Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog d'info des salariés de HOP!
  • : Blog d'information libre de toutes consignes politiques et syndicales, des salariés de HOP! La rédaction est assurée par un collectif composé en grande partie de militants de la CGT, certes, mais totalement libres de leurs propos et de leurs positions.
  • Contact

Recherche

15 mai 2013 3 15 /05 /mai /2013 07:56

Communiqué de presse de l'intersyndicale pilote CityJet Paris (SNPL F ALPA / UNAC): « Appel à la grève des pilotes de CityJet basés à Paris »

Repost 0
Published by Ernesto
commenter cet article
13 mai 2013 1 13 /05 /mai /2013 14:06

Vous trouverez ci-dessous la délibération adoptée aujourd'hui à l'unanimité par les élus du CE.

Bien que l'avis rendu, négatif à l'unanimité, est considéré comme suffisant pour la mise en place du PSE, les élus ont souhaité accompagner cette consultation d'une délibération qui replace les choses et qui explique leur vote.

Voiçi:

Délibération

Le comité d’entreprise, réuni le 13 mai 2013, sur l’ordre du jour suivant:

- Consultation du Comité d'Entreprise sur le Plan de Sauvegarde de l'Emploi

- Présentation des cabinet Altedia et Sodesi (Ndr: cabinets chargés d'assister les salariés dans leurs projets, suite aux départs volontaires où non)

Rappelle que :

l’engagement de la société de reprendre la procédure initialement engagée,

l’injonction du Tribunal de Grande Instance de Nantes du 7 mars 2013 faisant notamment interdiction de poursuivre « la procédure spécifique de recrutement au sein de la holding PRF » (recrutement au sein de HOP !) inscrite au titre III du plan de départ volontaire du personnel au sol,

l’indication selon laquelle cette procédure ne pourrait être mise en œuvre qu’après l’avis des trois comités d’entreprise REGIONAL, BRIT AIR et AIRLINAIR, la procédure de recrutement au sein de la société HOP ! a été mise en œuvre dès le 9 janvier 2013, et n’a pas cessé de l’être depuis.

le comité d’entreprise estime, plus généralement, que la procédure d’information et de consultation n’a pas été conduite loyalement, ce qu’il a été dû dénoncer à maintes reprises, notamment aux termes de ses délibérations des 26 octobre et 21 décembre 2012, 7 janvier et 2 avril 2013, et de sa lettre du 26 mars 2013,

sur le fond, le comité d’entreprise prend note des modifications apportées au PSE SOL par rapport à la version présentée le 2 avril 2013.

Le comité d’entreprise rappelle que ces modifications font suite à ses demandes circonstanciées de voir compléter le plan de mesures conformes à la loi et propres à assurer le repositionnement professionnel du plus grand nombre, à l’extérieur comme à l’intérieur du groupe AIR FRANCE – KLM.

À cet égard, le comité d’entreprise sera particulièrement vigilant au respect :

  • des mesures inscrites dans la version du 13 mai 2013 du PSE SOL,

  • de l’obligation de reclassement à laquelle la société REGIONAL est tenue, et qui a pour périmètre le groupe AIR FRANCE - KLM.

Le comité d’entreprise regrette, par ailleurs, qu’il n’ait pas été tenu compte de nombre de ses demandes et observations, s’agissant notamment :

- du budget des formations, dont les montants sont en deçà du coût réel des formations,

du versement d’une allocation de reclassement de 80 % du salaire de référence, qui aurait permis un maintien du salaire net pendant la période de reclassement, et ainsi un maintien du niveau de vie au cours de cette période cruciale,

de l’absence de recensement et de mise à jour des postes de reclassement disponibles dans l’ensemble du groupe,

de l’absence d’instance paritaire de validation et de suivi des mesures du PSE, la direction ayant systématiquement une voix prépondérante.

Ces observations ne sont pas exhaustives, et le comité d’entreprise déplore, à cet égard, un PSE dont les mesures n’apparaissent pas en lien avec les moyens dont disposent le groupe AIR FRANCE – KLM.

En conséquence,

Mise au vote :

Nombre de votants: 13

Pour : 13 (pour la motion, contre le projet)

Contre : 0

Abstentions : 0

Repost 0
13 mai 2013 1 13 /05 /mai /2013 08:52
Repost 0
Published by La CGT régional
commenter cet article
13 mai 2013 1 13 /05 /mai /2013 07:44

Ah les bons garçons!

Qu'ils sont mignons tout plein les signataires de l'accord sur la réduction des coûts.

Je trouvais, après réflexion, que les responsables de la CFDT étaient malhonnêtes, je vous ais expliqué pourquoi. Je ne disais rien sur le SNMSAC car cette organisation syndicale n'avait pas communiqué sur le sujet, et comme expliqué précédemment, même s'ils décidaient de signer le document, ou tout au moins d'y apposer leur paraphe, la CGT n'y trouvait rien à redire, nos analyses étant différentes, mais nous respections leur choix.

Bref! Mes chers Amis! J'aurai dû me méfier!

Il est vrai que si la CFDT a diffusé le lendemain même de la séance de négociation, faisant preuve d'une étonnante rapidité, j'aurai dû me rappeler que concernant le SNMSAC, il faut leur laisser un peu de temps...

Donc leur tract est tombé. Oh vingt dieux la Marie!

Salariés mes frères, vous êtes sauvés!

Ce n'est plus un, mais deux syndicats qui viennent de vous sauver la vie! Les champions de la sauvegarde de l'emploi, nos petits Montebourg à nous sont sur terre et j'ai l'insigne honneur d'avoir eu le privilège de leur parler et même, si, si, je vous jure, de leur serrer la main.

Porca miseria! Et dire que nous aurions pû écouter ces fumiers de la CGT! Brûleurs de palettes! Tout juste bons à hurler dans une sono!

Peut'être vont'ils demander la nationalisation de Régional?

Quelles sont donc nos hypothèses de travail:

- HOP se casse la figure. Ca ne marche pas. Pensez vous réellement que la direction d'AF continuera à payer à "pertes" les salaires des salariés de Régional au nom du respect de ce qui a été signé dans un accord? Quand, dites moi, quand Air France à t'elle tenue compte de ce qui se passait dans les filiales? Un exemple, un seul, la spécialisation, et vous vous souvenez pourquoi le plan avait été retiré à l'époque? Parce que la CFDT et le SAC avaient signé des accords? Je ne crois pas non.

- seconde hypothèse: HOP fonctionne du feu de dieux. Les ATR arrêtent de tomber en panne, on monte des galeries pour transporter les bagages. Bref, le paradis. Alors, juste une question, ça aura servi à quoi de signer des accords garantissant le maintien de l'emploi pendant deux ans?

Ce chantage aux licenciements, la direction le pratique depuis le départ. Si elle ne respect pas sa parole, qui ira au tribunal porter plainte pour contester les suppressions de postes? Des procédures judiciaires dont la durée entre recours, appel, cassation, "je n'ai pas reçu les pièces, donc je demande le renvoi" etc... etc.. durent souvent plusieurs années. Qui tiendra, ne serait ce que financièrement une telle procédure? Les salariés "virés" n'auront qu'à attendre sagement que la justice suive son cours? Peut être qu'à ce moment là, on reviendra chercher les brûleurs de palettes et ceux qui parlent forts dans la sono...

C'est drôle quand même, on a foutu le feux une fois en onze ans et pour une bonne raison, il fallait faire cuire la soupe, UNE FOIS! Et dire qu'il y a des gens qui continuent à ne voir la CGT que par cet action somme toutes, juste culinaire, à peine festive.

Décidemment, c'est vrai, il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis.

C'est ça aussi, quand on ne sait plus quoi écrire dans ses tracts pour se "singulariser", on dit des bêtises, des grosses bêtises...

Repost 0
13 mai 2013 1 13 /05 /mai /2013 07:14

Nous vous en parlions la semaine dernières, voiçi donc quelques précisions sur ce qui fait douter Alter de la qualité de l'entretien des avions d'Air France.

Nous le savons, et le disons depuis déjà plusieurs mois, la guerre acharné vers la réduction des coûts est dangereuse, celà devient un fait.

Ainsi, pour ne parler que de HOP, vous n'êtes plus sans savoir que l'entretien des avions de "bip" passés brièvement par Clermont-ferrand nous a fait découvrir ce que l'on peut qualifier de manière pudique, de choses "étonnantes".

L'entretien en ligne des avions de "bip" continu à être effectuer par les techniciens de Régional sur deux escales, CDG et Mulhouse et là aussi, les anecdotes "fleurissent". Puisque le communiqué qui suit émane d'Alter, Syndicat de pilotes d'AF, je ne résiste pas à vous faire partager des réflexions qui ont été faites par ceux de "bip" aux techniciens de Régional à qui ils avaient à faire: "on est vraiment content de vous voir entretenir nos avions, ça va enfin permettre de les remettre en état" ...Glup...ça interroge.

Assez surprenant aussi les remarques là, nettement plus désobligeantes de techniciens de "bip" d'Orly: "C'est normal que Régional ait perdu les checks de nos avions. A Clermont c'est tous des mecs de la CGT et c'est des fainéants"

Surprenante remarque, d'autant qu'elle émane, semble t'il, d'adhérents du SNMSAC, syndicat dont le fond de commerce, au moins jusqu'à présent, était la défense des techniciens, de la qualité de travail , de la reconnaissance du métier etc...

Sauf que pour être reconnu et respecté, il faut commencer par travailler correctement et ça, nous sommes au regret de le constater, ce n'est pas le cas chez "bip".

"Qui veut du respect s'en procure" disait je ne sais plus qui.

Ils ferraient peut être bien de commencer par ça, nos "collègues"...

Bonne lecture!!

Air France : des pilotes inquiets de l’entretien des avions en Chine

Le syndicat Alter dénonce plusieurs incidents graves survenus sur des appareils passés par la société de maintenance Taeco.

Un A340 d'Air France qui devait effectuer une liaison Paris-Caracas, a dû être dérouté vers les Açores "pour raisons techniques", après divers incidents comme un débordement des toilettes ou la perte de réception des deux radios haute fréquence, rapporte le syndicat de pilotes Alter. Or cet avion effectuait son premier vol commercial après un contrôle approfondi dans les ateliers d'entretien de l'entreprise Taeco en Chine. Air France, interrogée par l’AFP, estime "qu'aucun des éléments ayant mené au déroutement par précaution de l'avion n'est en relation avec les opérations d'entretien réalisées par la société Taeco en Chine".

Air France avait suspendu les "grandes visites" chez Taeco

Mais "ce nouvel incident n'est que le dernier en date d'une trop longue série" alerte le syndicat, dans un communiqué. Trois autres incidents auraient déjà été enregistrés suite à un passage dans ces ateliers, dont un "montage défectueux de la cinématique de becs" une "peinture ne respectant pas les critères de certification à la chaleur" ou l'"absence d'une trentaine de vis sur un panneau de carénage" d'une aile. A la suite de ce dernier incident, Air France avait suspendu les "grandes visites" chez Taeco, un des leaders dans l'entretien des gros porteurs. Mais selon Alter, l'entreprise est revenue "quelque temps après sur cette sage résolution de manière unilatérale et ce, pour des raisons purement financières". "Alter demande que la direction mette un terme définitif à cette externalisation de l'entretien de nos avions long-courriers... avant que ne survienne l'incident de trop" conclut un communiqué.

Repost 0
Published by Ernesto
commenter cet article
13 mai 2013 1 13 /05 /mai /2013 04:31
Repost 0
Published by La CGT régional
commenter cet article
12 mai 2013 7 12 /05 /mai /2013 17:08

Quels que soient notre entreprise, notre secteur d’activité sur l’aéroport, nous sommes tous frappés par l’austérité. Partout, le patronat dénonce nos accords d’entreprise et nos acquis. Il bloque les salaires, augmente les charges de travail et supprime des emplois. Tout y passe, même les temps de pause ou les cartes de parking ! Il y a certes des différences selon les entreprises, nous ne partons pas du même niveau d’acquis et de salaire, mais nous sommes tous en train de chuter ! Et face à la crise économique, le patronat entend poursuivre cette régression sociale générale. L’appel à la grève le 28 mai que lance la CGT à Roissy a pour objectif d’unir les salariés des 750 entreprises de la plateforme derrière le mot d’ordre : « NON A L’AUSTERITE ! ».

LE 28 MAI POUR COORDONNER NOS LUTTES

Ces derniers mois, des salariés sont passés à l’action pour riposter aux attaques. Sur les pistes de Roissy, chez SWISSPORT et AEROPISTE, la CGT fait barrage à la casse des acquis que le patronat tente d’imposer à la faveur de ces maudites « passations de marchés » qui permettent aux donneurs d’ordre de livrer les salariés au patron qui saura nous exploiter le plus. Nous gagnons du temps, mais nous savons que le problème se reposera tôt ou tard.

Chez SODEXI, en zone cargo, les salariés ont obtenu des augmentations de leur salaire lors des dernières négociations, grâce à un débrayage de 2 jours. Mais ce n’est pas encore assez pour faire face à l’augmentation du coût de la vie. Toujours dans le cargo, les salariés d’Air France ont tenu un piquet de grèves pendant plusieurs semaines cet hiver pour tenter de s’opposer à la mise en œuvre des nouveaux accords d’entreprise sur le temps de travail, issus du plan d’austérité « TRANSFORM 2015 ». Mais ces luttes partielles, limitées à chaque périmètre d’une entreprise ne créent pas un rapport de force suffisant pour imposer l’arrêt de l’austérité. Unissons-nous dans le combat commun et frappons tous ensemble à partir du 28 mai !

LE 28 MAI OUVRONS DES NÉGOCIATIONS PAR SECTEUR !

Il y a un an, les agents de sûreté ont mené une grande lutte en s’unissant, au-delà de leur entreprise. Il faut suivre cet exemple en ouvrant des négociations non pas entreprise par entreprise, mais par secteur d’activité. L’Union locale CGT de Roissy organise des collectifs professionnels pour préparer cette lutte commune, par exemple pour unir les salariés du nettoyage, de la sûreté, des métiers de la piste, mais aussi pour unir les salariés de la sous-traitance avec ceux des donneurs d’ordre, par exemple pour la maintenance des avions d’Air France. Des plateformes revendicatives communes sont en train d’être élaborées par ces collectifs. Le 28 mai, nous exigerons l’ouverture de négociation par secteur en présentant des grilles de salaire communes, des mesures spécifiques à ces secteurs pour améliorer les conditions de travail, nous exigerons l’embauche des intérimaires et des CDD, etc. Nous ferons connaître nos propositions de revendications d’urgence sociale par secteur dans les prochaines semaines.

NOUS SOMMES TOUS DES SALARIES DE L’AÉRIEN !

A Roissy, nous sommes une force immense de 90 000 salariés. Mais le patronat nous a divisés en plus de 700 entreprises. Pourtant, nous n’avons qu’une seule activité : le transport aérien ! Cette organisation du travail n’a pour seul objectif que de nous affaiblir. Les salariés de la sous-traitance sont mis en concurrence les uns contre les autres pour remporter les « marchés ». Les salariés des donneurs d’ordre sont de moins en moins nombreux et donc de plus en plus vulnérables. Le projet du patronat est d’ailleurs d’en faire de nouveaux salariés de la sous-traitance !

Cette organisation du travail ne répond à aucune nécessité économique. L’aéroport devrait être organisé de façon rationnelle où chaque compagnie aérienne qui y a une base devrait avoir son propre personnel pour prendre en charge son activité. Le gestionnaire d’aéroport (ADP) devrait avoir un personnel capable de prendre en charge les avions en escale des compagnies qui n’ont pas de base d’attache à Roissy. ADP devrait aussi être l’employeur des salariés du nettoyage et les agents de sûreté devraient être intégrés dans un corps de fonctionnaires. Ce serait tellement plus simple à gérer ! C’était d’ailleurs comme cela que l’aéroport fonctionnait à ses débuts. Au lieu de cela, ils ont opté pour des centaines d’instances représentatives du personnel, de services de ressources humaines, de NAO, un système complexe de passations de marché, etc.

Pourquoi avoir organisé un tel chaos économique en dépit du bon sens ? Uniquement pour tenter d’empêcher les salariés de s’unir pour défendre leurs intérêts. Nous dénonçons cette organisation du travail et exigeons l’arrêt des mises en sous-traitance des activités et le retour des activités sous-traitées sous statut des sociétés donneuses d’ordre Air France et ADP. Nous demandons l’intégration des agents de sûreté dans un corps de fonctionnaires. Les salariés ont tout à perdre avec les externalisations : leurs acquis et leurs capacités de résistance.

A partir du 28 mai, faisons tomber les murs qui nous séparent entre entreprises et frappons tous ensemble le patronat de l’aérien pour nous opposer à ses projets.

GRÈVE GÉNÉRALE LE 28 MAI A ROISSY FRONT COMMUN CONTRE L’AUSTERITE !
Grève générale à Roissy-CDG le 28 mai
Repost 0
11 mai 2013 6 11 /05 /mai /2013 16:19

Effectivement, il "en manquait un bout"....Voilà le texte complet.

Contre les politiques d’austérité, pour une véritable sécurisation de l’emploi et des salariés, pour l’amnistie sociale !

Le 14 mai, le Sénat débattra à nouveau du projet sur l’ANI (Accord CFDT/MEDEF). Le 16 mai, l’Assemblée nationale aura à son ordre du jour deux projets de loi importants : Contre les licenciements « boursiers » et l’amnistie sociale portant sur les syndicalistes condamnés ou inquiétés pour avoir défendu leurs emplois.

Le gouvernement vient de refuser cette loi d’amnistie pour les syndicalistes pour des faits concernant la précédente mandature, alors que celle-ci avait été votée par la majorité de gauche du sénat, élus socialistes compris. Derrière la loi d’amnistie se joue aussi la condamnation de la politique de ses prédécesseurs dont la brutalité a contraint nombre de salariés à se mobiliser et à agir. Le gouvernement envoit un signe politique inquiétant en faveur de la violence patronale. Une façon de les inciter à poursuivre la répression en toute impunité !

Mois après mois le chômage augmente, la précarité est le lot de plus en plus de salariés, les destructions d’emplois dans l’industrie, le commerce et les services font l’actualité. L’incertitude face à l’avenir et la faiblesse du pouvoir d’achat pèsent sur la consommation des ménages.

Les jeunes, premières victimes de la crise, constituent une véritable génération sacrifiée et subissent chômage, précarité et déclassement. C’est à cette situation qu’il faut répondre.

Face à la dégradation des conditions de vie et de travail, il y a urgence à prendre des mesures efficaces pour l’emploi, l’augmentation des salaires, l’égalité femme-homme dans le travail, la défense de notre système de protection sociale, de la retraite à 60 ans. En bref, s’engager vers une autre répartition des richesses produites par le travail. D’autant plus que les manifestations du 1er mai ont mis en évidence ces revendications des salariés.

La séquence que nous venons de vivre avec la « négociation » de l’ANI sur la « sécurisation de l’emploi » et sa transcription dans la loi divise les français, les salariés, les organisations syndicales et les parlementaires, y compris ceux de la majorité. Comment dans ces conditions le texte de l’accord du 11 janvier pourrait-il devenir loi de la République ? La rupture avec les politiques d’austérité et de rigueur budgétaire doit être à l’ordre du jour en France et en Europe. C’est l’appel de la Confédération Européenne des Syndicats et de ses 85 organisations à agir pour « changer de cap », à l’occasion de la semaine d’action du mois de juin.

Pour la CGT d’Île-de-France, l’augmentation des salaires et du pouvoir d’achat, l’emploi, la politique industrielle, les services publics, une protection sociale de haut niveau, les droits à la retraite, doivent être à l’ordre du jour de la future conférence sociale qui se tiendra à Paris les 20 et 21 juin prochain !!

La démocratie sociale et économique, les moyens de l’exercer doivent aussi en être partie prenante !

La CGT considère qu’il faut des mesures immédiates pour relancer l’économie :

> Stopper les plans de suppression d’emplois et mettre en place un droit de véto suspensif des représentants du personnel sur les plans de licenciement et les plans de restructuration permettant la recherche et la construction de propositions alternatives aux licenciements.

> Porter le SMIC à 1700 euros brut/mois comme base des grilles de salaires.

> Augmenter les salaires, les points d’indice dans la fonction publique, les pensions et les minima sociaux.

> Ramener l’âge de départ à la retraite à 60 ans à taux plein, pour tous !

> Contrôler les aides publiques aux entreprises. (170 milliards d’euros versés en 2010).

> Conquérir dans l’entreprise, de nouveaux droits et pouvoirs pour les salariés, instaurer une sécurité sociale professionnelle.

> Développer les politiques publiques et les moyens des services publics.

> Réformer la fiscalité en profondeur, créer de nouvelles tranches d’impôts pour les hauts revenus. Créer un pôle financier public et établir un mécanisme de crédits à taux réduits pour l’investissement productif.

> Taxer les mouvements spéculatifs de capitaux et éradiquer les paradis fiscaux.

Rassemblement de luttes Témoignages de militants sanctionnés. avec la présence de Thierry Lepaon Secrétaire Général de la CGT. jeudi 16 mai - 12h30 devant l’Assemblée nationale Métro : Assemblée nationale
Repost 0
Published by Ernesto
commenter cet article
10 mai 2013 5 10 /05 /mai /2013 07:07

Je vais vous dire: franchement, il n'y a pas besoin d'aller en Chine pour voir des avions dans des états...douteux, états essentiellement dûs à la "maintenance".

Les problèmes de maintenance en Chine ou au Maroc, on en parle. Ce qui me surprends toujours c'est le silence qui règne sur ce sujet

Air France : "des incidents graves" dans la maintenance des avions en Chine, selon un syndicat de la compagnie

Un syndicat de pilotes d'Air France se dit inquiet sur l'entretien d'avions en Chine, pointant plusieurs "incidents graves" survenus après que des appareils sont passés par la société de maintenance Taeco.

Sur le même sujet

Un syndicat de pilotes d'Air France a fait part jeudi d'inquiétudes liées à l'entretien d'avions en Chine, pointant plusieurs "incidents graves" survenus après que des appareils sont passés par la société de maintenance Taeco. Dans un communiqué, le syndicat Alter rapporte que le 7 avril dernier, un A340 d'Air France qui devait effectuer une liaison Paris-Caracas, a dû être dérouté vers les Açores "pour raisons techniques", après divers incidents allant du débordement des toilettes à la perte de réception des deux radios haute fréquence. Selon Alter, l'avion effectuait son premier vol commercial après une "Grande visite" (contrôle approfondi) réalisée dans les ateliers d'entretien de l'entreprise chinoise Taeco à Xiamen dans le sud-est du pays.

Une longue série d'incidents

D'après le syndicat de pilotes minoritaire chez Air France, "ce nouvel incident n'est que le dernier en date d'une trop longue série". Il a rappelé trois autres incidents. Deux portaient deux sur des B747. Il s'agissait selon Alter d'un "montage défectueux de la cinématique de becs" et d'une "peinture ne respectant pas les critères de certification à la chaleur". Un autre incident concernait un A340 en novembre 2011 et portait sur l'"absence d'une trentaine de vis sur un panneau de carénage" d'une aile. A la suite de ce dernier incident, Air France avait suspendu les "Grandes visites" chez Taeco, un des leaders dans l'entretien des gros porteurs mais, indique Alter, l'entreprise est revenue "quelque temps après sur cette sage résolution de manière unilatérale et ce, pour des raisons purement financières".

"Devant l'accumulation inconséquente pour la sécurité des vols d'Air France d'incidents graves mettant en cause l'entretien effectué dans les ateliers de l'entreprise Taeco, Alter demande que la direction mette un terme définitif à cette externalisation de l'entretien de nos avions long courriers... avant que ne survienne l'incident de trop". Sollicitée par l'AFP, Air France n'était pas en mesure de commenter ces informations dans l'immédiat.

Repost 0
8 mai 2013 3 08 /05 /mai /2013 23:00

Que l'on utilise cette "facilité de transport" ou pas, ce n'est le sujet!

C'est un acquis social et la direction d'Air France s'y attaque.

Allez donc signer cette pétition:

http://www.sauvonsnosgp.com/

Repost 0
Published by Ernesto
commenter cet article