Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog d'info des salariés de HOP!
  • : Blog d'information libre de toutes consignes politiques et syndicales, des salariés de HOP! La rédaction est assurée par un collectif composé en grande partie de militants de la CGT, certes, mais totalement libres de leurs propos et de leurs positions.
  • Contact

Recherche

23 février 2013 6 23 /02 /février /2013 13:56

 

 

Le 5 mars, tous dans la rue pour que le gouvernement ne fasse pas une loi de l’accord MEDEF - CFDT - CGC - CFTC !

 

A

 Air France comme dans d’autres entreprises (PSA, Renault, Sanofi, Goodyear, Presstalis, Candia, Virgin, etc.), les plans sociaux font rage et des dizaines de milliers d’emplois sont menacés, sans parler des acquis sociaux qui fondent comme neige au soleil.

 

La situation économique et sociale en France, comme en Europe, ne cesse de se dégrader sous les politiques d’austérité mises en œuvre dans tous les pays. Partout, nos dirigeants se servent de la crise pour remettre en cause les droits sociaux et les garanties collectives, faire pression sur le niveau des salaires et réduire les prestations sociales, conduisant à paupériser et précariser des couches de plus en plus nombreuses de salariés et de retraités.

 

Pendant ce temps, l’industrie du luxe se porte à merveille, cherchez l’erreur…..

 

Cet accord est inacceptable, il acte plus de flexibilité, plus de précarité, plus de liberté de licencier et plus d’impunité juridique pour les employeurs. Nous sommes à l’opposé de l’objectif initial de cette négociation abusivement appelée « sécurisation de l’emploi ».

 

Comment peut-on prétendre défendre l’intérêt des salariés en augmentant la flexibilité et en facilitant les licenciements ? En s’attaquant au code du travail qui assure une protection et un contre pouvoir pour les salariés, les signataires devront répondre d’une telle forfaiture.

 

Nous, salariés, refusons d’être sacrifiés sur l’autel de la crise alors que les grands groupes continuent d’engranger toujours plus de profits : l’an dernier, les entreprises du CAC 40 ont versé 40,9 milliards d’euros de dividendes à leurs actionnaires, soit 5% de plus que l’année précédente. A cela s’ajoutent 172 milliards d’euros d’aides diverses, que le gouvernement a encore complété au beau milieu des négociations sur l’emploi par un chèque «crédit d’impôt» de 20 milliards d’euros !

 

C’est dans ce contexte que le Medef cherche à profiter de la « crise » : l’Accord National Interprofessionnel pour « un nouveau modèle économique et social au service de la compétitivité des entreprises et la sécurisation de l’emploi et des parcours professionnels des salariés », conclu le 11 janvier dernier, s’inscrit dans cette logique. S’il était adopté sous forme de loi, il s’imposerait à tous et accentuerait la flexibilité et la précarité, au lieu de sécuriser davantage l’emploi et les parcours professionnels.

 

Il serait inconcevable que la majorité parlementaire de gauche et le gouvernement entérinent dans une loi, le recul social dicté par le Medef, accompagné par des syndi-caniches et soutenu par la droite. L’ennemi n’est pas le coût du travail car c’est ce même travail qui crée les richesses ; c’est bien du coût du capital dont souffre aujourd’hui l’économie française.

 

Il est plus qu’urgent d’augmenter les salaires, de renforcer le droit des comités d’entreprise par un droit de veto suspensif sur les plans de licenciement, de voter une loi contre les licenciements boursiers afin de lutter efficacement contre le chômage.

 

Ce n’est pas en facilitant les licenciements qu’on sécurise et développe l’emploi ! Il n’y a pas besoin de plus de flexibilité en France. Elle fait déjà des ravages dans tous les secteurs.

 

 

Partout en Europe, l’austérité et la déréglementation sociale mènent l’économie à l’abîme et les salariés au chômage.

 

Cet accord est un marché de dupes! Il est dangereux pour les salariés. Tout le droit social conquis par les luttes des salariés depuis des dizaines d’années est remis en cause. Cet accord acte la mise en place d’un «nouveau modèle économique et social», en rupture avec celui existant aujourd’hui en France.

 

Les confédérations CGT et FO (qui représentent plus de salariés que les trois organisations syndicales signataires) ont refusé de signer cet accord de régression sociale. Elles appellent ensemble, et c’est une première depuis de nombreuses années, à l’action dans toute la France le 5 mars par des rassemblements, des manifestations et des arrêts de travail. La FSU et Solidaires se joignent également à la mobilisation.

 

Les exigences du Medef ne doivent pas être retranscrites dans une loi. Les élus de la République ne doivent pas voter ce texte !

Faisons leur savoir, faisons-nous entendre, imposons de nouvelles négociations pour prendre des mesures favorables à l’emploi, aux droits et aux salaires.

 

Salariés d’Air France, mobilisons-nous pour que l’entreprise, en plus de l’arsenal contenu dans le plan Transform’2015, ne puisse baisser nos salaires par un accord passé avec des syndicats qui viennent de nous prouver qu’ils étaient plus soucieux de leurs problématiques (moyens syndicaux, représentativité, …) que de ceux des salariés qu’ils sont censés représenter.

 

 

Le Syndicat CGT Air France appelle l’ensemble des salariés d’Air France à se mettre en grève de 1h à 24h et à participer massivement aux manifestations organisées partout en France.

 

MARDI 5 MARS 2013

Manifestation à 14H de Place du Chatelet à l’Assemblée Nationale

Partager cet article

Repost 0
Published by Ernesto - dans Grèves et actions
commenter cet article

commentaires