Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog d'info des salariés de HOP!
  • : Blog d'information libre de toutes consignes politiques et syndicales, des salariés de HOP! La rédaction est assurée par un collectif composé en grande partie de militants de la CGT, certes, mais totalement libres de leurs propos et de leurs positions.
  • Contact

Recherche

3 juillet 2014 4 03 /07 /juillet /2014 12:50

Deux articles ce matin. L'un concerne Air France, l'autre HOP!, mais les deux sont très intimement liés.

En effet, il est question partout de réduction des coûts. A force de faire des efforts, les salariés vont se faire des tendinites, c'est certains, même ceux qui croient, très naïvement qu'ils sont à l'abri. Monsieur Micoulo (n°2 de HOP!), le disait lundi parlant de la Maintenance : "nous sommes loin des coûts de nos concurrents.... Nous devons réduire nos coûts unitaires".

Ainsi, sans être grand clerc, c'est bien vers une "2ème couche" que nous nous dirigeons.

Espérons que les préposés au stylo seront moins prompt à dégainer leur instrument favori cette fois çi...

Bonne lecture

Air France va annoncer un nouveau plan d'économies

Après le plan "Transform 2015", la compagnie aérienne annoncera, le 25 juillet, de nouveaux efforts qui porteront sur un nombre restreint d'activité. Le groupe devrait notamment miser sur une amélioration de la productivité et la montée en puissance de ses filiales low-cost.

Air France-KLM dévoilera l'après "Transform 2015" le 25 juillet prochain. Le PDG Alexandre de Juniac détaillera en marge des résultats semestriels du groupe le nouveau plan d'économie de la compagnie Air France. Si "Transform 2015" concernait toute l'entreprise, cette fois les efforts porteront sur certaines activités.

Le court et moyen-courrier reste le principale foyer de perte d'Air France. Bien que le plan d'économies mis en place il y a deux ans ait permis de réduire de 100 millions d'euros par an les pertes, cette activité reste lourdement déficitaire.

Il faut donc aller plus loin. Selon nos informations, le plan d'Alexandre de Juniac comportera 3 grandes orientations. Il y aura une redistribution des rôles entre Air France, Hop et Transavia. On assistera ainsi à une montée en puissance de Hop et de Transavia dont les coûts fixes sont moins importants qu'Air France.

Redonner des couleurs à l'activité court et moyen courrier

Il va falloir aussi réaliser de nouvelles économies. A priori pas de réduction d'effectifs mais une amélioration de la productivité. Toutes les escales devront y contribuer mais en fonction de leur taille. Impossible de demander les mêmes efforts à Marseille et à Clermont Ferrand !

Enfin, ce plan comportera un volet investissements. Après le long courrier, la stratégie de montée en gamme sera aussi appliquée aux vols Air France court et moyen-courrier, avec de nouveaux sièges qui seront dévoilés l'an prochain et une nouvelle offre de restauration ou rafaichissements à bord.

Avec ce nouveau plan, Alexandre de Juniac espère que l'activité court et moyen-courrier d'Air France retrouvera enfin des couleurs face aux compagnies low-cost et au TGV

Hop ! : Air France peut-elle faire l'économie de la création d'une vraie low cost ?

Comment le groupe Air France va-t-il réussir à restructurer son pôle régional ? Jean-Louis Baroux, revient dans cette chronique, sur le situation "un peu inextricable" du groupe avec d'un côté les vols Air France depuis Orly vers les grandes villes françaises, et Hop!, composé de 3 sociétés d'exploitation. La solution, pour notre expert aérien ? Recréer une compagnie vraiment "low cost" avec des moyens importants et une exploitation rationalisée.

Lionel Guérin a remis le 30 juin le rapport que le Président d’Air France, Frédéric Gagey lui a demandé sur l’avenir du moyen-courrier de la compagnie. Quelques informations ont déjà commencé à filtrer. Le rapport préconiserait de garder sous la marque Air France les opérations qui sont reliées au « hub » de Charles de Gaulle et de transférer à Transavia certaines lignes à caractère touristique. Pour ce qui concerne le gros de l’affaire, c’est-à-dire les opérations à partir d’Orly le rapport resterait dans un flou prudent. Car en l’état, à Orly, aucune solution ne peut vraiment se dégager d’une situation un peu inextricable. Il y a d’abord l’importante opération Air France, héritée d’Air Inter qui consiste à desservir les grandes agglomérations françaises : Marseille, Nice, Bordeaux etc… à partir d’une flotte composée d’Airbus de la série 320.

Quelles solutions ?

Puis il y a la reprise du pôle régional sous la marque HOP. Or ce pôle est composé de 3 sociétés d’exploitations qui chacune a ses propres caractéristiques de flotte, mais aussi de gestion du personnel, en particulier navigant. Or donc, Régional opère des Embraers, Britair des Bombardiers et Airlinair des ATR, le tout commercialisé par le truchement d’une société HOP qui met sa marque et un bi-gramme A5, celui d’Airlinair. Dernière complication les billets sont émis au BSP français sous le code AF. Allez-y comprendre quelque chose.

On voit bien que l’on marche sur des œufs.

A tout moment un conflit social peut se déclencher et c’est ce que la direction de la compagnie veut éviter à tout prix. Oh certes les dirigeants sont parfaitement conscients que cette situation est abracadabrante, mais peuvent-ils faire autrement sans risquer une grève dont on ne peut mesurer les conséquences néfastes, car la situation économique de la compagnie en serait encore dégradée, et elle n’en a pas besoin pour le moment. Mais à ce petit jeu, aucune vraie solution ne se dessine. On pourrait simplement attendre des jours meilleurs, mais le temps travaille plutôt contre la compagnie que pour.

Vers la création d'une compagnie low cost ?

La dette est certes en voie de restructuration par l’émission de nouvelles obligations à 7 ans pour un montant de 600 millions d’€ tout de même, mais cela consiste à repousser les échéances. Le plan Transform 2015 semble ne pas donner des résultats assez rapides, même s’il va dans la bonne direction. Et la concurrence ne va pas diminuer, bien au contraire. Pour ce qui concerne les opérations à partir d’Orly, le vrai compétiteur est d’ailleurs la SNCF et cette dernière va probablement renforcer ses opérations promotionnelles pour attaquer la clientèle aérienne. Alors il faudra bien un jour trancher le nœud gordien. Cela consiste probablement à recréer une compagnie vraiment "low cost" avec des moyens importants et une exploitation rationalisée.

Elle pourrait avoir une cinquantaine d’appareils de la série Airbus 320 plus les appareils régionaux de deux constructeurs seulement : un pour les jets Bombardier ou Embraer et un pour les turbopropulseurs : ATR. Bien entendu elle devrait être indépendante d’Air France même si elle devrait avoir de gros accords de coopération avec elle.

Il faut plus ou moins refaire un Air Inter bis

Avec la puissance du marché français et la capacité de se développer en Europe, nul doute qu’elle pourrait rapidement devenir aussi importante que l’espagnole Vueling dont elle pourrait avantageusement copier le modèle. Bien sûr cela suppose un plan social chez Air France de manière à ne pas plomber dès le départ la nouvelle compagnie par des contraintes sociales incompatibles avec une saine gestion économique. Et cela ne se fera pas sans casse. Les principales difficultés viendront alors d’abord des escales métropolitaines qui ne pourront plus supporter les énormes sureffectifs avec lesquelles elles vivent et qui sont subventionnées on ne sait trop comment mais par la maison-mère. En fait il faut plus ou moins refaire un Air Inter bis, selon les critères économiques actuels car rappelons-le, Air Inter ne s’est jamais affrontée à une concurrence aérienne dont il faut bien maintenant tenir compte. Pourquoi ne pas utiliser HOP en la capitalisant suffisamment, de l’ordre du milliard d’euros en utilisant certains leviers tels que la Caisse des Dépôts par exemple et peut-être même Aéroports de Paris ? Le manager est tout trouvé. C’est Lionel Guérin qui a fait la preuve de sa capacité à gérer son affaire personnelle, Airlinair, sans perdre d’argent et du charisme suffisant pour faire fonctionner un attelage aussi compliqué de celui de l’actuelle HOP.

Partager cet article

Repost 1

commentaires