faudrait alors, pour les "boucher" développer une véritable politique client, non plus anecdotique, mais structurée et organisée. Or, c'est là que nous retrouvons le sujet de nos coûts face à ceux de la concurrence. 55€ de l'heure chez RAS, atelier Allemand qui entretenait (qui entretient?) les ATR d'Airlinair. J'entends déjà les techniciens qui connaissent le sujet éclater de rire (pour les plus joyeux...). Nous avons tous eut à constater, l'extraordinaire "qualité" de l'entretien réalisé sur les avions d'Airlinair pour 55€ de l'heure...

Combien ont réellement coûté les révisions à 55€, à posteriori? La question est intéressante, mais ce n'est pas aujourd'hui que nous avons obtenu une réponse.

Autre exemple connu, Atlantique Air Industrie, qui avait réalisé avec brio, une check sur l'un de nos Embraer 145 pendant la grève de 2011. 52€ de l'heure! Vous me direz, on en a eut pour notre argent. Quelle est la situation de 2AI aujourd'hui? Le redressement judiciaire.

Le PSE proposé par la direction de HOP!Régional avait fait l'objet d'un certain nombre de commentaires lors de la réunion 0. L'ensemble de ces remarques ont été prises en compte par la direction et le document a été rectifié.

Nous avons constaté, qu'en dehors de ce PDV, des postes étaient supprimés par des départs naturels (départ en retraite, par exemple), les élus CGT ont demandé que cette diminution de fait de la masse salariale rentre en ligne de compte dans les futures mesures économiques qui ne manqueront pas de nous être demandées. Dans les mesures d'accompagnement au départ, chapitre "formation", nous avons demandé la prise en charge d'une qualification avion pour ceux qui le désireraient.

A l'issu de cette réunion, les élus ont estimé ne pas pouvoir rendre d'avis sur ce plan et ont désigné le cabinet Progexa pour les conseiller. A prendre en compte également, l'avis du CHSCT Maintenance qui se réunira le 8 juillet.

Prochaine et dernière réunion sur ce sujet: au plus tard le 25 août.

Repost 0
17 juin 2015 3 17 /06 /juin /2015 00:18
​​Avec un peu de retard, vous trouverez ci-dessous, le communiqué de la CGT envoyé à la presse au sujet de la situation chez HOP!Regional.

Pour info, en plein PDV, les salariés de Britair, mobilisés également à cette occasion, ont suivi massivement le mot d'ordre syndical d'appel à mobilisation.

Chez Régional, un grand merçi aux organisations "syndicales" ayant appelé à ne pas suivre le mouvement, plus occupées à "descendre" la CGT plutôt qu'a défendre les intérêts des salariés.

Communiqué de presse

3 heures de débrayage pour sauver 27 postes chez Hop ! Régional.

La CGT HOP ! Régional appelle l’ensemble du personnel à un débrayage ce lundi 15 juin de 11 h à 14h. Le personnel proteste contre le plan de départ volontaire envisagé par la direction. PDV qui devrait conduire à la suppression de 27 postes sur les sites de maintenance de Clermont-Ferrand et Lille.

Un plan uniquement mis en place pour satisfaire Air France, actionnaire principal de HOP ! Régional, et qui ne se justifie pas d’un point de vue économique. En effet, la maintenance, ciblée par le PDV, est aujourd’hui le seul secteur bénéficiaire de la compagnie.

La CGT rappelle également que la direction de HOP ! Régional n’a pas tenu ses promesses en termes d’embauches. Direction qui, en échange de 3 millions d’euros versés par la Région Auvergne, avait garantit le recrutement de 40 personnes en 2012.

La crainte du personnel et du syndicat est aujourd’hui que ce plan de départs volontaires soit la première étape de la restructuration du court et moyen courrier d’Air France. Programme de casse sociale dont les salariés de la filiale HOP seront les principales victimes.

La CGT demande donc aux présidents de Région et de département ainsi qu’au maire de Clermont-Ferrand et à l’ensemble des représentants politiques auvergnats de s’engager aux côtés des salariés. Ils permettront ainsi la sauvegarde d’un outil industriel remarquable, pilier de l’aéronautique régional.

Nous invitons donc tous les journalistes de la région à couvrir l’événement lundi matin à 11h devant les locaux de Hop ! Régional, 149 avenue du Brézet à Clermont-Ferrand.

Repost 0
8 juin 2015 1 08 /06 /juin /2015 21:28
Décidement, ce goût étrange pour les péniches

Décidément, ce goût qu'a notre direction pour les péniches, il faudrait que j'en parle au disciple de Freud qui touille de temps en temps le bouillon de mes névroses.

Vous trouverez en fin d'article, le texte du tract qui sera diffusé demain chez HOP!Régional, "Business Unit" de HOP!, elle même filiale d'Air France.

Pourquoi maintenir un suspense inutile, c'est d'un appel à la grève qu'il s'agit.

Vous lirez, je ne vais me substituer à cette communication. Il faut néanmoins que je vous dise ce que je pense du fond de cette histoire, hormis la "faute de goût" que constitue cette fête sur une péniche fusse t'elle ancrée dans la capitale.

La colére vient des salariés, pas des Organisations Syndicales, somme toute, relativement blasées des comportements des directions successives. Une colère légitime, dont les causes viennent de la propagande directoriale. "Réduction des coûts", "..Vous êtes trop chers.." etc... etc... Celà bientôt deux ans que ces propos sont répétés, martelés à l'ensemble des salariés du groupe et même si, en fin de compte, cette "sauterie" commerciale ne représentera pas grand chose dans les pertes de la compagnie HOP!, vous avouerez que c'est, au moins, maladroit.

Comme est particulièrement maladroit, la répétition permanente du leitmotiv pré-cité.

Quel en est l'effet, aujourd'hui? Un découragement total et profond!

La direction fait la démonstration permanente qu'il est impossible de lutter avec nos concurrents, nous restons en permanence trop chers.

Ainsi, la création de HOP! qui amenait pour certains un véritable espoir est en train de se transformer, par la faute des dirigeants, en démonstration d'impuissance. C'est le début d'un splendide gâchis. Ce n'est pas le premier.

Il y a bien longtemps que je n'ai plus d'illusion sur l'avenir du court et moyen courrier au sein du groupe Air France. Je pense que nous "boucherons les trous" et occuperons les créneaux d'utilisation des aéroports le temps que Transavia monte en puissance. Après...

Plus d'illusions si la situation évolue vers la peur que les directions d'Air France et de HOP! utilise comme moyen pour "asservir" (c'est fort, mais je ne trouve pas de synonyme) les salariés. La peur, dont parle Edward Bernays dans Propaganda (commenté dans l'édition française par Norman Baillargeon, excellent!!), est un moyen sûr de faire passer les choses. Peur qui entraîne division, réaction corporatiste, exclusion de l'autre. "Ouf, c'est tombé à côté..." sans ce rendre compte (ou si, justement), que la prochaine fois, il y a de grandes chances pour que ce soit ton tour.

Donc, il ne faut pas avoir peur. Et pour ne pas avoir peur, il faut s'unir et résister. C'est ce que nous sommes en train de faire avec les syndicats CGT d'Air France et de Britair.

Le texte du tract:

Le champagne coule à flot

chez HOP !

Les salariés trinquent

Le 28 mai lors du CE, la direction nous a informé qu’un PDV était en projet à la maintenance, avec à la clé la suppression de 27 postes.

Le même jour nos DS reçoivent avec stupéfaction 2 messages :

  • Les informant de l’annulation du séminaire social prévu de longue date,
  • Les invitant à un cocktail dinatoire sur une péniche à Paris le 15 juin.

D’un côté nos dirigeants remercient les salariés qui se sont investis avec un PDV, de l’autre coté ils remercient les clients et partenaires en les invitant à une soirée Jet set. Donc c’est Caviar pour les uns, PDV pour les autres. Il est temps de réagir, tout n’est pas perdu.

Nous savons également organiser des festivités, nous l’avons déjà prouvé par le passé. Le temps est venu pour nous de nous faire entendre.

Les affairistes qui ne pensent qu’à gérer leurs ambitions personnelles ne nous proposent aucune garantie pour l’avenir. Nous ne voyons toujours pas venir de projet industriel pour la maintenance.

Hop s’est construit sur le travail des différentes catégories de personnel des compagnies Régional, Brit’air et Airlinair et non sur les incertitudes financières, économiques et sociales d’apprentis sorcier. Ils ont oublié que ces salariés sont et seront toujours la richesse principale de la compagnie.

Nous sommes hermétiques à leur technique de division qui consiste à monter Brit’air contre Régional, Morlaix contre Clermont-Ferrand ou Lille.

Ce tract tient d’invitation pour Mr GUERIN et son équipe qui n’auront pas besoin de confirmer leur présence à la prochaine grillade party organisée à Clermont-Ferrand. Ils vous doivent des explications et surtout le respect.

Mais auront-ils le courage de venir ?

La CGT Régional appelle l’ensemble des salariés de la compagnie à un arrêt de travail le lundi 15 juin de 11 heures à 14 heures. Soyez nombreux à vous exprimer.

La CGT une force à vos

cotés

Repost 0
2 juin 2015 2 02 /06 /juin /2015 15:44
"Joyeux Noël, Félix"

Voici maintenant deux ans que HOP! a été créé. Deux ans que la direction a mis à profit pour créer une identité dans une compagnie qui n'en est pas une.

Deux ans durant lesquels les salariés ont consenti à des efforts, c'est indéniable, à une dégradation de leurs conditions de travail, c'est tout aussi indiscutable (cf, parmi d'autres situations, celles des salariés mis à dispositions ou celle de nos Camarades de l'escale "commerciale" de Lyon).
Les salariés ont, globalement, accepté cette situation, pensant à un avenir meilleur.... pour la plupart.
Le PDV qui a touché les salariés du siège de Régional à Nantes, est apparu "logique" à certains: "c'est normal, on ne va pas garder 3 sièges...". Ce n'était pas mon avis, loin de là!
Que dirons alors, aujourd'hui, ceux qui hier trouvaient le départ de salariés " justifiés"?
Le PDV mis en place à la Maintenance est'il, selon vous, tout aussi "nécessaire" ?
Pensez-vous qu'il y a "trop de monde" pour assurer l'entretien de nos avions?
Qui peut le dire? Oui, qui peut le dire, puisque nous n'avons, aujourd'hui, aucune idée de ce que sera la plan de réorganisation de cette activité.
Combien de sites? Pour faire quoi? Pour qui? Comment? Sous-traitance? Clients externes?
Alors donc, comment justifier un plan de départ volontaire?
Chers lecteurs, quand je vous aurai dit que ce plan n'a, dixit notre direction, "...rien à voir avec la future réorganisation de la maintenance...", je pense que vous comprendrez que l'avenir ne s'annonce pas sous les meilleurs auspices.
" Il faut faire "maigre", voilà les consignes de HOP" me disait récemment un cadre.
Faire maigre?
Il est évident que la diminution drastique des flottes de Régional et de Britair, n'est pas étrangère au régime forcé que l'on tente aujourd'hui de nous imposer.
Et le problème est bien là!
Combien d'avions demain?
Quel activité?
Faire quoi?
Ce sont des questions fondamentales, leurs réponses conditionnent le dimensionnement en Femmes et en Hommes salariés des entreprises constituant HOP! demain.
Questions capitales auxquelles les directions n'ont toujours pas répondu.

Dans tous les cas, je pense qu'il ne faut pas s'habituer à ces Plans "Sociaux" à répétitions, et même si très égoïstement, ils peuvent arranger majoritairement les plus vieux d'entre vous, il faut savoir que, demain, le nombre de volontaire au départ diminuera simplement, mathématiquement, à cause de la pyramide des âges.
Nous avons envoyé à nos adhérents, un petit fichier Excel, destiné à faire prendre conscience à chacun, à combien pourrait se monter l’indemnité conventionnelle de départ de l'entreprise.
Beaucoup, pensaient, pensent encore, "partir avec un gros chèque".
A ceux qui n'ont pas notre tableau, demandez donc à vos syndicats qu'ils vous informent ou lisez le chapitre traitant de ce sujet sur notre convention collective (.gouv.fr).
Étonnant non?
Donc, une fois que les vieux seront partis, et que les jeunes voudront rester, quelles alternatives pour les directions?


Allez! Une piste, c'est comme un Plan de Départs Volontaires, mais ce n'est pas volontaire.

Bonne journée

Repost 0
20 mai 2015 3 20 /05 /mai /2015 18:45

Vous trouverez ci-dessous, le courrier envoyé à l'Inspectrice du Travail en charge du suivi du centre de Maintenance de ClermontFerrand.

Il semble que la direction de HOP!Regional applique scrupuleusement les analyses de l'audit pratiqué il y a quelques semaines sur le site de Clermont-ferrand, de Morlaix, de Lille et de Lyon.

"Augmentation de la productivité" qu'ils disaient. Certes, mais en cette période d'incertitude et de doutes, nous considérons que les premières mesures auraient dû aller vers une réorganisation de certains mode de travail plutôt que vers un quasi flicage des techniciens des sites de maintenance.

Pour ne prendre qu'un exemple, l'audit montre que les techniciens attendent parfois pendant plusieurs dizaines de minutes qu'un magasinier vienne leur fournir les outillages dont ils ont besoin pour réaliser leur taches. Il faut quand même savoir, que c'est la direction qui est directement responsable de ces dysfonctionnements, puisque c'est elle qui avait "réorganisé" ce service en supprimant des postes quelle jugeait "inutiles"...

Inspection du Travail des Transports

64, av de l’Union Soviétique

63012 CLERMONT-FERRAND Cedex

A L’attention de MME Véronique CEYSSAT

A Clermont-Ferrand

Le 11 mai 2015

Madame,

L'ensemble des élus CHSCT maintenance HOP ! REGIONAL s'interrogent sur l'utilisation "détournée" d'une procédure de scannage des cartes de travail via code barre. En effet, chaque salarié doit scanner afin de pouvoir estimer au plus juste le temps effectif pour chaque action de maintenance sur les avions de la compagnie.

C'est un moyen de contrôle de la productivité.

Cependant, certains témoignages nous amènent à penser que ce système n'est pas utilisé à cette seule fin.

En effet les techniciens avions subissent régulièrement des convocations pour justifier leur temps de pause trop long ou leur manque d'heures de travail sur une vacation. La direction détournerait donc ce moyen pour l'utiliser comme un moyen de contrôle du temps de travail, et pour tout dire de "flicage". En cette période de réorganisation cela est très mal compris par les salariés.

Voilà pourquoi les élus du CHSCT maintenance HOP ! REGIONAL vous alertent aujourd'hui.

En conséquence, le CHSCT Maintenance a demandé à la direction une réunion exceptionnelle sur ce sujet le 13 mai 2015 afin de clarifier cette situation, réunion à laquelle vous avez été invitée.

L'ensemble des élus souhaitent vivement votre présence lors de cette réunion afin que vous puissiez apporter votre point de vue sur le sujet et qui de plus s'inscrit dans le cadre des RPS. Sujet sur lequel nous avons déjà eu l'occasion de débattre avec vous.

Nous vous prions d’agréer, madame, l’expression de nos salutations distinguées.

Jean-marc Tavernier, Secrétaire du CHSCT Maintenance HOP!Regional

Repost 0
Published by Ernesto - dans CHSCT hop RPS CGT
commenter cet article
12 mai 2015 2 12 /05 /mai /2015 22:49

Je dois être le dernier à relayer cette information, peu importe.

J'en profite pour adresser un salut aux malfaisants qui racontaient dans le hangar de Clermont-ferrand que " la plainte n'aboutirait jamais car le secrétaire du CE (le successeur du voleur) ferrait tout pour enterrer la procédure".

Eh ben, pour une procédure qui n'aboutit pas...

Je vous adresse donc un salut, messieurs les malfaisants, que je décomposerais ainsi:

- la main gauche vient rapidement frapper la base du biceps du bras droit, à la limite de la fosse cubitale.

- Dans le même temps, le sus nommé se plie comme propulsé par l'intervention du membre opposé et le poing se ferme.

Essayez, vous verrez!

Essayez aussi de comprendre que, malgré les amitiés passées et trahies, quand on porte des valeurs et qu'elles mènent vos actions, les attachements du passé ne sont plus, tout simplement.

Il en va de même dans la conduite de la défense des intérêts des salariés.

Des valeurs. Ca vous parle?

Le communiqué du bureau du Comité d'Entreprise:

Le 7 mai 2015 a eu lieu au Tribunal Correctionnel de Nantes, le procès qui opposait le CE et l’ancien Secrétaire Joël NOTIN
concernant le détournement d’un montant total de 164 366€.

Ses faits se sont déroulés pendant la période d’avril 2007 à avril 2011.

La justice lui a demandé de s’expliquer sur les faits qui lui étaient reprochés et l’a condamné à :

- 18 mois de prison avec sursis.


*Pour rappel, dans cette procédure de détournement de fond,
le CE a gagné son procès contre la Caisse d’Epargne qui a été condamnée à rembourser la somme de 80 000€.


Le Bureau du CE

Repost 0
10 mai 2015 7 10 /05 /mai /2015 19:23
Une information de nos Camarades de l'Union Locale CGT de Roissy-CDG.
Il est à regretter que les CRS qui s'étaient fait portés malades lors de la visite de Francois Hollande à Brest, n'étaient pas ceux présents pour s'opposer aux grévistes de Keolis et qui ont mis en oeuvre des méthodes qui n'ont rien à voir avec le maintien de l'ordre mais plus avec le simple plaisir de tabasser, plaisir doublé par l'immunité que donne l'uniforme...

Brutalités policières contre les salariés et les élus en gréve CIF KEOLIS

Infos sur la grève et l’action de ce jour de la CGT et des salariés en grève CIF-KEOLIS

Malgré une mobilisation qui ne faiblit pas, et une détermination absolue, la direction de la société de transport de voyageurs CIF-KEOLIS, reste sourde aux attentes et aux revendications légitimes des salariés en grève.

Devant un tel mépris, les salariés en grève et leurs élus CGT, ont décidé d’agir et de frapper fort !

Ils se sont rendus aujourd’hui, au siège social de la SNCF, dont la CIF-KEOLIS est une filiale.

Plus de 60 grévistes, sont entrés pacifiquement dans les locaux du siège de la SNCF, afin d’exposer leur situation, de faire entendre leurs revendications et pour dénoncer le système de management répressif de leur Direction.

Au lieu de trouver une direction SNCF ouverte au dialogue, (d’autant qu’il est question d’une filiale qu’elle détient majoritairement) se sont les CRS qui sont intervenus violemment contre les grévistes et leurs élus de la CGT.

Plusieurs grévistes ont été fortement brutalisés par des CRS qui n’avaient aucune retenue.

Nous condamnons avec force la brutalité de cette intervention policière que rien ne peut justifier dans le cadre d’un conflit social.

Nous ne pouvons accepter que des salariés en grève et leurs élus soient traités comme des malfrats et sans le moindre ménagement par les forces de "l’ordre", alors même qu’ils manifestaient pacifiquement la volonté de voir la SNCF (qui est leur maison-mère) prendre en considération leur situation et leurs revendications !

Quoi qu’il en soit nous saluons le courage et l’engagement sans faille des salariés et des élus en grève.

Les salariés en grève et leurs élus CGT ne sont pas des voyous mais des hommes et des femmes respectables qui résistent et qui défendent leurs droits et leur dignité contre l’arbitraire et la violence patronale qu’ils subissent au quotidien et depuis trop longtemps !

Les salariés CIF-KEOLIS en grève ont besoin de notre soutien et de notre solidarité merci de diffuser l’information auprès de nos camarades CGT.

Repost 0