Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog d'info des salariés de HOP!
  • : Blog d'information libre de toutes consignes politiques et syndicales, des salariés de HOP! La rédaction est assurée par un collectif composé en grande partie de militants de la CGT, certes, mais totalement libres de leurs propos et de leurs positions.
  • Contact

Recherche

13 octobre 2015 2 13 /10 /octobre /2015 17:09

Soyons clair, je n'ai, à titre personnel, aucun amour particulier pour JL Melenchon. Il faut, par contre reconnaître, qu'il est un des rares à porter de vraies idées de Gauche.

L'article que je vous propose est extrait du "nouvel Obs" d'aujourd'hui. Le lien est içi.

En soutiens à aux salariés arrêtés hier matin, voiçi le texte d'une pétition demandant l'arrêt des poursuites:

https://www.change.org/p/premier-ministre-p%C3%A9tition-lib%C3%A9ration-des-6-d-air-france-halte-aux-poursuites?recruiter=31506211&utm_source=share_petition&utm_medium=copylink

Jean-Luc Mélenchon ne décolère alors que cinq salariés d’Air France, soupçonnés de violence contre le DRH de l'entreprise, ont vu leur garde à vue prolongée de 24 heures ce mardi 13 octobre.

Sur BFM TV et RMC, le leader du Parti de gauche (PG) s’est largement emporté : "Retenir cinq gars qui défendent leur emploi, une nuit entière, c’est un abus. […] On ne va pas chercher à 6 heures du matin, dans leur lit, des gens qui n’ont aucunement l’intention de s’enfuir. On n’a pas été cherché Monsieur Cahuzac dans son lit, on n’a pas été cherché Monsieur Sarkozy dans son lit, […] mais quand c’est un travailleur, […] alors on va le chercher comme un bandit. Ils n’avaient pas l’intention de s’en aller. Ils veulent garder leur travail, c’est ça leur lutte."

"C'est une honte", a-t-il encore ajouté. "Qu'est-ce qu’ils ont fait ces gens ? Ce sont des trafiquants de drogue ? Ce sont des gens qui comptent se sauver avec de l’argent dans un paradis fiscal ?"

Jean-Luc Mélenchon a même enjoint les salariés d’Air France à ne pas baisser les bras. Il leur conseille de "recommencer". "Il ne faut pas avoir peur", a-t-il encouragé. Et de répéter à plusieurs reprises : "Pour l'instant, ce n'est que la chemise", en allusion au vêtement en lambeaux de Xavier Broseta, directeur des ressources humaines d'Air France.

Mieux encore, l’ancien candidat à la présidentielle est prêt à donner de sa personne pour la cause des employés de la compagnie aérienne dont 2.900 emplois sont actuellement menacés par un plan de restructuration.

"Vous savez quoi ? Je veux bien aller en prison avec eux", a-t-il déclaré. "Je veux bien aller [en prison] à leur place."

Eric Besson, ancien ministre de Nicolas Sarkozy, a rapidement réagi sur Twitter aux encouragements de l’eurodéputé et porte-voix du PG.

Dire qu'il fut ministre... https://t.co/KgUBzVKw6U

Jean-Luc Mélenchon s’était déjà indigné lundi des conditions dans lesquelles six salariés d'Air France ont été interpellés. "Jour de deuil", des salariés "arrêtés pour fait de lutte", "que la résistance et la colère soient plus contagieuses que la peur! ", avait-il noté dans un tweet.

Jour de deuil. 4 salariés arrêtés pour fait de lutte. Que la résistance et la colère soient plus contagieuses que la peur ! #AirFrance

D’autres représentants de la gauche se sont également émus de la situation. Cécile Duflot a tweeté: "Arrêtés chez eux à 6h du matin ? Pourquoi ? Pour les humilier devant leurs familles ou parce qu'ils préparaient une fuite à St Martin?", dans une allusion à Patrick Balkany (Les Républicains), qui avait émigré sur cette île des Caraïbes dans les années 1990 après avoir connu de premiers déboires judiciaires en France.

Arrêtés chez eux à 6 h du matin ? Pourquoi ? pour les humilier devant leurs familles ou parce qu'ils préparaient une fuite à St Martin ?

Dénonçant une "provocation", le secrétaire national du Parti communiste français (PCF), Pierre Laurent, a regretté dans un communiqué que les salariés d'Air France soient "traités comme des criminels, arrêtés chez eux devant leur famille au petit matin". "Le gouvernement et la direction jouent l'humiliation et s'enfoncent dans la honte, la riposte doit être massive et unitaire", a-t-il ajouté.

Le Nouveau parti anticapitaliste (NPA) d'Olivier Besancenot a demandé "la levée immédiate de l'interpellation [des salariés] et de toute éventuelle mise en examen". "C'est la vraie 'violence aggravée' que l'on veut [leur] faire payer", ajoute le parti dans un communiqué.

Pierre Laurent et Eric Coquerel, coordinateur politique du PG, ainsi que Clémentine Autain (Ensemble), tous les trois têtes de liste aux régionales en Ile-de-France, étaient présents au rassemblement de soutien organisé au fret de la compagnie aérienne à Roissy lundi. Jean-Luc Mélenchon a prévenu dans un tweet être "retenu de longue date" et ne pouvoir donc se rendre à ce rassemblement.

Partager cet article

Repost 0

commentaires