Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog d'info des salariés de HOP!
  • : Blog d'information libre de toutes consignes politiques et syndicales, des salariés de HOP! La rédaction est assurée par un collectif composé en grande partie de militants de la CGT, certes, mais totalement libres de leurs propos et de leurs positions.
  • Contact

Recherche

8 janvier 2008 2 08 /01 /janvier /2008 21:12
La campagne des élections des membres du Comité d'Entreprise de notre magnifique Compagnie, a débuté...

Pas de doute....

Et comme les "grandes", c'est pas plus propres et pas plus franc!

Ainsi, la célébre et magnifique intersyndicale refait surface...

Un petit peu comme la neige en hiver, les giboulées en mars, les éclipses de lune, c'est constant et régulier.
Une élection professionelle et paff, voilà l'intersyndicale.
Ce n'est rien et ce n'est pas grave en soit.
"L'union fait la force et l'oignon fait la soupe" c'est bien connu

Chacun sa méthode pour obtenir sièges et voix, on vous en parlait récemment, même les toilettes sont mises à contribution.

"Mais là quand même, les gars, vous exagérates, que dis-je, vous vous fourvoyates!!
Vous ne publiez pas souvent,  et bien vous devriez continuer, parce qu'écrire des mensonges , ce n'est pas beau."

Je cite un extrait (le début du tract est une attaque en règle contre le SNMSAC):

"......Suite à la forte pression des différentes parties, dont l'intersyndicale a encore une fois été le moteur, le SNMSAC n'a pas eu d'autres alternatives que de se résigner à signer l'accord pré-électoral"

Alors là faut le faire!
Une organisation syndicale à écrit et communiquée sur le sujet UNE et UNE SEULE, la CGT!
Et elle est loin de faire partie de cette magnifique "intersyndicale"!!

Nous n'avons cessé sur le Blog de la CGT de demander explications et d'informer les salariés sur les risques que tous, encouraient, au point d'être menacé de procés (et d'être traité de "révolutionnaires" ce qui est pour nous un compliment).

"Eh ben les gars oser écrire un mensonge pareil, même (et surtout!!) en période électorale, faut vraiment pas avoir honte!!"

Ne vous inquietez pas, vous les aurez vos sièges, vos postes et vos heures de délégations...

Vous êtes les plus forts, les plus beaux.
Le savoir universel est votre.
Sans vous, rien n'existait.
Le syndicalisme chez "Régional" à commencé avec vous.
Nous sommes tous vos admirateurs et vos élèves.
"Lumière"
"Lumière"

C'est pour rire!!!!

Extinction des feux.
Repost 0
Published by Ernesto - dans La Compagnie
commenter cet article
7 janvier 2008 1 07 /01 /janvier /2008 21:48
....et c'est "Courrier International" qui nous le propose dans un dossier spécial décroissance


Travailler moins

Pour gagner moins

Et vivre mieux!!


Alors, qu'est ce que vous en pensez!!


Alternative au bourrage de crâne ??
Repost 0
Published by Ernesto - dans Actualité
commenter cet article
7 janvier 2008 1 07 /01 /janvier /2008 21:43

De moins en moins rare...


Marc AURAY, syndicaliste CGT, malmené lors d’un rassemblement à Vienne en 2005 pour défendre l’hôpital public, a été condamné à 15 jours de prison avec sursis, 3700 euros de dédommagements pour 2 CRS, amende et frais de justice, et 5 ans de mise à l’épreuve, lors de son premier jugement au tribunal de Vienne à l’automne 2006. Il a fait appel et passe le jeudi 10 janvier en cour d’appel de Grenoble.

- Le 29 avril 2005, un rassemblement régional avait été appelé par des syndicalistes à l’entrée de l’hôpital de Vienne pour demander des moyens au ministre de l’époque, monsieur Douste-Blazy venu en visite. Marc Auray, dirigeant syndical CGT à l’hôpital du Vinatier, avait garé un véhicule sono à l’endroit où les personnes des renseignements généraux l’avaient demandé. Cependant, des forces de police étaient entrées dans l’hôpital pour exiger le retrait du véhicule sono. Il paraît clair qu’il y avait contradiction entre les ordres donnés par les RG et les CRS, alors même que le Directeur départemental de la sécurité publique était sur place !

Marc avait tenté de négocier, mais avait été immédiatement bousculé, renversé par terre, menotté, puis traîné derrière des bâtiments… Les manifestants avaient alors interpellé les policiers, et après discussion, Marc avait été relâché et avait fait partie comme prévu de la délégation reçue une demi-heure plus tard par le ministre. Marc Auray avait ensuite fait constater par un médecin les blessures physiques occasionnés par les CRS.

- C’est pourtant Marc qui s’est retrouvé devant le tribunal correctionnel de Vienne le 22 septembre 2006, accusé d’injures et violences envers les forces de police, deux CRS s’étant vus accorder (généreusement ?) des jours d’arrêt de travail : l’un 3 jours, l’autre 7 jours. [1](Heureusement que nos députés et sénateurs veillent. Impossible bientôt de "truander" la Sécurité Sociale (voir article de la semaine dernière))

Lors du procès, des témoins relataient, photos à l’appui, que c’est Marc qui avait été fortement malmené sans raison par certains membres des forces de l’ordre. Et Marc était soutenu par un rassemblement de plusieurs dizaines de personnes devant le tribunal.

Mis en délibéré, le verdict tombait le 13 octobre 2006 :

  • 15 jours de prison avec sursis
  • 3 700 euros de dédommagements pour les policiers, amende et frais de justice.

Cela fait une somme considérable à payer pour ce syndicaliste CGT de l’Hôpital du Vinatier, accusé d’outrages et violences sur les forces de l’ordre, alors que c’est lui qui a été maltraité aussi bien oralement que physiquement par des policiers !

JPEG - 176.8 ko

Faudrait-il que Marc paie pour les incohérences, volontaires ou non, les ordres contradictoires des corps de police sur place lors de ce rassemblement pour la venue du ministre de la santé. Veut-on aussi le faire payer pour son activité syndicale ?

- Toujours est-il que, très courageux, Marc a immédiatement décidé de faire appel. Il s’en était expliqué sur rebellyon.info dans cet article publié le 28 octobre 2006 .

Marc Auray passe donc en appel
le jeudi 10 janvier 2008 à 14h devant le tribunal de Grenoble.
Manifestation à 11h avec casse croûte revendicatif à 14h
(départ en car du Vinatier à 9 h 30)

Soyons nombreux à le soutenir, et au delà à protester contre les demandes abusives de dommages et intérêts de certains policiers, ainsi que refuser la criminalisation des activités syndicales.

Syndicat CGT du Vinatier :
tél : 04 37 91 53 19
fax : 04 37 91 53 75
courriel : syndicat.cgt.chs.vinatier(Arobase)libertysurf.fr



Soutiens les gars!!

Comment pourrait'il en être autrement!
Repost 0
Published by Ernesto - dans La CGT
commenter cet article
7 janvier 2008 1 07 /01 /janvier /2008 21:23


Le moral des patrons s'améliore (on est content pour eux), mais celui des salariés que nous sommes, lui est en berne...
A son plus bas niveau depuis 10ans, l'indice de confiance des ménages n'a cessé de diminuer depuis l'été (après un léger sursaut, dû aux éléctions présidentielles).

Mais, de là à espérer que l'augmentation du chiffre d'affaires attendu cette année par nos dirigeants influe positivement sur notre pouvoir d'achat, faut pas réver!!

 

Le moral des Français baisse encore en décembre (INSEE).

L'opinion des français sur le niveau actuel de leur situation financière personnelle, ainsi que sur l'évolution passée du niveau de vie en France, se dégrade en décembre, indique l'Insee.

 

L’indicateur résumé d’opinion des ménages, en données corrigées des variations saisonnières, est passé de -28 à -29 en décembre, indique vendredi 4 janvier l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) dans son enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages. Soit une baisse d'un point par rapport au mois de novembre.
En décembre, tous les soldes, c'est-à-dire la différence entre les pourcentages de réponses positives et négatives, se dégradent, à l'exception toutefois du solde sur les perspectives d'évolution du niveau de vie en France.
L'opinion des ménages sur l'évolution passé du niveau de vie en France se détériore, de même que leur opinion de leur situation financière personnelle, à la fois passée et future, indique l'Insee.
L'opinion des Français sur le niveau actuel de leur situation financière personnelle recule légèrement, comme en novembre. Le solde sur l'opportunité de faire des achats importants continue de se replier. En revanche, les ménages français sont plus optimistes concernant l'évolution du chômage, et les soldes sur l'opportunité d'épargner et sur la capacité future à épargner se redressent en décembre.
En ce qui concerne l'inflation, le nombre de ménages français estimant que les hausses de prix ont été fortes sur le passé augmente. Mais concernant les perspectives d'évolution des prix, les ménages anticipent des hausses moins rapides.

 

économie PARIS (AFP) - 07/01/08 13:55

36% des patrons français optimistes des perspectives éco pour 2008, selon une étude.

 

Les chefs d'entreprises français se montrent optimistes à 36% quant aux perspectives économiques pour 2008, contre 30% en 2007, selon une étude publiée lundi par le cabinet d'audit Grant Thornton.
Les dirigeants français restent dans la moyenne européenne (35%), mais cet indice de confiance reste beaucoup moins élevé que chez les patrons danois (74%), allemands (67%) ou encore suédois (61%). Il est cependant supérieur à ceux des dirigeants américains (22%) et anglais (14%), note l'étude.
Le climat économique général positif (59%) et la situation politique dans l'Hexagone (19%) sont les principales raisons invoquées par les patrons français pour justifier leur optimisme, indique le cabinet.
Conséquence de cette confiance: 55% des chefs d'entreprise français prévoient une augmentation de leur chiffre d'affaires en 2008.
L'étude a été réalisée auprès de 7.800 entreprises privées dans 34 pays.

économie BRUXELLES, 7 jan 2008 (AFP) - 07/01/08 13:33

Zone euro: le chômage reste stable mais la confiance recule encore.

 

Le chômage dans la zone euro est resté stable en novembre, à son plus bas niveau historique, mais la confiance des entreprises et des consommateurs a continué à reculer en décembre, à son plus bas depuis 21 mois, donnant un nouveau signe de ralentissement de l'activité.
Le taux de chômage dans la zone euro s'est établi à 7,2% en novembre, selon des données corrigées des variations saisonnières publiées lundi par l'office européen de statistiques Eurostat.
Il est inchangé par rapport à octobre, après 7,3% en septembre.
Pour l'ensemble de l'Union européenne, le taux de chômage s'est établi à 6,9%, également inchangé par rapport à octobre.
"Le marché du travail dans la zone euro reste en bonne santé, malgré des signes de ralentissement de son amélioration", a commenté Howard Archer, économiste à l'institut Global Insight.
L'indice de confiance économique, qui résume l'opinion des chefs d'entreprises et des consommateurs, a quant à lui continué à reculer dans la zone euro en décembre.
Il a baissé de 0,1 point par rapport à novembre, pour s'établir à 104,7 points, son plus bas niveau depuis mars 2006 où il avait atteint 103,5 points, selon une enquête publiée lundi par la Commission européenne.

Les prix à la production industrielle, également publiés lundi, ont quant à eux progressé de 0,8% sur un mois dans la zone euro.
C'est leur plus forte hausse mensuelle de l'année 2007, tirée par les prix élevés de l'énergie.
Pour Howard Archer, ces différentes données "mettent en évidence la position difficile de la BCE".

Alors que l'inflation s'est établie en décembre au niveau record de 3,1% dans la zone euro, se reflétant dans les prix à la production, la bonne tenue du marché de l'emploi pourrait renforcer les craintes de pressions inflationnistes sur les salaires.

"Le niveau élevé de l'inflation en zone euro, le ralentissement de la croissance, l'euro fort et les incertitudes pesant sur les marchés du crédit continuent à rendre les choses très difficiles pour la BCE", note M. Archer.
Le président de la BCE, Jean-Claude Trichet, a affirmé samedi que la Banque centrale était prête à intervenir pour contrer l'inflation. Mais la BCE, qui se réunit jeudi, devrait laisser ses taux d'intérêt inchangés pour l'instant, selon des économistes.

Nous allons tenter de diversifier le genre de nos articles, alternant les  "militants" et des compte rendu neutre de l'actualité dont cette revue de presse (avec nos bien modestes moyens), est un premier essai.
Loin des caricatures et des affiches de propagande,  un poignard entre les dents, symbolisant "la peste Bolchevik".
Et puis, l'actualité n'a bien souvent besoin d'aucune "déformation" pour qu'elle serve nos idéos.

C'est donc une première.....
Dans tous les sens....

Repost 0
Published by Ernesto - dans Actualité
commenter cet article
5 janvier 2008 6 05 /01 /janvier /2008 20:12
Vous trouverez reproduite içi, la lettre du secrétaire de la section CGT de la ligne6 de la RATP.



Au secrétaire général de la Confédération Générale du Travail
Au secrétaire général de la fédération CGT des transports
Au secrétaire général de l’union des syndicats CGT de la RATP
Au secrétaire général de la CGT métro/RER de la RATP
Aux membres de la commission exécutive de la CGT métro/RER de la RATP

A mes camarades de lutte de la ligne 06 de la RATP

Paris le 20 décembre 2007

Cela fera, en juin 2008, 32 ans que je suis sympathisant actif, adhérent et militant de la CGT.
Aujourd’hui, je ne reconnais plus la CGT, la CGT de mes parents, ma CGT.
En près de 32 ans, des coups de gueule, des incompréhensions, des fâcheries, il y en a eu bien sûr, mais là, on atteint des sommets.
Sommets tellement élevés que des nuages d’une composition indéterminée cachent, phoniquement et visuellement, à nos responsables qui y sont perchés, la vallée parfois boueuse où nous pataugeons et nous nous débattons.

La farce du préavis du 12/12/07 est la goutte qui a fait déborder la jarre dans laquelle nageaient déjà un certain nombre de couleuvres, particulièrement ces 12 dernières années.
Je ne reviens pas dans le détail sur les évènements de ces derniers mois qui, ayant été débattus en AG, au sein de la section syndicale et ainsi qu’à la CE du syndicat sont, du moins devraient être, connus de vous.

Il me reste, entre autres questionnements ;
- Pourquoi ce qui était inacceptable il y a peu devient-il aujourd’hui acceptable ?
- Pourquoi cette contradiction entre les articles de la presse syndicale, démontrant que les moyens financiers existent pour la pérennité des régimes de retraites par répartition, y compris les régimes spéciaux, et cette mascarade de négociation dont nous ne voulions pas ?
- Sur l’autel de quelles tractations sommes nous sacrifiés ?

La base s’est exprimée clairement, verbalement et par écrit, et elle n’a pas été entendue.
Mais qu’êtes vous, qui êtes vous pour vous permettre d’ignorer l’expression des travailleurs ?
Faut-il vous rappeler que sans la base vous n’êtes rien ?
Faut-il vous rappeler que sans la base vous ne seriez pas aux fonctions que vous occupez ?

Car il s’agit bien de fonctions.
Du secrétaire de section au secrétaire général de la confédération, c’est une fonction de représentation, d’expression de la volonté du plus grand nombre.
Ce n’est pas un grade, vous n’avez pas reçu un blanc-seing !

La CGT, comme les autres syndicats, me donne aujourd’hui l’impression de n’avoir qu’un rôle de canalisation de la colère des travailleurs. De temps en temps on organise de grands rassemblements , des manifestations qui permettent de faire baisser la pression, pour éviter l’explosion. Et on est supposé accepter que soit négocié l’inacceptable…

Nous sommes aujourd’hui face à un gouvernement qui, même s’il est légitime, impose une politique à tendance totalitaire.

Alors qu’il faudrait réagir avec force aux mesures concernant les immigrés, ces mesures qui ont un fort relent de vichysme.
Alors qu’il faudrait réagir avec force à l’imposition par décrets de réformes mettant à mal d’énormes pants de notre système social et de nos droits constitutionnels .
Alors qu’il faudrait réagir avec force à l’approbation par les députés du texte de constitution €uropéenne alors que nous avons voté contre .
Alors qu’il faudrait réagir avec force à l’introduction du privé dans nos universités.
Alors que nous savons déjà que la sécu, le régime général des retraites, notre système éducatif et tant d’autres fondements de notre société vont être attaqués, laminés.
On négocie ???

Notre démocratie, notre système républicain, notre constitution sont en danger !!!
On négocie ???

Réveillez-vous !!

Je refuse de valider vos décisions.
Aujourd’hui je démissionne, je ne fuis pas, je démissionne de mes fonctions de :
- secrétaire de section CGT ligne 06 de la RATP,
- membre de la commission exécutive de la CGT métro/RER de la RATP
- délégué d’établissement
- membre du collectif B1
Je ne reprendrai pas ma carte en janvier 2008.

Salutations
Yves BERNARD

Sincéremment triste et combien nous comprenons notre Camarade!
Néanmoins, c'est bien à l'intérieur de la CGT qu'il faut se battre!
Celà ferrait trop plaisir à nos adversaires, ils nous encouragent même à quitter notre Syndicatl:
"Vous n'allez qu'à aller chez SUD"
Eh, oui.....

Eh ben non!
Jusqu'au bout nous défendrons la vision progressiste au sein de la CGT.
NON au syndicat d'accompagnement!




Repost 0
Published by Ernesto - dans La CGT
commenter cet article
5 janvier 2008 6 05 /01 /janvier /2008 14:22
Quelques infos relevées ça et là.
C'est très "corpo", celà ne concerne que le transport aérien:

Info récupérées sur la revue de presse d'Apex:
(que nous ne remercierons jamais assez)

Air France en négociation exclusive avec Alitalia

Le groupe Air France-KLM pourrait confier 51% des droits de vote de la compagnie italienne à une fondation ou un trust.

Le 28 décembre, Alitalia est rentrée en négociation exclusive pour une durée de 8 semaines avec le groupe Air France-KLM. A son terme, ce dernier devra formuler une proposition contraignante de reprise de la compagnie en difficulté, dont 49,9% du capital sont détenus par l'Etat italien. Air France-KLM prévoit notamment de recentrer les vols d'Alitalia sur l'aéroport de Rome, de supprimer 1 500 postes et de réaliser un échange d'actions pour que la compagnie italienne puisse entrer au capital de la holding chapeautant Air France et KLM. Selon le journal Il Sole 24 Ore, celle-ci serait partagée entre l'Etat français à hauteur de 17,8%, de l'Etat italien pour 3%, des salariés pour 11,5% et du grand public pour 67,7%. Le quotidien italien annonce par ailleurs que 51% des droits de vote d'Alitalia seraient confiés à une fondation ou un trust en Italie, ce qui permettrait au groupe Air France-KLM de conserver la nationalité italienne de la compagnie et "donc ses droits de trafic en direction des pays hors Union européenne qui sont définis par des accords bilatéraux entre gouvernements".


Quand on vous dit que le turbo-propulseur n'est pas mort:


Air France-KLM annonce le rachat de la compagnie régionale VLM Airlines

Air France-KLM a signé un accord portant sur le rachat pour un montant non dévoilé de VLM Airlines, filiale de la compagnie néerlandaise Panta Holdings B.V., a annoncé lundi le numéro un européen du transport aérien dans un communiqué.

"VLM Airlines est l'une des premières compagnies régionales d'Europe, principalement pour une clientèle d'affaires", elle dispose d'une flotte de 18 Fokker 50 et un BAE 146, et ses vols transitent en majorité par l'aéroport de Londres City, a précisé Air France-KLM.

Selon la compagnie franco-néerlandaise, VLM Airlines "coopérera activement avec le transporteur régional CityJet, filiale à 100% d'Air France", qui opère déjà à partir du London City Airport, l'aéroport desservant le quartier des affaires londonien.

Cette coopération "sera créatrice de valeur pour nos clients, dans la mesure où elle leur ouvrira l'accès à un plus grand nombre de destinations à partir du London City Airport", a commenté le directeur exécutif de VLM Airlines, Johan Vanneste, cité dans le communiqué.



Rappelons au sujet de City jet, que contrairement à ce qu'avait déclaré JC Spineta, le problème de la "délocalisation" des PN de la compagnie vers Londres n'est toujours pas réglé.
Une partie de ces PN a d'ailleurs entamée une procédure juridiciaire.
Assez étrangement, c'est du côté de la Direction de City-jet que viendrait la résistance, et l'on aurait pas apprécié plus que ça, l'ingérence du patron de l'actionnaire principal.
Ce n'est pas chez Régional que celà arriverait (la résistance)...
Tous, formés au moule de chez "Maman", on obéit.
Même quand l'actionnaire principal provoque, en toute conaissance, un lent, mais sûr, appauvrissement de sa filiale.

Egalement pour rester dans cette magnifique Cie dont notre ex-président fût également le dirigeant, une particularité des modalités de versement de la prime d'interessement. Elle n'est payée qu'au personnel n'ayant pas eu plus de deux arrêts de travail dans l'année...

Après les augmentations "au mérite" qui ont de logiques à peu près ce qu'avait la nomination de  Philippe Douste-Blazy aux affaires étrangères, quand notre belle, compagnie adoptera t'elle un mode d'attribution de l'interessement identique?

Tu me dira pour 66,33€, ca ne vaut pas le coup de venir bosser, malade.
Pour ceux qui en doutaient encore....



 

Repost 0
Published by Ernesto - dans Actualité
commenter cet article
2 janvier 2008 3 02 /01 /janvier /2008 22:00
Ecoutée avec passion dans un embouteillage ce soir, une discussion entre deux journalistes, un facteur et un magnifique réalisateur.
J'ai essayé pendant tout le trajet de ne pas être d'accord, ou de trouver une trace de langue de bois: même pas.
Plus surpris par le cinéaste que par le facteur d'ailleurs...

En guise de conclusion, une phrase d'un jeune de Villiers le bel, citée par Olivier
de mémoire: "le passé, c'est finit. Le présent c'est pourri. Heureusement, on n'a pas d'avenir"

Il y a une erreur sur le lien publié hier...
Allez écouter Ken Loach et Olivier Besancenot sur:
http://www.radiofrance.fr/franceinter/em/etpourtantelletourne//index.php?id=62989





Repost 0
Published by Ernesto - dans Actualité
commenter cet article
2 janvier 2008 3 02 /01 /janvier /2008 21:30
Là on ne rigole plus,

Nos sénateurs examinent un  projet de loi modifiant  la procédure en vigueur du code de la Sécurité Sociale.
Voiçi un extrait du document:

3. L'expérimentation d'une nouvelle procédure de contrôle des arrêts de travail (article 66)

L'article 66 du présent projet de loi de financement propose d'expérimenter une nouvelle procédure de contrôle des arrêts de travail, dérogeant ainsi à la procédure actuellement prévue à l'article L. 315-1 du code de la sécurité sociale.

En application de la loi n° 78-49 du 19 janvier 1978 relative à la mensualisation et à la procédure conventionnelle, un employeur peut demander un contrôle médical des arrêts de travail de ses salariés. Si le contrôle effectué conclut à l'absence de justification d'un arrêt de travail, le médecin transmet son avis au service du contrôle médical de la caisse d'assurance maladie concernée. Si ce service conclut également, au vu de cet avis, à l'absence de justification de l'arrêt de travail, la caisse d'assurance maladie suspend le versement des indemnités journalières après en avoir informé l'assuré.

L'article 66 du présent projet de loi de financement introduit la possibilité d'expérimenter une autre procédure de contrôle des arrêts de travail. Cette expérimentation sera menée par les caisses de sécurité sociale qui, en 2006, ont servi un nombre d'indemnités journalières par assuré supérieur à la moyenne nationale et qui figurent sur une liste fixée par le directeur général de l'UNCAM.

Dans ce cadre, lorsque le contrôle effectué à la demande de l'employeur conclut à un arrêt de travail injustifié, le service du contrôle peut :

- soit procéder à un autre contrôle, ce qui est aujourd'hui prévu à l'article L. 315-1 du code de la sécurité sociale ;

- soit, « sans qu'il soit besoin d'un contrôle supplémentaire », demander à la caisse d'assurance maladie de suspendre le versement des indemnités journalières dues au salarié. L'assuré et l'employeur sont informés de cette mesure. Le salarié peut, pendant un délai fixé par décret, demander une contre-visite au service du contrôle médical.

Si le premier contrôle, ou le second effectué à la demande du salarié, conclut à un arrêt de travail justifié, la caisse d'assurance maladie maintient ou rétablit les indemnités journalières.

Dans le cas où il est décidé de suspendre le versement des indemnités journalières et qu'un arrêt de travail est consécutivement prescrit, la caisse d'assurance maladie suspend le versement des indemnités et saisit le service du contrôle médical, qui rend un avis dans un délai fixé par décret.

L'article 66 du présent projet de loi de financement prévoit que l'expérimentation prend fin le 31 décembre 2009. Un rapport d'évaluation de cette expérimentation sera transmis au Parlement avant le 30 juin 2009.

Votre rapporteur pour avis approuve cette mesure qui s'inscrit dans la démarche de contrôle des dépenses d'indemnités journalières, qui devraient croître de 3,2 % en 2007, selon les données de la commission des comptes de la sécurité sociale dans son rapport de septembre 2007, alors que ce poste de dépenses avait connu une baisse de - 0,7 % en 2006.

Vous avez bien lu, "suspend le versement des indemnités journalières"!! et la possibilité, envisagée, de ne pas avoir besoin d'un contrôle suplémentaire.

"Les travailleurs sont des fainéants, des malhonnêtes.
S'ils ont des arrêts de travail, c'est seulement pour frauder la SS"

Pisté dans les boites par les employeurs, pisté par la Sécu et les patrons quand il sera malade, on peu également rajouté espionné par les "Forces de police" dans l'attribution de son titre d'accès pour les copains qui bossent en zone réservée sur les aéroports, la vie du travailleur est merveilleuse.

Il va falloir qu'elle en trouve des sujet d'émission, Mme Borlo, pour remonter le moral du smicard!

"La france qui gagne"

Et celle qui subi alors!!!

Pas un mot dans les médias!
Pas un homme politique pour dénoncer!
Interrogé sur le sujet, un responsable CGT aurait déclaré "en avoir vaguement entendu parlé.."!

On rêve, on marche sur la tête.

Pour les sceptiques:
www.senat.fr/rap/a07-073/a07-073117.html





Repost 0
Published by Ernesto - dans Actualité
commenter cet article
2 janvier 2008 3 02 /01 /janvier /2008 20:32
"Politique de civilisation....."
Personne n'a rien compris.
Il n'y a qu'à entendre les interviews des responsables de la majorité sur le sujet, pour saisir l'immense "embarras" des "garde-parole" de Nicolas-le-magnifique-t'as-vu-ma-rolex-ta-vu-ma-gonzesse...
Une seule explication.
Saisi par la majesté des paysages et des lieux, troublé par la pressurisation légèrement défaillante du jet de son ami Bolloré, ayant assez mal digéré les canapés de bienvenu offerts par son palace Louxoriote, no't bon président aurait, de plus, ramassé un coup de soleil sur le carrafon.
Il serait alors parti dans un délire dont, heureusement pour la france, ne serait resté que "politique de civilisation".
Il aurait également hurlé "je vais foutre les Hittites hors de mon royaume" heureusement bernard, serait accouru pour le persuader que la forteresse de Qadesh avait été reprise, ouf! Sacré bernard.

Bref, il y a plus sérieux.

Un bref, entrefilet dans le journal "le Monde" vient nous révéler "l'affaire de la retraite de JC Ledigou.
Cette personne, pour ceux qui l'ignore, secrétaire confédéral en charge des retraites et des questions économiques à la CGT, va bientôt faire valoir ses droits à la retraite.

http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-823448,36-995445@51-973287,0.html

A notre avis, ce n'est pas le mode d'attribution de la retraite de notre responsable syndical qui est à mettre en cause, mais cette affaire soulève quand même quelques questions.
N'est'il pas étrange de promouvoir un responsable du rang de JC Ledigou s'il était aussi "dérangeant" pour le gouvernement et son administration?
Son avancement est'il accordé pour discréditer un peu plus les responsables syndicaux et les Organisations?
JC Ledigou à quitté le ministères des finances en...1978!
N'y a t'il pas des réflexions à avoir sur le système des permanents syndicaux?

Il semble, que celà soit, "..une progression de carrière tout à fait normale".

L'état aurait'il définitivement renonçé à la discrimination syndicale au sein de son administration?

Il y a des copains qui vont être contents.
Et des procès en vu!
J'ai dû prendre, moi aussi, un coup de soleil sur le citron.
Et pourtant, le soleil....

Allez faire un tour sur le site de "ou va la CGT", leurs analyses vont plus loins que de simple ragots rédigés entre deux reportages sur Nicolas et Carla

ouvalacgt.over-blog.com/article-15140272.html





Repost 0
Published by Ernesto - dans Actualité
commenter cet article
29 décembre 2007 6 29 /12 /décembre /2007 17:07
Ou comment travailler autant mais être payé deux fois.
Not, bon Nicolas-je-vais-en-vacances-payé-par-Bolloré, ne nous avait pas tout dit.
Non content de s'octroyer une augmentation salariale de 260%, pour se mettre au niveau de son premier ministre, il a gardé son salaire de ministre de l'intérieur...

Pas bien beau tout ça quand on se faire élire en prommettant honêteté et transparence, en dénonçant les fraudeurs à la sécu et les chomeurs qui ne cherchent pas vraiment de travail....

Rassurons nous, d'içi moins d'une semaine,  l'armada d'économistes, d'experts constitutionel et tous les porte-parole de l'UMP, saurront nous convaincre que c'est absolument normal.

Comme ils nous ont parfaitement bien expliqué, que les relations entre le monde de la finance française et not'bon président n'avaient absolument rien d'anormal....
Nous nous attendions à une réaction féroçe de l'opposition.
Nada, que dalle.... Ils doivent être en vacances.
Seul, le président du groupe PS à l'assemblée nationale, s'est fendu d'une déclaration tellement "véhémente" qu'il devait vraisemblement sortir de table quand les journalistes l'ont interwievé.
La digestion était en cour....
Ah si, Arnaud de Montebourg, s'est lui, un peu énervé sur le sujet.
Mais de façon pas plus convaincante que lorsqu(il tentait de nous faire croire qu'il défendait "...une gauche, sociale et anti-libérale.."

L'article d'arrêt sur images, site d'utilité publique, à visiter d'urgence:

http://arretsurimages.net/

Salaire de Sarkozy: une petite augmentation avant la grande

ENQUETE

Reparlons un peu du salaire du président.

Depuis quelques jours, vous avez été plusieurs à nous alerter : Nicolas Sarkozy toucherait en même temps son salaire de président de la République et son ancien traitement de ministre de l'Intérieur.

Cela pour patienter avant la conséquente augmentation qu'il s'est accordé, et qui prendra effet le 1er janvier.

Et dans les médias traditionnels, rien, pas une ligne à ce sujet.

Diable ! L'accusation circule à grande vitesse sur Internet. Elle a été largement détaillée sur le site politique.net, puis reprise de blogs engagés en relais militants et autres espaces "utopistes" .

L'information viendrait du Canard Echaîné du 12 décembre, et serait sûre, puisqu'elle "a été confirmée par l'Elysée" , nous apprend Charlie enchaîné, un site qui se spécialise dans la reprises des infos du Canard et de Charlie Hebdo. Pourtant, à notre connaissance, elle n'a été reprise dans aucun des médias traditionnels. Pourquoi ?

Intrigués, nous avons fait ce que peu de journalistes ont osé tenter : nous avons décroché notre téléphone pour questionner l'Elysée. En l'occurrence, Emmanuelle Mignon, directrice de cabinet du Président, en charge de ces questions de gros sous.

Ce fut l'un des échanges téléphonique les plus expéditifs d'une (courte) carrière de journaliste.

Quelques heures après avoir laissé un message au secrétariat d'Emmanuelle Mignon, nous avons pu lui parler… environ 15 secondes. Le temps de lui demander s'il était exact que Nicolas Sarkozy touchait encore son salaire de ministre de l'Intérieur et de s'entendre répondre un très bref : "Hé bien, c'est faux. Au revoir."…

Il est vrai qu'Emmanuelle Mignon a eu beau jeu de démentir. Car l'information relayée sur le net n'est pas exacte. De mai à décembre, Sarkozy aura bien touché, à sa demande, le montant de son salaire antérieur de ministre (étrangement supérieur à celui du président). Mais il n'a pas cumulé les deux.

A l'origine de la flambée d'effroi virtuel, on trouve bien le Canard Enchaîné du mercredi 12 décembre.

Le volatile aux plumes aiguisées a publié une brève titrée "La double augmentation de Sarko". On y apprend que le président de la République a "demandé – et naturellement obtenu – de voir son salaire de ministre de l'Intérieur prolongé jusqu'à la fin de l'année." Soit "11 500 euros nets mensuels", au lieu des 7 500 euros qu'il aurait "dû normalement percevoir".

Lisez vous-mêmes.


Salaire_Sarko_Canard

La formulation et le titre de l'article sont certes un peu ambigus, mais il n'est nulle part question de cumul. Didier Hassoux, l'auteur des quelques lignes en question, est catégorique : "Je n'ai jamais écrit que Nicolas Sarkozy cumulait deux salaires, mais simplement qu'il s'était accordé une petite augmentation, en attendant celle de janvier. Et c'est cette augmentation qui m'a été confirmée par une source à l'Elysée."

Sur internet, tout le monde n'avait pas mal lu. Agoravox, notamment, avait retranscrit fidèlement l'info.

Mais même bien comprise, la nouvelle n'a pas eu droit à plus de place dans les "grands" médias.



Comme s'étonne la rédaction d'ASI, il est vraiment incroyable qu'AUCUN média à part le Canard dans son édition DU 12 DECEMBRE, n'ait retransmit cette info.

Il vaut mieux parler des conquêtes de l'homme à la Rolex, c'est plus vendeur.
Et puis, pourquoi embêter le bon peuple pendant les fêtes?
Ca risque de leur couper la consommation...
Déjà qu'ont a  annoncé un peu tôt l'augmentation du gaz...
Et c'est pas finit
Le reste après les municipales.

Salauds de pauvres!!
Repost 0
Published by Ernesto - dans Actualité
commenter cet article