Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog d'info des salariés de HOP!
  • : Blog d'information libre de toutes consignes politiques et syndicales, des salariés de HOP! La rédaction est assurée par un collectif composé en grande partie de militants de la CGT, certes, mais totalement libres de leurs propos et de leurs positions.
  • Contact

Recherche

8 juin 2015 1 08 /06 /juin /2015 21:28
Décidement, ce goût étrange pour les péniches

Décidément, ce goût qu'a notre direction pour les péniches, il faudrait que j'en parle au disciple de Freud qui touille de temps en temps le bouillon de mes névroses.

Vous trouverez en fin d'article, le texte du tract qui sera diffusé demain chez HOP!Régional, "Business Unit" de HOP!, elle même filiale d'Air France.

Pourquoi maintenir un suspense inutile, c'est d'un appel à la grève qu'il s'agit.

Vous lirez, je ne vais me substituer à cette communication. Il faut néanmoins que je vous dise ce que je pense du fond de cette histoire, hormis la "faute de goût" que constitue cette fête sur une péniche fusse t'elle ancrée dans la capitale.

La colére vient des salariés, pas des Organisations Syndicales, somme toute, relativement blasées des comportements des directions successives. Une colère légitime, dont les causes viennent de la propagande directoriale. "Réduction des coûts", "..Vous êtes trop chers.." etc... etc... Celà bientôt deux ans que ces propos sont répétés, martelés à l'ensemble des salariés du groupe et même si, en fin de compte, cette "sauterie" commerciale ne représentera pas grand chose dans les pertes de la compagnie HOP!, vous avouerez que c'est, au moins, maladroit.

Comme est particulièrement maladroit, la répétition permanente du leitmotiv pré-cité.

Quel en est l'effet, aujourd'hui? Un découragement total et profond!

La direction fait la démonstration permanente qu'il est impossible de lutter avec nos concurrents, nous restons en permanence trop chers.

Ainsi, la création de HOP! qui amenait pour certains un véritable espoir est en train de se transformer, par la faute des dirigeants, en démonstration d'impuissance. C'est le début d'un splendide gâchis. Ce n'est pas le premier.

Il y a bien longtemps que je n'ai plus d'illusion sur l'avenir du court et moyen courrier au sein du groupe Air France. Je pense que nous "boucherons les trous" et occuperons les créneaux d'utilisation des aéroports le temps que Transavia monte en puissance. Après...

Plus d'illusions si la situation évolue vers la peur que les directions d'Air France et de HOP! utilise comme moyen pour "asservir" (c'est fort, mais je ne trouve pas de synonyme) les salariés. La peur, dont parle Edward Bernays dans Propaganda (commenté dans l'édition française par Norman Baillargeon, excellent!!), est un moyen sûr de faire passer les choses. Peur qui entraîne division, réaction corporatiste, exclusion de l'autre. "Ouf, c'est tombé à côté..." sans ce rendre compte (ou si, justement), que la prochaine fois, il y a de grandes chances pour que ce soit ton tour.

Donc, il ne faut pas avoir peur. Et pour ne pas avoir peur, il faut s'unir et résister. C'est ce que nous sommes en train de faire avec les syndicats CGT d'Air France et de Britair.

Le texte du tract:

Le champagne coule à flot

chez HOP !

Les salariés trinquent

Le 28 mai lors du CE, la direction nous a informé qu’un PDV était en projet à la maintenance, avec à la clé la suppression de 27 postes.

Le même jour nos DS reçoivent avec stupéfaction 2 messages :

  • Les informant de l’annulation du séminaire social prévu de longue date,
  • Les invitant à un cocktail dinatoire sur une péniche à Paris le 15 juin.

D’un côté nos dirigeants remercient les salariés qui se sont investis avec un PDV, de l’autre coté ils remercient les clients et partenaires en les invitant à une soirée Jet set. Donc c’est Caviar pour les uns, PDV pour les autres. Il est temps de réagir, tout n’est pas perdu.

Nous savons également organiser des festivités, nous l’avons déjà prouvé par le passé. Le temps est venu pour nous de nous faire entendre.

Les affairistes qui ne pensent qu’à gérer leurs ambitions personnelles ne nous proposent aucune garantie pour l’avenir. Nous ne voyons toujours pas venir de projet industriel pour la maintenance.

Hop s’est construit sur le travail des différentes catégories de personnel des compagnies Régional, Brit’air et Airlinair et non sur les incertitudes financières, économiques et sociales d’apprentis sorcier. Ils ont oublié que ces salariés sont et seront toujours la richesse principale de la compagnie.

Nous sommes hermétiques à leur technique de division qui consiste à monter Brit’air contre Régional, Morlaix contre Clermont-Ferrand ou Lille.

Ce tract tient d’invitation pour Mr GUERIN et son équipe qui n’auront pas besoin de confirmer leur présence à la prochaine grillade party organisée à Clermont-Ferrand. Ils vous doivent des explications et surtout le respect.

Mais auront-ils le courage de venir ?

La CGT Régional appelle l’ensemble des salariés de la compagnie à un arrêt de travail le lundi 15 juin de 11 heures à 14 heures. Soyez nombreux à vous exprimer.

La CGT une force à vos

cotés

Repost 0
2 juin 2015 2 02 /06 /juin /2015 15:44
"Joyeux Noël, Félix"

Voici maintenant deux ans que HOP! a été créé. Deux ans que la direction a mis à profit pour créer une identité dans une compagnie qui n'en est pas une.

Deux ans durant lesquels les salariés ont consenti à des efforts, c'est indéniable, à une dégradation de leurs conditions de travail, c'est tout aussi indiscutable (cf, parmi d'autres situations, celles des salariés mis à dispositions ou celle de nos Camarades de l'escale "commerciale" de Lyon).
Les salariés ont, globalement, accepté cette situation, pensant à un avenir meilleur.... pour la plupart.
Le PDV qui a touché les salariés du siège de Régional à Nantes, est apparu "logique" à certains: "c'est normal, on ne va pas garder 3 sièges...". Ce n'était pas mon avis, loin de là!
Que dirons alors, aujourd'hui, ceux qui hier trouvaient le départ de salariés " justifiés"?
Le PDV mis en place à la Maintenance est'il, selon vous, tout aussi "nécessaire" ?
Pensez-vous qu'il y a "trop de monde" pour assurer l'entretien de nos avions?
Qui peut le dire? Oui, qui peut le dire, puisque nous n'avons, aujourd'hui, aucune idée de ce que sera la plan de réorganisation de cette activité.
Combien de sites? Pour faire quoi? Pour qui? Comment? Sous-traitance? Clients externes?
Alors donc, comment justifier un plan de départ volontaire?
Chers lecteurs, quand je vous aurai dit que ce plan n'a, dixit notre direction, "...rien à voir avec la future réorganisation de la maintenance...", je pense que vous comprendrez que l'avenir ne s'annonce pas sous les meilleurs auspices.
" Il faut faire "maigre", voilà les consignes de HOP" me disait récemment un cadre.
Faire maigre?
Il est évident que la diminution drastique des flottes de Régional et de Britair, n'est pas étrangère au régime forcé que l'on tente aujourd'hui de nous imposer.
Et le problème est bien là!
Combien d'avions demain?
Quel activité?
Faire quoi?
Ce sont des questions fondamentales, leurs réponses conditionnent le dimensionnement en Femmes et en Hommes salariés des entreprises constituant HOP! demain.
Questions capitales auxquelles les directions n'ont toujours pas répondu.

Dans tous les cas, je pense qu'il ne faut pas s'habituer à ces Plans "Sociaux" à répétitions, et même si très égoïstement, ils peuvent arranger majoritairement les plus vieux d'entre vous, il faut savoir que, demain, le nombre de volontaire au départ diminuera simplement, mathématiquement, à cause de la pyramide des âges.
Nous avons envoyé à nos adhérents, un petit fichier Excel, destiné à faire prendre conscience à chacun, à combien pourrait se monter l’indemnité conventionnelle de départ de l'entreprise.
Beaucoup, pensaient, pensent encore, "partir avec un gros chèque".
A ceux qui n'ont pas notre tableau, demandez donc à vos syndicats qu'ils vous informent ou lisez le chapitre traitant de ce sujet sur notre convention collective (.gouv.fr).
Étonnant non?
Donc, une fois que les vieux seront partis, et que les jeunes voudront rester, quelles alternatives pour les directions?


Allez! Une piste, c'est comme un Plan de Départs Volontaires, mais ce n'est pas volontaire.

Bonne journée

Repost 0
20 mai 2015 3 20 /05 /mai /2015 18:45

Vous trouverez ci-dessous, le courrier envoyé à l'Inspectrice du Travail en charge du suivi du centre de Maintenance de ClermontFerrand.

Il semble que la direction de HOP!Regional applique scrupuleusement les analyses de l'audit pratiqué il y a quelques semaines sur le site de Clermont-ferrand, de Morlaix, de Lille et de Lyon.

"Augmentation de la productivité" qu'ils disaient. Certes, mais en cette période d'incertitude et de doutes, nous considérons que les premières mesures auraient dû aller vers une réorganisation de certains mode de travail plutôt que vers un quasi flicage des techniciens des sites de maintenance.

Pour ne prendre qu'un exemple, l'audit montre que les techniciens attendent parfois pendant plusieurs dizaines de minutes qu'un magasinier vienne leur fournir les outillages dont ils ont besoin pour réaliser leur taches. Il faut quand même savoir, que c'est la direction qui est directement responsable de ces dysfonctionnements, puisque c'est elle qui avait "réorganisé" ce service en supprimant des postes quelle jugeait "inutiles"...

Inspection du Travail des Transports

64, av de l’Union Soviétique

63012 CLERMONT-FERRAND Cedex

A L’attention de MME Véronique CEYSSAT

A Clermont-Ferrand

Le 11 mai 2015

Madame,

L'ensemble des élus CHSCT maintenance HOP ! REGIONAL s'interrogent sur l'utilisation "détournée" d'une procédure de scannage des cartes de travail via code barre. En effet, chaque salarié doit scanner afin de pouvoir estimer au plus juste le temps effectif pour chaque action de maintenance sur les avions de la compagnie.

C'est un moyen de contrôle de la productivité.

Cependant, certains témoignages nous amènent à penser que ce système n'est pas utilisé à cette seule fin.

En effet les techniciens avions subissent régulièrement des convocations pour justifier leur temps de pause trop long ou leur manque d'heures de travail sur une vacation. La direction détournerait donc ce moyen pour l'utiliser comme un moyen de contrôle du temps de travail, et pour tout dire de "flicage". En cette période de réorganisation cela est très mal compris par les salariés.

Voilà pourquoi les élus du CHSCT maintenance HOP ! REGIONAL vous alertent aujourd'hui.

En conséquence, le CHSCT Maintenance a demandé à la direction une réunion exceptionnelle sur ce sujet le 13 mai 2015 afin de clarifier cette situation, réunion à laquelle vous avez été invitée.

L'ensemble des élus souhaitent vivement votre présence lors de cette réunion afin que vous puissiez apporter votre point de vue sur le sujet et qui de plus s'inscrit dans le cadre des RPS. Sujet sur lequel nous avons déjà eu l'occasion de débattre avec vous.

Nous vous prions d’agréer, madame, l’expression de nos salutations distinguées.

Jean-marc Tavernier, Secrétaire du CHSCT Maintenance HOP!Regional

Repost 0
Published by Ernesto - dans CHSCT hop RPS CGT
commenter cet article
12 mai 2015 2 12 /05 /mai /2015 22:49

Je dois être le dernier à relayer cette information, peu importe.

J'en profite pour adresser un salut aux malfaisants qui racontaient dans le hangar de Clermont-ferrand que " la plainte n'aboutirait jamais car le secrétaire du CE (le successeur du voleur) ferrait tout pour enterrer la procédure".

Eh ben, pour une procédure qui n'aboutit pas...

Je vous adresse donc un salut, messieurs les malfaisants, que je décomposerais ainsi:

- la main gauche vient rapidement frapper la base du biceps du bras droit, à la limite de la fosse cubitale.

- Dans le même temps, le sus nommé se plie comme propulsé par l'intervention du membre opposé et le poing se ferme.

Essayez, vous verrez!

Essayez aussi de comprendre que, malgré les amitiés passées et trahies, quand on porte des valeurs et qu'elles mènent vos actions, les attachements du passé ne sont plus, tout simplement.

Il en va de même dans la conduite de la défense des intérêts des salariés.

Des valeurs. Ca vous parle?

Le communiqué du bureau du Comité d'Entreprise:

Le 7 mai 2015 a eu lieu au Tribunal Correctionnel de Nantes, le procès qui opposait le CE et l’ancien Secrétaire Joël NOTIN
concernant le détournement d’un montant total de 164 366€.

Ses faits se sont déroulés pendant la période d’avril 2007 à avril 2011.

La justice lui a demandé de s’expliquer sur les faits qui lui étaient reprochés et l’a condamné à :

- 18 mois de prison avec sursis.


*Pour rappel, dans cette procédure de détournement de fond,
le CE a gagné son procès contre la Caisse d’Epargne qui a été condamnée à rembourser la somme de 80 000€.


Le Bureau du CE

Repost 0
10 mai 2015 7 10 /05 /mai /2015 19:23
Une information de nos Camarades de l'Union Locale CGT de Roissy-CDG.
Il est à regretter que les CRS qui s'étaient fait portés malades lors de la visite de Francois Hollande à Brest, n'étaient pas ceux présents pour s'opposer aux grévistes de Keolis et qui ont mis en oeuvre des méthodes qui n'ont rien à voir avec le maintien de l'ordre mais plus avec le simple plaisir de tabasser, plaisir doublé par l'immunité que donne l'uniforme...

Brutalités policières contre les salariés et les élus en gréve CIF KEOLIS

Infos sur la grève et l’action de ce jour de la CGT et des salariés en grève CIF-KEOLIS

Malgré une mobilisation qui ne faiblit pas, et une détermination absolue, la direction de la société de transport de voyageurs CIF-KEOLIS, reste sourde aux attentes et aux revendications légitimes des salariés en grève.

Devant un tel mépris, les salariés en grève et leurs élus CGT, ont décidé d’agir et de frapper fort !

Ils se sont rendus aujourd’hui, au siège social de la SNCF, dont la CIF-KEOLIS est une filiale.

Plus de 60 grévistes, sont entrés pacifiquement dans les locaux du siège de la SNCF, afin d’exposer leur situation, de faire entendre leurs revendications et pour dénoncer le système de management répressif de leur Direction.

Au lieu de trouver une direction SNCF ouverte au dialogue, (d’autant qu’il est question d’une filiale qu’elle détient majoritairement) se sont les CRS qui sont intervenus violemment contre les grévistes et leurs élus de la CGT.

Plusieurs grévistes ont été fortement brutalisés par des CRS qui n’avaient aucune retenue.

Nous condamnons avec force la brutalité de cette intervention policière que rien ne peut justifier dans le cadre d’un conflit social.

Nous ne pouvons accepter que des salariés en grève et leurs élus soient traités comme des malfrats et sans le moindre ménagement par les forces de "l’ordre", alors même qu’ils manifestaient pacifiquement la volonté de voir la SNCF (qui est leur maison-mère) prendre en considération leur situation et leurs revendications !

Quoi qu’il en soit nous saluons le courage et l’engagement sans faille des salariés et des élus en grève.

Les salariés en grève et leurs élus CGT ne sont pas des voyous mais des hommes et des femmes respectables qui résistent et qui défendent leurs droits et leur dignité contre l’arbitraire et la violence patronale qu’ils subissent au quotidien et depuis trop longtemps !

Les salariés CIF-KEOLIS en grève ont besoin de notre soutien et de notre solidarité merci de diffuser l’information auprès de nos camarades CGT.

Repost 0
10 mai 2015 7 10 /05 /mai /2015 19:13

Comme vous avez pû le constater, j'ai retiré un article.
Il traitait des propos tenus par deux adhérents de la CFDT suite aux résultats des dernières élections professionnelles dans notre compagnie.
Je ne reviendrai pas sur leur comportements et leurs propos, seule, la réalité compte, et la réalité est celle que je vous décrivais, chiffre à l'appui dans le post :

  • UNSA : CE : 2 titulaires 1 suppléants DP : 1 titulaire 2 suppléants

  • CFDT : CE : 1 titulaires, 1 suppléante DP : 2 titulaires 0 supléant

  • CFE/CGC : 1 suppléant DP : 0 titulaire 1 suppléant

  • CGT : 3 titulaires 3 suppléants DP : 4 titulaires 4 suppléants

Total : 12 élus pour « l'alliance » CFDT, SAC, CFE/CGC

14 pour la CGT...

(Ah si, une petite information : la CFDT attaque la direction de Régional demandant l'annulation des élections dans le collège « cadres », collège qui ayant fait perdre la représentativité syndicale. Nul doute qu'à la vue du peu d’entrain que met la direction à se défendre, la CFDT aura vraisemblablement gain de cause. Il faut aussi dire que, pour argumenter mes doutes, la direction de Régional se retrouve dans une très mauvaise position, puisque l'un de ses « alliés » historique, disparaissant (la CFDT), il lui devient extrêmement difficile, voir impossible, de faire signer un accord collectif Sol valide par le seul SAC. Elle a donc besoin de revoir la CFDT représentative...

Fin de l'aparté).


Par contre, je pense utile d'expliquer ce qui a conduit au retrait de l'article et à ce qu'il y a à dire sur le sujet.
Le reproche principal qui nous est fait est l'image de " guerre" perpétuelle que les organisations syndicales se mènent.
Cette image n'est pas une image, c'est une réalité.


Ceci étant dit, cette situation est déplorable et, contrairement et ce que l'on vous raconte, nous sommes, je suis, le premier a le regretter.
J'ai été extrêmement critiqué quand, il y a un peu plus de trois ans, j'avais défendu idée d'une Union Syndicale SOL-PN (avec une majuscule pour la différencier de "l'autre").
Critiqué par certains de mes Camarades qui pensaient, en toute honnêteté, se basant sur les expériences du passé, que toute alliance avec les OS du Personnel Navigant était impossible.
Et puis, à situation exceptionnelle, comportement exceptionnel. On a testé et ça a marché. Il faut reconnaître également que le renouvellement des responsables Syndicaux du PN, a largement contribué au fait que cette Union fonctionne.
Dans cette position, il était plus simple de " museler" les comportements, comment dire, anachroniques, des autres « syndicalistes » du Sol.
Je rappelle juste, mais c'est important, que la première défection à cette Union vint non pas des PN, mais bien des élus du SNMSAC, qui, contre la position communes, donnèrent un avis au Comité d'Entreprise, validant une consultation capitale.


l'Alliance s'acheva avec les négociations sur la réduction des coûts.
Je sais que je l'ai maintes fois répété, mais je vous en remets une couche. Nous sommes opposés à toutes mesures impactant les salariés tant que la direction de HOP! , celle de Régional ne faisant que suivre les ordres, n'aura pas cherchée d'autres mesures, que celles touchant directement les salariés, permettant de faire de substantielles économies.


Exemple: vous avez tous constatés que la construction de notre réseau, mise en place par Air France, entraîne des particularités qui ne permettent pas une exploitation optimum de nos avions.
Quand un appareil d'Easyjet décolle à 7:00 pour finir sa journée à 23:00 avec des touchés de 25mn, nos avions subissent un programme "à trous", avec de longs stop au sol, des décollages tardifs etc...
Comment, dans ce cas, arriver aux rentabilités présentées comme cible à chaque présentation faite par les directions?


Deux options:
- soit l'objectif est atteignable, et des mesures radicales doivent être prises quand aux réorganisations opérationnelle et commerciale de la compagnie (les 15% sur le personnel sont alors insignifiants par rapport au reste).

- Soit tout ce qui se passe actuellement n'est que du « théâtre », Air France sachant déjà que son court et moyen courrier est mort et qu'il faudra juste un peu de temps pour se débarrasser du secteur. On amuse un peu le « petit peuple » en attendant.

Dans ces deux hypothèses, trouvez moi juste une raison, même infime, de justifier un accord sur la « réduction des coûts », il faudrait ajouter, « du personnel » ?

Rien ne justifiait d'ouvrir des discussions sur ce sujet, et ce que nous avons perdu ce jour là, nous l'avons perdu « gratuitement », aucune mesure n'étant venues compenser les pertes de rémunérations et le recul de nos acquis consentis par les signataires de l'accord.

Rien ! Juste une promesse d'ouvrir des discussions sur le Compte Épargne Temps. Vous avez bien lu, des « promesses d'ouvrir des discussions » ! Rien, encore, sur le contenu de ce que pourrait être ce CET. Il suffira à la direction d'arriver avec rien pour que la promesse soit tenue !

Pensez vous que cette signature est le fait d'organisations syndicales responsables ?

Franchement, ouvrez les yeux !

C'est complètement stupide. Le plus fort, c'est que certains d'entre eux le reconnaissent...

Comme tant de choses... Après...

Vous voudriez donc que nous nous entendions tous, nous aussi.

Malheureusement, et je vous assure que je suis sincère : malheureusement, il y a trop de différence entre notre vision de la défense des salariés et celle, souvent de compromission ou de naïveté béate, de la CFDT et du SAC de Régional. Je précise de « Régional », car nous nous nous entendons parfois fort bien avec des représentants de ces syndicats d'autres compagnies. Il s'agit bien, donc, d'une histoire d'hommes et pas, comme on voudrait vous le faire croire, d'une histoire de dogme, histoire qui voudrait que CGT = « On refuse tout ». C'est évident, il est bien plus simple de propager ce genre d’imbécillité que d'expliquer pourquoi la CGT n'a pas signé tel ou tel accord. Beaucoup plus simple de continuer à dire que « la CGT, c'est des Rouges », au lieu d'expliquer qu'un signature apposée est motivée par un marchandage pour son intérêt personnel ou par des raisons obscures que seule la médecine pourrait comprendre.

S'entendre ? Un jour peut être quand les « syndicalistes » du SNMSAC et de la CFDT auront enfin compris (où choisis..) dans quel camp ils se trouvent, que la stratégie de la signature pour la signature dessert d'abords les salariés qu'ils sont pourtant charger de défendre.

Mais pour cela, il faudra que les gens changent, ou soient remplacés et là, c'est une autre histoire.

S'entendre?
Repost 0
Published by Ernesto
commenter cet article
27 avril 2015 1 27 /04 /avril /2015 21:44

Une communication de la CGT HOP!Régional sur un sujet qui concerne tous les salariés:

Qu’est-ce que l’EAP ?.. Et l’EP?

L’Entretien Professionnel est un dispositif rendu obligatoire par l’article 1-1-1 de l’avenant du 8 juillet 2004 de l'ANI du 5 décembre 2003. Celui-ci doit être réalisé tous les 2 ans, c’est une obligation légale de l’employeur.

Celui –ci définit vos besoins en formation et vos éventuelles disponibilités pour une mobilité etc…

Vous êtes dans l’obligation de le passer et de le signer.

En ce qui concerne l’EAP, Entretien Annuel de Performance, il en est tout autre ! Celui-ci est mis en place par l’entreprise et il est destiné à « mesurer les performances » d’un(e) salarié(e). Cet entretien remplace l’EAA qui a été à cette occasion, largement remanié par la direction des ressources humaines de HOP.

Décrit comme un moment d’échange, de dialogue et d’écoute, la seule lecture du document qui servira de guide aux managers est édifiante. De nombreux points posent questions, comme par exemple la « mesure de l’agilité intellectuelle » du salarié…

De plus, de nombreux items s’apparentent plus à des notifications de sanctions en cas de non-tenue des objectifs qu’à une volonté honnête et impartiale de faire le point sur la situation professionnelle du salarié.

Comment dans la situation que connaît la compagnie est-il possible à un manager de donner des objectifs à un salarié ? Des objectifs sur quoi ? Pour aller où ?

Et si nous mesurions la performance de nos dirigeants ? Leurs objectifs sont-ils atteints ?

Nous regrettons encore une fois que la rapidité à signer de certaines organisations syndicales ait permis le passage au Comité d’Entreprise de ce dispositif et ce malgré le refus de vote des CHSCT Maintenance et Administration-Escales.

Sachez que vous n’êtes pas obligé de passer cet entretien. Si vous souhaitez quand même vous y soumettre, vous n’êtes pas obligé de le signer.

La CGT-HOP !Régional est opposée à ce dispositif et se tient à votre disposition pour répondre à toutes les questions sur ce sujet.

La CGT, une force à vos côtés !


Repost 0
23 avril 2015 4 23 /04 /avril /2015 19:58
Repost 1
Published by Briand Sylvia - CGT PNC. Secrétaire adjointe du CE - déléguée syndicale. - dans Hop! Régional.
commenter cet article
23 avril 2015 4 23 /04 /avril /2015 19:26

Un de nos Camarades nous a fait remonter deux questions « majeures » à mon avis, (dont l'une au moins nous interroge...), quand aux positions tenues par la CGT HOP!Régional sur l'accord "réduction des coûts".

« Pourquoi la CGT HOP!Regional a t'elle refusé de signer l'accord sur la réduction des coûts ? ».

Reprenons un peu l'histoire et ce qui a conduit à la non-signature de cet accord.

Lionel Guérin vint présenter le projet PRF aux élus de Régional à l'automne 2013.

La création du Pool Régional Français fait partie du plan Transform mis en place par Air France pour diminuer les pertes abyssales de son réseau court et moyen courrier.

Il est essentiellement basé sur une réduction drastique des coûts dans tous les secteurs de la compagnie.

L'esprit « groupe » est alors appliqué par la direction d'Air France et cette mesure est alors étendue aux filiales et ce dans les mêmes proportions que celles de la maison mère, à savoir -15%, cet effort financier se portant principalement sur les salariés au travers de leurs rémunérations et de leurs conditions de travail. C'est le premier désaccord de fond avec la direction de HOP ! Et celle de notre compagnie.

Pourquoi ?

Les présentations faites par Lionel Guérin, montrent très clairement que, pour ne parler très égoïstement que de Régional, les « pistes » d'économie ne se trouvaient pas seulement sur le « dos » des salariés. Loin de là!

Notre avis était qu'il y avait bien d'autres options à exploiter pour diminuer nos coûts de fonctionnement, la première et la plus évidente se portant sur l'exploitation de nos avions.

Certes,mais, qui maîtrise l'attribution des lignes, la construction du réseau, le mode de répartition entre les affrètements et franchises, en gros, qui dirige? Certainement pas la direction de Régional, mais bien celle d'Air France, vous l'avez évidemment compris.

De plus, vous vous rendez bien compte, salariés de Régional, que les « avantages » sociaux, les conditions de travail, sont sensiblement différentes entre vous et les salariés d'AF. (encore que, il y a depuis, des choses à dire sur le sujet...

Pour reprendre un exemple que j'avais pris en Comité d'Entreprise, « Quand il fait -20°c, et que l'on demande aux gens de s'enlever un pull, la sensation de froid est différente selon qu'il en reste encore deux, ou que l'on se retrouve en chemise... » Devinez qui a la chance d'avoir encore deux pulls...?

Donc pour reprendre le « fondamental » de notre désaccord avec les directions : « il faut d'abord regarder ou sont les pistes d'économie sur l'organisation de la compagnie avant de prendre dans la poche des salariés ».

La position de la direction fût à la hauteur de notre (dés)espérance et, le petit doigt sur la couture du pantalon, elle appliqua les consignes d'Air France pour qui il n'était pas possible de demander des efforts à SES salariés alors que ceux des filiales étaient épargnés.

Voilà pourquoi, il était totalement infondé pour nous, de signer le moindre accord sur le sujet.

Les signataires se présentèrent comme les « sauveurs de l'emploi », la direction ayant, dans son préambule à la négociation, évoquée la possibilité de recourir à des licenciements si aucun accord n'était trouvé.

Notre analyse sur ce sujet particulier était aussi différente, et les événements nous donnèrent raison. La mise en œuvre du PSE au siège de la compagnie, la construction en parallèle de HOP ! causant déplacements et mise à disposition de nombreux salariés fit qu'il devint mathématiquement impossible de se séparer du moindre salarié, au point que, depuis, des recrutements extérieurs ont même été nécessaire.

Les signataires de l'accord n'avaient pas pris en compte la réalité de la situation et ont cédé au classique « chantage à l'emploi » arme habituelle de nos patrons dans les négociations.

En résumé, pourquoi n'avons nous pas signé l'accord sur la réductions des coûts ?: Parce qu'il n'apportait rien, ni aux salariés, ni à la compagnie.

Seconde question : "Pourquoi refusez vous de signer le CET (Compte Epargne Temps) ?"

La réponse va être extrêmement courte, car elle est dans la question : nous n'avons jamais refusé de signer un accord sur le CET, et ce pour une excellente raison, il n'existe pas...

Et pourtant, nous fumes la première organisation syndicale à proposer l'ouverture de discussions sur ce sujet. Seulement, pour discuter, il faut au moins être deux (à moins de souffrir de certaines affections psychiatrique, dont je m'enorgueillis de souffrir quand je suis satisfait de la cuisson de mon omelette), et la direction resta longtemps sur une position de refus.

Il n'y a que récemment, que pour forcer la signature de l'accord sur la réduction des coûts, elle fit miroiter aux naïfs l'ouverture de négociations, ultérieures... (Pour mémoire, elle avait promis d'ouvrir les discussions en début d'année 2015, nous sommes bientôt mi-2015).

La suite. Si ces négociations s'ouvrent réellement, nous y participerons, c'est une évidence, mais il ne faut pas attendre, de notre part, une signature pour une signature.

Notre position est toujours la même : si l'accord est favorable aux salariés et qu'il constitue une avancé sociale, nous le signerons. Si ce n'est pas le cas, nous expliquerons pourquoi il ne nous convient pas et consulterons nos adhérents.

Donc, en résumé, nous sommes POUR les négociations sur le CET.

A conditions que la direction les ouvre...

Par contre, interrogateur anonyme, il faudrait que tu retournes voir le "malfaisant" qui t'as raconté que la CGT refusait de signer un document qui n'existe même pas, te faisant passer, au mieux pour un naïf mal informé, au pire pour une grosse tanche.

Repost 0
23 avril 2015 4 23 /04 /avril /2015 18:56

Se tenait aujourd'hui, la première cession de la nouvelle mandature du Comité d'Entreprise de HOP!Régional.

La journée a été en partie consacrée aux élections des membres du bureau, des différentes commissions etc... etc.... La mise en place normale de l'instance.

En fin de journée, Martine Selezneff, directrice générale de la compagnie et présidente du CE, nous a annoncé la mise en oeuvre prochaine d'un Plan de Départs Volontaires au sein de la Maintenance de la compagnie. Nous avions appris dans la matinée que la même annonce avait été faite au Comité d'Entreprise de HOP!Britair.

Les détails de ce plan ne sont pas encore connus, c'est pourquoi je me garderai bien de faire quelques "projections" que se soit sur ce sujet.

Encore une fois, l'Humain est traité désormais comme une simple variable d'ajustement des plans de réorganisation mis en place par toutes les directions quelles qu'elles soient, d'ailleurs. "Nous avons réduit le nombre d'avions, il est logique de réduire le nombre de techniciens". Et pourtant, il y a quelques mois, "il fallait faire des efforts..." "Nous comptons sur l'investissement de chacun" j'en passe et des pas meilleures.

Voilà, salarié mon frère (pas tous ..), réveille toi, tu ne seras plus mieux traité qu'un bout de ferraille même doté d'ailes et de gros moteurs.

Enfin, et comme j'ai un méchant fond, je regrette également que les positions de certains syndicats qui réclamaient à tue-tête un PSE/PDV à la Maintenance, parce que celui-çi arrangeait certains de leurs adhérents (voir l'épisode du premier PSE au "Sol"), aient été comprises par la direction comme une "acceptation" tacite de leurs funestes idées.

Du coup, je pense que, au Sol, la CGT va se retrouver bien seul à brailler sur le sujet.

Mais vous connaissez le dicton..

Repost 1