Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog d'info des salariés de HOP!
  • : Blog d'information libre de toutes consignes politiques et syndicales, des salariés de HOP! La rédaction est assurée par un collectif composé en grande partie de militants de la CGT, certes, mais totalement libres de leurs propos et de leurs positions.
  • Contact

Recherche

24 décembre 2007 1 24 /12 /décembre /2007 23:06
Lire, réfléchir, diffuser:


Internationalisation 2006

Superbe réponse du ministre brésilien de l'éducation

interrogé par des étudiants aux Etats-Unis.

A faire suivre car la presse nord-américaine a refusé

de publier ce texte

 

Discours du ministre brésilien de l'Éducation aux

Etats-Unis pendant un débat dans une université aux

Etats-Unis :

 

Le ministre de l'éducation brésilien, Cristovam  Buarque,

fut interrogé sur ce qu'il pensait au sujet

de l'internationalisation de l'Amazonie. Le jeune

étudiant américain commença sa question en précisant

qu'il espérait la réponse d'un humaniste et non d'un

Brésilien.

 

Voici la réponse de M.Cristovam Buarque :

 « En effet, en tant que Brésilien, je

m'élèverais tout simplement contre

l'internationalisation de l'Amazonie. Quelle que soit

l'insuffisance de l'attention de nos gouvernements

pour ce patrimoine, il est nôtre.

 

En tant qu'humaniste, conscient du risque de

dégradation du milieu ambiant dont souffre

l'Amazonie, je peux imaginer que l'Amazonie soit

internationalisée, comme du reste tout ce qui a de

l'importance pour toute l'humanité.

 

Si, au nom d'une éthique humaniste, nous

devions internationaliser l'Amazonie, alors nous

devrions internationaliser les réserves de pétrole du

monde entier. Le pétrole est aussi important pour le

bien-être de l'humanité que l'Amazonie l'est pour

notre avenir. Et malgré cela, les maîtres des

réserves de pétrole se sentent le droit d'augmenter ou de

diminuer l'extraction de pétrole, comme d'augmenter

ou non son prix.

 

De la même manière, on devrait internationaliser le capital financier des pays

riches. Si l'Amazonie est une réserve pour tous les

hommes, elle ne peut être brûlée par la volonté de son

propriétaire, ou d'un pays.

 

Brûler l'Amazonie, c'est aussi grave que le chômage provoqué par les décisions

arbitraires des spéculateurs de l'économie globale.

Nous ne pouvons pas laisser les réserves financières

brûler des pays entiers pour le bon plaisir de la spéculation.

 

Avant l'Amazonie, j'aimerai assister à

l'internationalisation de tous les grands musées du

monde. Le Louvre ne doit pas appartenir à la seule

France. Chaque musée du monde est le gardien des plus

belles oeuvres produites par le génie humain. On ne

peut pas laisser ce patrimoine culturel, au même

titre que le patrimoine naturel de l'Amazonie, être

manipulé et détruit selon la fantaisie d'un seul propriétaire

ou d'un seul pays. Il y a quelque temps, un

millionnaire japonais a décidé d'enterrer avec lui le

tableau d'un grand maître. Avant que cela n'arrive,

il faudrait internationaliser ce tableau.

 

Pendant que cette rencontre se déroule, les

Nations Unies organisent le Forum du Millénaire, mais

les Présidents de certains pays ont eu des

difficultés pour y assister, à cause de difficultés aux

frontières  des Etats-Unis.

 

Je crois donc qu'il faudrait que New

York, lieu du siège des Nations Unies, soit

internationalisé. Au moins Manhattan devrait

appartenir à toute l'humanité, comme du reste Paris,

Venise, Rome, Londres, Rio de Janeiro, Brasília ou

Recife. Chacune de ces villes, avec sa beauté

particulière et son histoire du monde, devrait

appartenir au monde entier.

 

Si les États-Unis veulent internationaliser

l'Amazonie, à cause du risque que fait courir le fait

de la laisser entre les mains des Brésiliens, alors

internationalisons aussi tout l'arsenal nucléaire des

Etats-Unis. Ne serait-ce que par ce qu'ils sont

capables d'utiliser de telles armes, ce qui

provoquerait une destruction mille fois plus vaste

que les déplorables incendies des forêts Brésiliennes.

 

Au cours de leurs débats, les actuels

candidats à la Présidence des États-Unis ont soutenu l'idée

d'une internationalisation des réserves forestières

du monde en échange d'un effacement de la dette.

 

Commençons donc par utiliser cette dette pour

s'assurer que tous les enfants du monde aient la

possibilité de manger et d'aller à l'école.

 

Internationalisons les enfants en les traitant, où

qu'ils naissent, comme un patrimoine qui mérite

l'attention du monde entier.

 

Davantage encore que l'Amazonie.

 

Quand les dirigeants du monde traiteront

les enfants pauvres du monde comme un Patrimoine de

l'Humanité, ils ne les laisseront plus travailler

alors qu'ils devraient aller à l'école; ils ne les

laisseront plus mourir alors qu'ils devraient vivre.

 

En tant qu'humaniste, j'accepte de défendre

l'idée d'une internationalisation du monde.

 

Mais tant que le monde me traitera comme un Brésilien,

je lutterai pour que l'Amazonie soit à nous.

Et seulement à nous! »

 

Ce texte n'a pas été publié. Aidez-nous à le

diffuser.

 

Repost 0
Published by Ernesto - dans Grèves et actions
commenter cet article
23 décembre 2007 7 23 /12 /décembre /2007 16:40
On ne change pas une équipe qui  ....
C'est donc, à une ou deux exeptions près, les mêmes, qui reviennent, libres et indépendants, tenter souvent bien maladroitement, de vous informer sur les périgrinations au sein de notre belle Cie, mais aussi d'intervenir sur tous les sujets que bon leurs semblera.

Libres et indépendants.

Pourquoi? Plusieurs raisons.
La première simplement pratique. Il est dure d'être lié à une organisation aussi étroitement que nous l'étions. Notre ex-moyen d'information était à l'en-tête de la CGT Régional, et nous ne pouvions nous exprimer sans nécessairement mettre en cause notre organisation, dont nous sommes majoritairement militants, c'était contraignant.
Tout aussi contraignant, le fait de ne pouvoir s'exprimer librement et de ne pouvoir dire tout le mal ou tout le bien que nous pensions de tel ou tel.
Comme le savent nos lecteurs de la première heure, nous sommes un collectif regroupé sous le nom d'Ernesto, unis par les points d'accord que nous avons tous avec la pensée politique d'Ernesto Guevara De La Serna "Lynch".
Néanmoins, n'étant pas tous membre de la CGT,  continuer à écrire sous le titre de "la CGT Régional" commençait à géner certains de nos camarades.

Nous sommes, par contre, tous tenant d'un syndicalisme de lutte, à l'opposé de ce que propose la "branche" réformiste du syndicalisme francais dont la CFDT, la CFTC et certain membre de la CGT, et non des moindres, se font les défenseurs.
Nos camarades pensent souvent que la bataille est perdu, nous n'avons plus rien à faire, qu'à rentrer dans le rang et chercher des alliances.
NON! NON et NON!

Nous pensons que nous ne sommes pas des pions, des gens que l'on manipule et ne pensons pas que la pauvre amélioration du quotidien passe par des accords et des compromis à la baisse avec le patronat.
Nous croyons à la résistance et aux luttes dans les entreprises.

On a rien sans rien!

Derrière la playstation et les vacances à la neige, il y a un monde qui souffre et c'est à nous tous d'entrer en résistance et de cesser la collaboration.

Contrairement à ce que veulent nous faire croire, télés, radios, gouvernement, syndicats, partis politiques de tous bord, ce monde, cette société, n'est pas la seule possible. Un monde de très riches, une middle class relais, et une société de sous homme.
Nous pensons, et c'est ce qui nous rassemble, que nous sommes sur terre non pour exploiter notre prochain mais bien pour tous vivre ensemble et partager.

"Vivre tous simplement pour que tous simplement vivent" (Gandhi)

Nous essaierons avec nos tout petits moyens , de vous faire partager nos émotions, nos colères, nos indignations. Nous vous informerons le plus fidélement possible de la vie "sociale" et syndicale de l'entreprise, car nous pensons également que c'est aux syndiqués ( adhérents des organistions, soyons bien clairs...), qu'appartiennent les décisions et pas aux "appareils".
Capri c'est finit! Moscou aussi!
Nous pensons également que c'est des petites rivières que l'on fait les grands fleuves, c'est pourquoi c'est dans les entreprises que nous nous devons de mener combats, résistances, désobéissances.

A ceux qui veulent intervenir, la parole est ouverte aux seules conditions qu'elle soit, constructive (même et surtout si elle est contradictoire), qu'elle ne mette personne en cause en citant clairement son identité (je vous rappelle pour mémoire, que quand il s'agit d'un problème sur l'entreprise,  nous n'attaquons que les fonctions et ne nommons personne), quelle ne soit jamais insultante ou grossière.

Nous voudrions également signaler, que nous supprimerons tous les commentaires "à la groland" qui faisaient tant rire nos cadres en tentant de reconnaitre tel ou tel dans les surnoms donnés par les commentateurs.
C'est toujours très drôle de rigoler devant son PC plûtot que d'aller dire m.... en face à son N+1, comme ils disent.
Donc finit, le côté, "drolatique", distrayant du blog, finit le fou du roi.
"Cadres de tous les services (j'ai les noms), supprimez donc le blog de vos "bookmarks"! On rigole plus, j'espère juste que l'on arrivera parfois à vous émouvoir"

Pour résumer en une phrase la philosophie d'"Ernesto", une citation de La Boétie:

" Le pouvoir n'existe que par notre consentement. Cessons de consentir!"


Repost 0
Published by Ernesto - dans La Compagnie
commenter cet article