Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog d'info des salariés de HOP!
  • : Blog d'information libre de toutes consignes politiques et syndicales, des salariés de HOP! La rédaction est assurée par un collectif composé en grande partie de militants de la CGT, certes, mais totalement libres de leurs propos et de leurs positions.
  • Contact

Recherche

2 mai 2013 4 02 /05 /mai /2013 07:06

Deux articles sur un sujet qui nous concernent directement:

Air France pourrait supprimer de nouveaux postes

Le plan Transform 2015 sera-t-il suffisant pour redresser les comptes d'Air France ? Rien n'est moins sûr. Lancée en 2012, cette cure d'austérité demande pourtant beaucoup d'efforts aux différentes catégories de salariés qui se sont engagées à réaliser 2 milliards d'euros d'économies en trois ans et à dégager 20 % d'efficacité économique supplémentaire. Tout cela avec 5 122 suppressions de postes.

Mais, la crise s'aggravant, certains, de plus en plus nombreux au sein de la compagnie, redoutent l'adoption d'un second plan de rigueur, fin 2014, quand Transform viendra à échéance. Interrogé en marge du vol inaugural d'Air France à Kuala Lumpur (Malaisie), mardi 23 avril, Alexandre de Juniac, PDG d'Air France, n'écarte plus cette hypothèse. Si Transform n'a pas remis l'économie du transporteur sur ses rails – Air France-KLM a perdu 1,19 milliard d'euros en 2012 –, M. de Juniac n'exclut pas de durcir le plan de restructuration en cours. Cette fois, le nouveau"plan de départs" pourrait être "ciblé sur le court et le moyen-courrier", précise le PDG. Une activité lourdement déficitaire qui, après avoir enregistré une perte de 500 millions d'euros en 2011, a encore perdu environ 700 millions d'euros en 2012. Pour l'heure, aucune décision n'a encore été prise. Mais la direction et les syndicats sont convenus "d'un point d'étape lors du deuxième semestre de 2013". La mise en œuvre de cette "clause de rendez-vous", comme l'indique Air France, sera l'occasion de "tirer ensemble les enseignements de ce qu'il convient de faire en 2014".

"Pour l'instant, il n'est pas question" de supprimer plus de postes que ce qui est prévu dans Transform, veut croire Jean-Marc Quattrochi, secrétaire général de l'UNAC, syndicat des personnels navigants, "mais on peut s'interroger sur l'efficacité de la politique mise en place par l'entreprise". L'UNAC montre du doigt les résultats des trois bases de province ouvertes par la compagnie à Marseille, Nice et Toulouse. A l'origine, elles devaient être l'un des fers de lance du retour en forme d'Air France. Une manière d'attaquer les transporteurs low cost sur leur terrain. Un an plus tard, les bases ont du plomb dans l'aile. M. de Juniac signale d'ailleurs que ce projet a été imaginé par son prédécesseur Pierre-Henri Gourgeon et qu'il n'a fait, comme il dit, que "prendre le train en marche".

"ATTRITION DE L'OFFRE"

Selon nos informations, "les bases continuent à perdre de l'argent". Même si certains à Air France jugent qu'elles sont aussi "un succès symbolique et opérationnel qui prouve qu'Air France est capable de s'inspirer des codes des compagnies low cost". "Les bases de province ne sont pas le succès escompté", observe à son tour Nathalie Coldefy, commandant de bord chez Regional, filiale d'Air France, et déléguée du Syndicat national des pilotes de lignes (SNPL). Syndicats et direction sont convenus de discuter de l'avenir des bases en septembre. Tous les scénarios sont désormais sur la table. Leur fermeture, totale ou partielle, n'est pas à exclure. "Cela fait partie des risques", s'inquiète de son côté l'UNAC. Le syndicat redoute, en effet, "une attrition de l'offre au départ de trois bases". En pratique, la direction d'Air France pourrait décider de diminuer la fréquence des vols et le nombre de destinations desservies depuis Nice, Marseille et Toulouse. "Cela pourrait se traduire par l'arrêt de certaines lignes pas rentables ", dit Mme Coldefy. A en croire l'UNAC, cette révision à la baisse de l'activité des trois bases serait la conséquence d'une mauvaise appréciation ou de la "sous-évaluation de la saisonnalité" de la clientèle loisirs. Une "clientèle de touristes", par définition "pas régulière tout au long de l'année", ironise le syndicat. Si les segments court et moyen-courrier ont creusé leurs pertes en 2012, pas question pour Air France de copier sa rivale Lufthansa, qui a filialisé cette activité dans sa compagnie low cost Germanwings. "Ce n'est pas le choix qui a été retenu par Air France", fait-on savoir. Au contraire, il a été décidé "de garder le court et le moyen-courrier dans le périmètre de la compagnie". En revanche, Air France a décidé de pousser les feux de Transavia. La compagnie à bas coûts, lancée en 2007, a été bénéficiaire en 2012 avec un an d'avance. Un résultat net de près de 1 million d'euros pour un chiffre d'affaires situé entre 200 et 240 millions d'euros en 2012. La flotte de neuf avions de Transavia devrait être portée à une vingtaine d'appareils d'ici à 2015. A cette occasion, Air France pourrait décider de "rebaptiser" Transavia.

Air France : Juniac prépare le terrain à de nouvelles coupes dans les effectifs

Le PDG d'Air France a évoqué, dans un entretien au Monde, un nouveau plan de départs qui pourrait être "ciblé sur le court et le moyen-courrier". Quant à l'échec des bases de province, il précise que ce projet avait été imaginé par son prédécesseur Pierre-Henri Gourgeon.

Alexandre de Juniac, le PDG d'Air France, commence à préparer l'entreprise à de nouvelles suppressions de postes, un scénario évoqué depuis plusieurs mois en interne. Alors que la compagnie aura du mal à faire l'économie d'un nouveau tour de vis pour atteindre ses objectifs de réduction de dette, Alexandre de Juniac a évoqué, dans un entretien accordé au Monde en marge d'un déplacement en Asie, un nouveau « plan de départs » qui pourrait être « ciblé sur le court et le moyen-courrier ».

Pour rappel, près de 2.800 personnes ont profité du plan de départs volontaires (PDV) lancé l'an dernier pour le personnel au sol. Alors qu'il est à peine, se pose en effet la question d'un autre PDV pour le personnel au sol comme évoqué dans nos colonnes. Mais bien avant cela, un plan de départs pour les hôtesses et stewards sera lancé.
L'activité court et moyen-courrier d'Air France a alourdi ses pertes d'exploitation de 100 millions d'euros l'an dernier, à 600 millions d'euros (800 millions pour Air France-KLM) à cause notamment des bases de province de Marseille, Toulouse et Nice. Un échec dont Alexandre de Juniac ne veut pas endosser la responsabilité. Selon le Monde, il a rappelé que le projet avait été imaginé par son prédécesseur Pierre-Henri Gourgeon et qu'il n'avait fait que « prendre le train en marche ».

Les bases ? le projet a été imaginé par Gourgeon

Même si Alexandre de Juniac dit vrai, ce rappel n'est pas très sympathique pour Pierre-Henri Gourgeon, qui l'avait défendu bec et ongles pour qu'il lui succède à Air France (un acharnement qui a lui a d'ailleurs valu d'être débarqué). Pour autant, au-delà du seul cas des bases de province, Alexandre de Juniac n'est pas non plus responsable du plan Transform 2015, dont les objectifs, annoncés en janvier 2012 par Air France-KLM, ont été décidés bien en amont. Nommé le 18 octobre 2011 pour une prise de fonction en novembre 2011, Alexandre de Juniac n'a pu peser qu'à la marge sur la définition des objectifs de Transform.

***********************************************************

Mon pauvre Alexandre.... Déjà que ton copain Nicolas te jugeais incapable de diriger Air France, te voilà maintenant responsable de Transform alors que tu n'y es pour rien...

Tu n'as pas une vie facile.

Remarque, je suis sûr que les salariés de Régional touchés par le Plan de Départs Contraints (nouveau dispositif de modernisation sociale en test dans plusieurs entreprises), prendront deux minutes pour te plaindre.

Partager cet article

Repost 0
Published by Ernesto
commenter cet article

commentaires